dartag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Lavezzi

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 20 juillet 2012

Des îles enchantées

Nous sommes revenus au pays du froid et des tempêtes, toutes proportions gardées.

Capri sous la pluie

La traversée depuis le Stromboli a été calme, trop calme, et quand au petit matin du jeudi 12 juillet nous avons aperçu Capri à l'horizon, cela faisait presque 20h que le Volvo tournait à son rythme habituel, sur une mer d'huile. Curieusement le vent est revenu faiblement à ce moment là et bien sûr nous avons arrêté la machine pour en profiter. Le hic, c'est que les nuages sont arrivés en même temps et bientôt la pluie, ne nous donnant pas de cette ile de rève l'image que l'on en a depuis l'empereur romain Tibère qui s'y était fait construire un palais de six mille mètres carrés sans les jardins, patio, thermes, etc...Donc nous avons passé notre chemin sans regret.

Baie de Naples et le Vésuve

Procida côté sud

Au milieu du golfe de Naples, un orage nous a soudainement propulsé à plus de huit noeuds pendant une demie heure avec un fort vent favorable et très peu de pluie mais quelques coups de tonnerre. Nous avons quand même vu le Vésuve avant d'arriver à Procida, la petite ile qui ferme la baie de Naples au nord. Et nous sommes toujours vivants.

Orgue et Plafond à Procida

Cette terre plus petite que Porquerolles est très peuplée, au point qu'on se demande s'il existe encore de la place pour y construire. Mais la ville animée, avec ses commerces, ses pêcheurs et quelques touristes est tout à fait étonnante. Son centre et le port principal se trouvent au nord de l'ile, face au continent tout proche, et elle grimpe sur la pente qui la domine, passe le col et redescend au sud sur la face la plus abrupte de l'ile comme une vague qui submergerait un ilôt. Nous n'avons pas pu résister à l'achat de vins italiens "spumante" aussi appelés "frizzante" qui nous plaisent beaucoup, qu'ils soient blancs ou rouges. De plus ils sont très légers, 8° tout au plus, ce qui est plutôt indiqué pour nous.

Laissant passer un coup de vent d'ouest, nous ne sommes repartis que le 14 juillet, jour de notre fête nationale, sans avoir arboré le grand pavois que nous avions prévu de hisser en cette occasion. Mais en pleine mer, qui l'aurait fêtée avec nous ?

Mouillage encombré à Ponza

Passant successivement devant Ischia, belle et grande ile marquée par son magnifique château construit au 15ème siècle par le roi d'Aragon, puis Ventotène, minuscule ilôt, voisin d'un autre appelé San Stephano autrefois pénitencier, nous sommes arrivés à la nuit tombante à Ponza, la plus grande des iles Pontines. Elle est toujours très animée et le mouillage était tellement plein que nous avons dû nous mettre pratiquement dans le chenal des carferries en espérant trouver mieux le lendemain. C'est ce que nous avons fait dès le départ des quelques voiliers qui ont appareillé le matin et avant que les gardes côtes, impeccables dans leur Zodiac immaculé avec leurs casquettes au galbe "mussolinien", ne fassent déguerpir ceux qui ne respectaient pas les limites du mouillage autorisé. Cette journée et la soirée suivantes furent aussi marquées par quelques enguelades sonores entre plaisanciers dont les ancres dérapaient en raison des puissantes rafales de vents et risquaient de se télescoper ou de relever avec leur chaine, celle du voisin. Miracle nous avons échappé à cela !

Coup de vent à la Luna

L'impression que nous retenons de Ponza, après de nombreuses années sans y avoir fait escale, est plutôt la montée en gamme du tourisme (et des prix dans le commerce local, beaucoup plus chers qu'à Procida) sans pour autant que la qualité de l'accueil soit meilleure ou l'état général de la ville en progrès. Ainsi, le tunnel qui permettait un accès facile à la plage et la baie de la Luna, célèbre pour ses falaises absolument blanches, n'a pas été réhabilité, au contraire, il semble complètement abandonné de même que ce côté de l'île, pourtant magnifique mais jonché de détritus. Bien dommage.

