dartag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - chantier

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 18 avril 2013

Reconditionnement

Première visite à Port Leucate cette année après un hiver long, froid, pluvieux et venteux. Comme lors de chaque début de nouvelle saison, on se demande comment Dartag a supporté cette absence prolongée. Et bien parfaitement, l'intérieur est bien sec et est resté propre, les batteries sont chargées à bloc, même s'il a gelé les circuits d'eau douce sont intacts, le pont est parfaitement rincé et rien n'a bougé malgré les tempêtes musclées, et ce n'est pas rien ici. Ce voyage est aussi l'occasion de rapporter à bord une partie des équipements mis à l'abri ou débarqués pour les réviser.

Canigou

Le thermomètre a mini-max a enregistré la température la plus basse à -3°c. Rien de bien grave, et aujourd'hui avec un superbe soleil printanier, enfin, il fait 18° à bord. Le soleil illumine le Canigou encore enneigé, bien visible au delà de l'étang de Leucate.

Premier gros boulot, vider le puits à chaine des cochonneries accumulées et surtout des détritus de la vieille chaine rouillée débarquée à l'automne. Ce n'est pas facile de descendre dans ce trou d'homme pour ramasser tout ça, et il faudra finir au jet d'eau, car ce serait dommage d'embarquer un chaine neuve dans une baille à mouillage dégueulasse.

Etrave dérouillée

Après deux heures d'efforts et avec force huile de coude et acide oxalique, les grandes traces rouges à l'étrave sous les dalots de vidange du puits, et se prolongeant sur plusieurs mètres à la flottaison, ont disparu.

Ensuite, le remontage de la pompe de vidange de la douche avant, après la révision des clapets, a pu être menée à bien dans une position acrobatique. Il est à craindre que la deuxième pompe du même type qui vide la douche arrière nécessite une révision analogue à brève échéance, mais cette fois j'aurai les clapets de rechange à bord.

Puis il fallait s'attaquer à la petite voie d'eau (réglée en fermant la vanne) que nous avions eue à la fin de la saison dernière au niveau de la prise d'eau de mer de l'évier. Et là, quelle découverte ! Elle avait été montée à la livraison du bateau avec des tuyaux d'une taille supérieure à celle des embouts du passe coque et de la pompe. Avant de serrer les colliers il avait fallu bourrer de la pâte à joint autour. Le technicien d'Axemer qui avait fait ce boulot de sagouin, en 2007 à la livraison, aurait mérité d'être pendu haut et court pour une telle imprudence (j'exagère un peu). Ce qui est étonnant c'est que cela ait tenu aussi longtemps sans fuite. Le remplacement des tuyaux par de nouveaux du bon diamètre était indispensable.

Enfin, le changement des anodes du sail-drive et la mesure de la longueur de l'entretoise nécessaire à l'hélice Variprop finirent de remplir la journée avant de reprendre la route, fourbu mais heureux de cette reprise de contact préparatoire à la prochaine saison qui s'annonce longue.

samedi 01 décembre 2012

Au sec pour l'hiver

Pour la fin de désarmement c'est une belle journée calme qu'il fallait choisir et il n'y en a pas eu tant que cela cet automne à Port Leucate.

En effet, il fallait en priorité rentrer le génois pour le mettre à l'abri des coups de vents très forts qui sont si fréquents l'hiver dans cette région. Le moindre incident qui conduirait à son déroulage intempestif serait une catastrophe et pourrait même entrainer la chute du bateau de son ber. Mais le concours d'une équipère, nécessaire pour cette opération, permet aussi de procéder à d'autres petits travaux utiles.

démontage de la chaine rouillée

La chaine du mouillage, presque complètement rouillée crie misère. Elle se bloque régulièrement dans le guindeau et les dégoulinades de jus orange pisseux à la sortie des dalots de vidange du puits à chaine, laissent des traces difficiles à nettoyer sur la coque blanche. Délà retournée en 2009, elle n'aura pas duré longtemps. Tout se perd, ma pauv' dam.

les marques de couleur insérées dans les maillons sont tellement noyées dans la rouille qu'on les voit à peine. On se demande dans ces conditions à quoi elles servent, et si cela vaut le coup de les récupérer avant de jeter la chaine. On essaye, on verra bien s'ils sont récupérables.

Les osselets après nettoyage

Et bien, divine surprise, après quelques heures de trempage dans l'acide ophtalique, suivies d'un coup de brosse, ils sont revenus à neuf. Certes il en manque quelques uns mais il suffira de compléter la collection pour la nouvelle chaine.

C'est aussi l'occasion de rapporter à la maison la pompe de vidange de la douche avant, qui tourne mais n'aspire plus rien, et de terminer la récupération des quelques denrées oubliées à bord.

démontage de la pompe de douche

Cette pompe à membrane JABSCO se démonte facilement. L'ensemble est en parfait état, à l'exception des deux clapets, entrée et sortie, encrassés et dont les supports en inox sont corrodés. Après un nettoyage et grattage soigneux, ils pourront resservir, mais combien de temps ? Le mieux est de chercher ces pièces pour avoir un rechange à bord.

