Un petit tour d'Occitanie

Ce printemps sévèrement hypothéqué par l’épidémie et le confinement, finit quand même par être débloqué progressivement, et les contraintes de circulation levées. Profitons-en !

Dsc00988_Apt.jpg, sept. 2020

Cette fois cela commence à Apt, capitale du Luberon, pour le 21ème anniversaire de la petite fille aînée de Nadine dont le bébé de trois mois fait d’elle une jeune arrière grand-mère.

Dsc01010_Apt.jpg, sept. 2020

Jolie fête, par un temps exquis, dans la propriété des autres arrière-grands-parents encore plus jeunes…..

Dsc01023_Carrières.jpg, sept. 2020

Dès le lendemain, nous commençons très fort avec une visite des Carrières de Lumière aux Baux de Provence, récemment rouvertes avec des consignes protectrices surveillées de près. Deux expositions y sont présentées : « DALI, l’énigme sans fin »

Dsc01028_Carrières.jpg, sept. 2020

Et aussi : « GAUDI, architecte de l’imaginaire ». Les images et animations, merveilleuses, sont projetées sur les parois de calcaire de cette ancienne carrière souterraine, dans une ambiance de pénombre propice à la méditation et, ce qui ne gâte rien, au frais !

Dsc01042_Les Baux.jpg, sept. 2020

En sortant on passe devant la combe où est installé la discrète« Oustaou de Baumanière », lieu mythique s’il en est, du luxe à la française et de la gastronomie. Espérons que la situation sanitaire ne la précipite pas dans une crise insoluble.

Dsc01043_Camargue.jpg, sept. 2020

Et nous avons pris la direction de la Camarque pour la première escale de notre balade de printemps, au bord du canal du Rhône à Sète, à Fourquevaux.

Dsc01047_Galician.jpg, sept. 2020

Le lendemain matin, une irrésistible envie d’authenticité camarguaise nous a conduit, à bicyclette, jusqu’à Galician pour nous approvisionner en vin local, en viande de taureau et en fruits. Ça a quand même de la gueule d’aller faire ses courses à cheval (même si ce n’est pas nous) !

Dsc01054_Camarque.jpg, sept. 2020

Retour pour déjeuner au camion à travers les vignes des Salins du Midi, pour repartir…

Dsc01074_Camargue.jpg, sept. 2020

…en longeant le canal où les péniches passent paisiblement à raison d’une ou deux par jour….

Dsc01079_Franquevaux.jpg, sept. 2020

…donnant à notre bivouac un parfum de sérénité, de lenteur et de solitude bienfaiteur.

Dsc01084_Bouzigues.jpg, sept. 2020

Reprenant la route, nous voulions nous arrêter à Bouzigues et déguster les moules locales.

Dsc01085_Bouzigues.jpg, sept. 2020

Bien nous en a pris, elles furent excellentes chez le petit écailler qui nous les a servies copieusement, accompagnées d’un Picpoul de derrière les fagots.

Dsc01090_Marseillan.jpg, sept. 2020

A Marseillan, il y a une spécialité mondialement connue, le vermouth Noilly Prat. Evidemment pour visiter la boutique il faut mettre son masque, mais c’est beau, c’est propre, c’est historique.

Dsc01094_Marseillan.jpg, sept. 2020

Et le petit port sur l’étang de Thau montre ses beaux bâtiments témoins de sa prospérité.

Dsc01100_Leucate.jpg, sept. 2020

Chacun sait que l’étang de Leucate est essentiellement tourné vers l’élevage des huîtres. Et nous avons craqué, en emportant notre déjeuner bien frais.

Dsc01101_Leucate.jpg, sept. 2020

Certains les dégustent sur place, et les montagnes de coquilles vides serviront de fondations ou de remblais pour les baraques des pêcheurs locaux.

Dsc01115_Banyuls.jpg, sept. 2020

Après un pèlerinage à Port Leucate, où nous avons plein de souvenirs, nous avons repris la route vers Banyuls où nous attendait une amie de Nadine, qui y a installé ses pénates. Ce petit coin de France, produisant lui aussi des vins fameux, fut une escale délicieuse.

Dsc01128_Mont Louis.jpg, sept. 2020

Puis nous avons attaqué la montagne. Il y a encore un peu de neige, visible depuis Mont-Louis.

Dsc01135_Saillagouse.jpg, sept. 2020

Et au cœur de la Cerdagne, le magnifique traiteur de Saillagouse était une étape immanquable juste après un petit crochet par l’Espagne pour le principe, (et le mazout bien moins cher).