Une fenêtre météo favorable, entre deux coups de vents d'ouest, semblait se profiler en fin de matinée du lundi pour 36 heures. Juste ce qu'il nous fallait, avec (selon la météo) une houle résiduelle au début puis l'établissement de vents de secteur nord-ouest tournant au nord modérés jusqu'aux bouches de Bonifacio. Nous voilà donc partis pour une traversée de 170 milles vers l'ouest. La houle étant forte et le brise faible, nous avons un peu hésité à faire demi-tour au bout de trois heures de moteur à vitesse réduite. Puis le vent est arrivé de nord-ouest, comme prévu, modéré. Cela nous faisait nous diriger vers la Sardaigne (mais c'était supposé provisoire) et nous avons décidé de continuer. Hélas ce vent s'est renforcé, s'établissant progressivement à 22-26 noeuds temporairement jusqu'à 30 noeuds et nous avons attendu qu'il tourne au nord en vain jusqu'à être en vue de la Sardaigne le lendemain matin. Pire, la houle qui devait s'amortir a été plutôt entretenue et dans ces conditions c'est une traversée très dure qui nous avons vécue. Et même si elle a été plutôt rapide, nous garderons longtemps en mémoire les impressionnants chocs dans les vagues et l'arrosage quasi permanent de l'ensemble du bateau jusqu'au premier étage de barres de flèche. Le matin nous étions fourbus, fatigués et humides.

Le calme de Brindinchi

Lorsque nous avons mouillés à Porto Brindinchi, à 30 milles au sud de notre but initial, nous avons soufflé. La beauté et le calme de ce site nous ont réconciliés, finalement assez vite, avec la croisière à la voile. Bilan de ce matraquage de 25 heures, zéro dégât, si ce n'est une flacon de lessive mal fermé qui s'est partiellement vidé dans une cale. Au moins celle-ci sera pour un temps d'une propreté irréprochable !

Impressionnante Ile Tavolara

Cala di Volpe parmi les géants

La suite fût, pour quelques jours, un pélerinage au pays du luxe du calme et de la volupté. La Costa Sméralda est un paradis peuplé de gens très riches à très-très-très riches et fiers de l'être, navigant sur des unités de rève de toutes les formes et de toutes les couleurs, de 20 à 70 mètres de long, surtout à moteur, battant à 90% pavillon britannique mais très souvent conçus et construits par des designers et des chantiers italiens. On dirait qu'ils se sont tous donnés rendez-vous dans ce coin du monde où ils sont accueillis à bras ouverts dans des marinas et mouillages d'un confort et d'une variété incroyables. Le fond de la Cala di Volpe, par exemple, est partiellement occupé par un hôtel du même nom, où a été tourné le film "les bronzés 3" avec l'équipe d'acteurs du Splendid, 20 ans après "les bronzés "qui les avait lancés. Nous n'avons pas résisté au plaisir d'y faire un saut, habillés en touristes à l'aise, et de parcourir les salons et terrasses au milieu de clients à l'abri du besoin. Trop drôle !

Costa Sméralda luxe calme et volupté

Ce qui nous a également frappé, est la qualité de l'urbanisme de cette côte, où l'intégration des constructions au paysage est extraordinaire. Le goût et le style italiens ne sont pas un vain mot et la mise en valeur de cet espace autrefois quasi désert laisse rêveur. De plus, cela n'empêche pas qu'il y ait des endroits entièrement préservés, en particulier les iles proches de la côte qui sont pour la plupart des réserves naturelles intégrales(et elles sont nombreuses).

coucher de soleil aux Lavezzi

Après une remontée des "canaux" de la Maddalena, presque entièrement à la voile, nous avons regagné les eaux françaises ce jeudi 19 juillet, arrivant aux iles Lavezzi avec une bonne brise d'ouest. Le mouillage de la Cala di Greco, célèbre depuis 1855 par le terrible nauffrage de "La Sémillante", transport de troupe de la guerre de Crimée, qui avait fait 700 morts, reste un endroit féérique notamment au coucher du soleil sur les silhouettes d'empilements de rochers granitiques.

]plongeons massifs au Lavezzi

Une bonne promenade autour de cette île déserte, transformée en réserve, mais parcourue en tous sens par des "randonneurs" babacools déposés par palanquées pour la journée sur des barges venue de la Corse toute proche, nous a fait regretter un peu la qualité de la mise en valeur italienne. Mais n'oublions pas que nous sommes revenus au pays où les riches sont plutôt suspects et éventuellement menacés.

formes de granit

Curieusement, les télécommunications qui fonctionnaient à la perfection tout au long de notre périple de six semaines dans trois pays étrangers et une vingtaine d'îles européennes parfois très isolées, se sont subitement avérées hésitantes et à très bas débit aux Lavezzi. Espérons que ce sous-développement un peu tristounet à notre époque, ne se confirmera pas dans les jours à venir. Dans le domaine des médias, il est également stupéfiant de constater qu'aux centaines de puissantes chaines radios et Tv italiennes, répondent avec une qualité tout aussi médiocre quelques dizaines de radios et TV françaises anémiques et difficiles à recevoir. La francophonie n'existe pas vraiment en dehors de France !