Commence alors une longue prospection sur Internet, mais aucun des shipchandlers classiques ne semblent en mesure de fournir ces clapets seuls. Soit c'est un kit complet avec les membranes et les joints (autour de 60 euros plus port), soit il faut changer toute la pompe (180 euros au minimum).

Après avoir envisagé de s'approvisionner aux USA, c'est finalement un coup de téléphone chez Fox Marine qui débloque la situation. Ils peuvent expédier le jeux de clapets au détail pour moins de 30 €. Marché conclu pour deux jeux de clapets car il y a deux pompes identiques à bord, et affaire réglée.

La liste de bricolages pour cet hiver n'est pas terminée, mais nous reprendrons cela au printemps, car d'autres activités sont prévues dans les mois à venir, en cet hiver du Vendée Globe.

jeudi 10 mai 2012

Après un dur hiver

Il a gelé jusqu'à moins douze degré en février 2012 à Port Leucate, au point de faire geler les étangs superficiellement. Inouï ! Mais, contrairement à certains voisins, tout marche à bord, y compris le circuit d'eau douce sous pression qui n'a pas subi de dommage. Au poil coco, un de mes meilleurs hivernages ! Heureusement que j'avais laissé tous les robinets intérieurs ouverts en quittant le bateau à l'automne.

beau temps à Port Leucate

Mais, entre les deux tours de la présidentielle, le beau temps se précise et incite à réarmer le bateau. Hop ! on charge la bagnole de tous les équipements, nécessaires ou non à une belle saison en méditerranée, et on roule vers le chantier.

retouches initiales

Les 400 kilos d'armement chargés à bord et un bon rinçage des miasmes de l'hiver à la Karcher effectué, les travaux peuvent commencer.

Il faut étaler huit kilos d'antifooling rouge en forçant sur les endroits sensibles : flottaison, appendices, partie avant. Trois demi-journées le rouleau à la main, protégé par une combinaison blanche pour épargner les vêtements et chaussures, finalement ce n'est pas la mer à boire ! Finalement le plus emmer.... c'est de coller du papier de masquage qui se casse en refusant de prendre les virages. L'année prochaine j'essaierai d'en trouver un meilleur.

c'est fait

Ainsi, à la prochaine occasion d'un beau temps persistant, la remise à l'eau sera rapide.

dimanche 10 mai 2009

Carénage de printemps

Après l'hiver, le printemps ! Il n'est pas encore très encourageant mais les "entrées maritimes" sur le golfe du Lyon ne sont pas trop dissuasives.

Alors, on attaque les travaux préalables à la remise à l'eau. Il n'est que temps, si on veut partir aux environ du 15 mai. Encore une voiture bourrée "d'affaires indispensables" pour quatre à cinq mois de vie à bord, et on commence par le grattage des résidus de peinture de la saison dernière permettant d'éliminer aussi les dernières berniques et anatiffes qui avaient résisté à la Karcher lors de la mise à terre il y a six mois.

Le plus éprouvant c'est finalement de coller le papier de masquage en respectant la vraie ligne de flottaison: en effet, sous la voute arrière très inclinée, si on se contente de garder la largeur de l'adhésif comme repère par rapport à la ceinture de coque, le résultat n'est pas bien joli, et un marin consciencieux ne se permettrait pas cette simplification grossière !

prêt pour la peinture

Lors des pauses indispensables, on taille la bavette avec les autres équipages qui préparent la saison et bricolent aussi à bord, dans le chantier; un avant goût des rencontres que l'on fait facilement en croisière et l'occasion d'échanger un Pastis, un café ou un schnaps, entre les pots de peinture ou les postes à souder.

Après trois jours à ce rythme d'enfer, les deux couches et demie sont passées.

prêt à retourner dans son élément

Vient alors la phase la plus impressionnante, quand l'araignée géante vient se saisir de sa proie et commence à rouler majestueusement pour la transporter dans son élément.

c'est pour très bientôt

Enfin, après une lente descente, et une dernière série de contrôles, l'araignée lâche sa proie qui se met à ronronner. Ah le bruit discret de la mise en route du moteur, au chômage technique depuis plus de six mois ! On gagne aussitôt le poste de réarmement pour la croisière, désormais très proche. C'est sûrement la saison qui le veut, mais Port Leucate, en cette deuxième semaine de mai est une ruche active et bruyante.

et voilà, Dartag flotte !

Après demain l'équipage sera au complet, et, en attendant une bonne fenêtre météo pour le départ, nous complèteront l'avitaillement et vérifieront tous les équipements afin d'être opérationnels pour un voyage aux sources de notre civilisation.