Dsc01140_Puyvalador.jpg, sept. 2020

Nous avons longé le lac de Puyvalador, magnifique et bien plein en ce début d’été.

Dsc01145_Formiguières.jpg, sept. 2020

Puis nous avons honoré une invitation chez Philippe et Catherine qui terminaient leur séjour à Formiguières. Ils nous ont gâtés !

Dsc01160_Odeillo.jpg, sept. 2020

A Font Romeu, en fait Odeillo, le site solaire reprend des couleurs avec une recherche de plus en plus active d’énergies renouvelables. Mais cette formule à haute température reste surtout une installation de recherche. Les applications industrielles seront peut-être pour le siècle prochain.

Dsc01166_Puymorens.jpg, sept. 2020

Le col du Puymorens nous a laissé passer avant que les nuages ne l’envahissent.

Dsc01177_Montségur.jpg, sept. 2020

Descendant la vallée de l’Ariège nous visions la forteresse cathare de Montségur. Belle escalade ! L’histoire de ces « hérétiques » et leur funeste fin, forcent le respect et illustrent la tradition rebelle de cette Occitanie fière et ombrageuse, fidèle à ses convictions jusqu’au sacrifice.

Dsc01195_Au dessus.jpg, sept. 2020

La descente au dessus d’une mer de nuage avait un côté magique

Dsc01211_Montségur.jpg, sept. 2020

Et, vu du village, le château parait bien petit malgré seulement 300 m de dénivelé.

Dsc01220_Aspet.jpg, sept. 2020

Après un bivouac magnifique à Aspet, nous avons rejoint la vallée de Luchon.

Dsc01226_Luchon.jpg, sept. 2020

Nous y avons trouvé notre déjeuner fait de truites sauvages (enfin presque)

Dsc01231_Luchon.jpg, sept. 2020

Cette ville thermale était peu fréquentée en ce début de juillet, et le temps était magnifique.

Dsc01240_Peyresourde.jpg, sept. 2020

Au col de Peyresourde, à presque 1600 m, il y a un altiport fréquenté par les amateurs de vol en montagne, où un petit avion Dynaéro MCR 01 faisait bien envie. Il a décollé pendant notre déjeuner en plongeant dans la vallée, mais est repassé au dessus de nous 3 minutes après.

Dsc01246_Loudenvielle.jpg, sept. 2020

En descendant le Val Louron, célèbre depuis la crise de la ligne électrique franco-espagnole, finalement abandonnée sur ordre d’Alain Juppé alors premier ministre, nous avons fait le tour du lac de Loudenvielle qui alimente une belle usine hydro-électrique. Souvenirs professionnels !

Dsc01247_Aspin.jpg, sept. 2020

Et nous avons enchaîné avec le col d’Aspin. Loupé, il était dans la couche ! Du coup nous avons renoncé au Tourmalet et au Pic du Midi de Bigorre. Ce sera pour la prochaine fois.

Dsc01252_Auch.jpg, sept. 2020

Après une nuit sous la pluie à Bagnères de Bigorre nous avons rejoint la Gascogne. La cathédrale d’Auch, fraîchement restaurée est magnifique.

Dsc01264_Auch.jpg, sept. 2020

Dsc01269_Auch.jpg, sept. 2020

Mais nous en avons surtout profité pour rendre hommage à d’Artagnan, le plus célèbre des gascons, dont la statue magistrale trône dans l’escalier monumental permettant de rejoindre le Gers. Cette rivière a donné son nom au département, qui est aussi celui du foie gras de canard.

Dsc01284_Aubiet.jpg, sept. 2020

Une visite s’imposait chez un artisan spécialisé, histoire de ne pas être pris au dépourvu lors des fêtes de fin d’année. Celui-ci, recommandé par « Le routard » n’était pas facile à trouver. Le GPS a mis plus d’une heure pour nous y conduire. Ouf, cela valait le déplacement, que dis-je, le voyage !

Dsc01288_Grenade.jpg, sept. 2020

A l’approche de Toulouse, notre voyage est devenu plus familial. D’abord à Grenade chez Frédéric et Nathalie, pour une soirée et un petit déjeuner rudement agréables.

Dsc01289_Grenade.jpg, sept. 2020

Le jardin a bien profité du printemps. Les arbres sont resplendissants.