Ah, Gauche française ! maintenant que tu as tous les pouvoirs et la durée devant toi, sauras-tu nous délivrer de l'engoncement de notre modèle social d'un autre âge, des rigidités de nos comportements de notables de province, des blocages de nos corporatismes et de nos énarques, de la frilosité de nos écolo-dingos qui découragent toute initiative au nom d'un principe de précaution inventé par les ignorants et les trouillards pour empêcher les créateurs et audacieux de faire avancer les choses, de notre aménie provoquée par la fuite des cerveaux et des riches sous des cieux plus accueillants, pour encourager et même libérer les forces vives de l'imagination, de l'innovation et de la création ? Vive la France !

Jusqu'à Dimanche nous resterons sur la côte est de l'ile, en ayant la joie d'être comme à l'accoutumée très bien reçus à Porto-Vecchio par nos amis Marie-Claude et Jean-Pierre qui ont souvent réagi avec humour à nos billets, avant de repasser les bouches de Bonifacio. Puis une dernière traversée nous ramènera sur les côtes varoises, pour des vacances familiales élargies, sans doute à partir du 25 juillet.

dimanche 17 juillet 2011

oh la belle rouge !

Alienza n'a pas pu partir pendant le bon créneau météo. Vingt quatre heures après la mienne, idéale, sa traversée Hyères-Corse a donc été dure et inconfortable, marquée par une houle d'ouest bien formée et un vent non pas fort mais musclé, atteignant et même dépassant souvent les 25 noeuds.

l'Amirauté

En plus, les mouillages de la côte ouest de l'ile de beauté sont agités dans ces conditions, si bien qu'ils sont arrivés à Ajaccio, où je les attendais depuis trois jours au mouillage de l'Amirauté déjà bien encombré, plutôt contents du repos mérité qu'ils allaient pouvoir prendre. J'en avais profité pour déguster les produits de l'ile, profiter des merveilleuses coupes glacées du port et faire quelques repérages dans cette ville que j'aime beaucoup. Cela m'a donné, hélas, l'occasion de constater à quel point le vandalisme peut être stupide.

vandalisme

Le vieux pointu, offert par une ancienne famille de pêcheurs locaux, exposé sur la place de la cathédrale, avait reçu la visite de quelques cogneurs qui lui ont fait des dégâts significatifs. Les nigauds !

abordage à Campo Moro

L'équipage familial qui devait nous rejoindre par avion étant arrivé comme prévu, l'appareillage vers le sud de l'ile eu lieu dès le lendemain, avec une première escale à Campo Moro où, par beau temps et de jour, l'un des nombreux voiliers de location arrivant au mouillage dans une certaine pagaïe, n'a pas pu éviter d'aborder avec un choc sonore un fifty inoccupé qui, amaré à son corps-mort, n'en demandait pas tant. Cette baie profonde, et partiellement occupée par une ferme marine, laisse quand même de la place pour les plaisanciers, mais certains tiennent malgré tout à poser leur ancre sur celle des autres, déjà mouillés. Bref prudence à tous les niveaux et garder ses distances sont les deux mamelles de la tranquilité !

diner de vieux

retour des jeunes

qui a fait cela

Musarder de mouillage en mouillage dans les bouches de Bonifacio est un extrême plaisir lorsque les conditions météo le permettent. C'était le cas en cette première quinzaine de juillet et, de Figari aux iles Lavezzi puis dans le dédales de iles du Nord Sardaigne, au gré des parties de plage, des diners de vieux et du retour des jeunes, des barbecues à bord et des promenades à terre, c'est une escapade bien agréable que nous avons vécue. Chienne de vie !

chienne de vie

En regagnant Ajaccio, traversant le golfe du Valinco, la ligne de traine d'Alienza a ferré un superbe thon qui hélas a fini par casser alors qu'il était à portée de main. Quelle frustration quand il ne reste que les photos et vidéo de cette prise magnifique?

belle prise, mais...!

Pour le retour, nous avons profité d'une courte fenêtre météo avec des brises de nord à nord-est prévues sur toute la traversée. Encore un régal et zéro gramme de CO2. Elle est pas belle la vie ! D'autant plus qu'un autre thon s'est jeté goulument sur le dernier rapalas disponible. Il ne fallait pas le rater celui-là. Après plus d'une heure d'efforts et de patience il était à bord, et encore une heure plus tard, après l'avoir soigneusement découpé en morceaux alors que la nuit était tombée, il était dans le frigo !

presque 10 kilos

Dès le retour à Hyères un barbecue géant a permis à tous de déguster l'extrême finesse de ce poisson bien frais, juste avant le feu d'artifice de la fête nationale. Vive la belle rouge !

oh la belle rouge !