Dsc01293_St Jean.jpg, sept. 2020

Puis un pèlerinage à St Jean où les nouveaux propriétaires semblent prendre soin de la maison que j’ai fait construire, et habitée, pendant 15 ans au début du 3ème millénaire après JC.

Dsc01300_Revel.jpg, sept. 2020

L’étape suivante fût Revel, mémorable pour Nadine, avec deux objectifs principaux : un vrai cassoulet servi à l’ancienne dans une cassole en terre, à la Commanderie. Un régal !

Dsc01325-Revel.jpg, sept. 2020

Et le fabuleux marché du vendredi, où se donnent rendez-vous les producteurs de la région jusqu’à plus de 100 km, et les clients avides de bons produits du terroir, de circuits courts, de bio, etc…le tout dans un cadre historique fabuleux.

Dsc01333_Revel.jpg, sept. 2020

Mais il ne faut pas oublier que Revel est aussi une cité industrielle et du bois, depuis le moyen âge. Son magnifique musée expose des œuvres d’artisans locaux qui furent nombreux et se comptent maintenant sur les doigts d’une main. Ce guéridon marqueté du 18ème siècle est une merveille.

Dsc01349_Labruguière.jpg, sept. 2020

Quittant la Haute Garonne pour le Tarn, nous avons découvert la nouvelle maison de Maïlys et Emeric, dans laquelle ils ont emménagé juste après le déconfinement. De plein pied dans un quartier hyper calme, elle est superbe et confortable, et nous y avons appris une nouvelle fracassante : je serai bientôt grand-père une nouvelle fois. Ca s’arrose, prudemment pour Maïlys !

Dsc01354_Labruguière.jpg, sept. 2020

Nous avons eu aussi les honneurs du pré où est maintenant en pension Jiho, après une carrière bien remplie. Sa retraite semble lui réussir et Tom ne rate pas une occasion de le chouchouter. Une vocation semble se révéler.

Dsc01362_Lautrec.jpg, sept. 2020

Commence alors le chemin du retour qui, en grande partie, consistera à remonter la vallée du Lot...

Dsc01363_Labastide de penne.jpg, sept. 2020

.... dont les paysages de cultures sont fascinants. Il y a encore des paysans dans notre beau pays !

Dsc01410_St Cirq.jpg, sept. 2020

Plus haut dans la vallée, les villages médiévaux sont tous plus beaux les uns que les autres, comme Saint Cirq Lapopie et sa magnifique église romane sur les chemins de St Jacques.

DSC01424_Bouziès_hortensias.JPG, sept. 2020

Nous irons à bicyclette, par le chemin de halage, jusqu’à Bouziès, où, comme dans de nombreux autres villages, les hortensias sont fabuleux.

Dsc01428_Conduché.jpg, sept. 2020

C’est par la rive droite que nous sommes revenus au bivouac. Par moment les tunnels sont un peu stressants car ils sont sombres, mais heureusement il y a peu de trafic.

Dsc01430_St Cirq.jpg, sept. 2020

Les berges du Lot, aménagées pour la baignade, le canotage ou les croisières fluviales, sont sensationnelles dans des paysages envoûtants de méandres et de falaises calcaires.

Dsc01445_Conques.jpg, sept. 2020

Après Cajarc, Figeac, Decazeville, et d’autres villages ravissants, nous avons fait un crochet jusqu’à Conques et son pont romain, remanié au moyen âge pour les pèlerins de St Jacques.

Dsc01476_Conques.jpg, sept. 2020

L’abbatiale Sainte Foy, et son cloître, ici sous un angle inhabituel, sont des chef-d’œuvres de l’art roman. L’ensemble du village, parfaitement restauré, est splendide. Mais les commerçants disent que la situation sanitaire annonce une saison catastrophique. La fréquentation est faible, en effet.

Dsc01482_Conques.jpg, sept. 2020

Le petit musée de Conques rassemble des vestiges et symboles de Sainte Foy et des pèlerinages.

Dsc01497_Estaing.jpg, sept. 2020

Après un petit écart par la vallée de la Truyère, reprenant la vallée du Lot et ses merveilleux villages, nous n’avons pas résisté à un petit arrêt à Estaing dont le château a été la propriété de la famille de Giscard. Il l’a vendu il y a quelques années, mais l’ensemble reste impressionnant.

Dsc01507_Laguiole.jpg, sept. 2020

Après Espalion, nous visions l’Aubrac et nous sommes arrêtés pour la nuit à Laguiole

Dsc01520_Laguiole.jpg, sept. 2020

L’unique usine de couteaux vient d’être largement modernisée et 79 personnes y fabriquent les collections pour la table ou pour la poche, connues dans le monde entier, et copiées outrageusement, car la marque n’est pas protégée. Sa célébrité vient peut-être aussi de là !

Dsc01529_Laguiole.jpg, sept. 2020

La deuxième spécialité locale est le fromage au lait cru de l’Aubrac, lui aussi très réputé. Il est fabriqué à la coopérative « Jeune Montagne » et vendu à plusieurs stades d’affinage, depuis le fromage frais jusqu’à 24 mois. C’est une entreprise moderne et autogérée très sympathique. La truffade, le retortillat et l’aligot sont aussi des spécialités locales et on comprend pourquoi.

Dsc01538_Laguiole.jpg, sept. 2020

Et la troisième est le restaurant tri-étoilé de Michel Bras qui domine le plateau à 1300 m d’altitude et dont la carte fait saliver rien qu’à la lecture. Les menus sont offerts à partir de 170 € sans les vins. Les clients viennent de toute l’Europe et même plus. Le parking est à la hauteur !

Dsc01545_Laguiole.jpg, sept. 2020

Toute proche, la station de ski complète le tableau avec ses tire-fesses et ses canons à neige !

Dsc01558_St Chély d'Aubrac.jpg, sept. 2020

A la recherche d’une étape confortable pour les douches, les vidanges et les pleins, nous sommes descendus à St Chély d’Aubrac dont le camping nous a fait reprendre contact avec la concentration d’humains dont nous avions un peu perdu l’habitude. Il est confortable et joli, malgré un gérant qui faisait le kéké en passant dans les allées avec sa grosse berline noire.

Dsc01565_St Chély d'Aubrac.jpg, sept. 2020

Une nouvelle balade sur nos petits vélos électriques nous a fait découvrir les charmes de ce vieux village traversé par un joli ruisseau. Les première traces de peuplement remontent à la préhistoire et on peut le comprendre tant le site est accueillant, protégé et dispose d’eau pure en abondance.

Dsc01569_Aubrac.jpg, sept. 2020

Remontant sur le plateau, notre projet était de déguster une pièce de bœuf local, avec un aligot si possible, dans un buron. C’est la grande mode, ces anciennes maisons d’éleveurs dispersés sur le plateau à plusieurs kilomètres l’une de l’autre, sont converties en restaurants pour touristes à la recherche d’authenticité et de gastronomie. Et ça marche ! il faut donc réserver à l’avance sans être sûr d’avoir de la place. Mais nous avons trouvé, tout proche du village d’Aubrac.

Dsc01573_Aubrac.jpg, sept. 2020

Dsc01586_Aubrac.jpg, sept. 2020

Paissant dans ces pâturages, entre les murets de pierres et les petits plans d’eau, les bœufs, vaches et taureaux offrent des paysages superbes et préservés. Dire que nous allons manger l’un de ces paisibles bovidés !

Dsc01582_Aubrac.jpg, sept. 2020

Dsc01593_Aubrac.jpg, sept. 2020

Arrivant tôt, le parking de notre buron n’était pas encore complet. Malheureusement il n’y avait plus de place à l’extérieur, du coup nous avons profité de l’ambiance « feu de cheminée », à l’intérieur. Le service et la qualité des plats étaient irréprochables. On s’est quand même demandé comment deux jeunes serveurs noirs, ne parlant quasiment pas le français, avaient pu échouer dans ce coin perdu ! En partant, la vision de la terrasse bondée sous les tentes évènementielles et le parking débordant de chouettes bagnoles de tous les pays, nous a quand même surpris. Un pêcheur qui remballait son matériel, avec ses bottes crottées, nous a donné des tas d’explications sur la vie de ce plateau, la manière dont ces petits lacs d’altitude se remplissent, les poissons qu’on y trouve, et la géologie. Il détonnait un peu dans cet environnement ultra touristique, mais, l’hiver, quand il pleut ou qu’il neige, et que forcément il n’y a personne à 10 km à la ronde, il doit se sentir mieux.

Dsc01590_Aubrac.jpg, sept. 2020

Après un dernier portrait d’une belle, nous avons repris la route avec notre petit camion

Dsc01605_Bagnols les bains.jpg, sept. 2020

Peu après Mende, et son aérodrome rendu célèbre par « La Grande Vadrouille », nous sommes passés à Bagnols les bains, son casino, ses hôtels, où le Lot, tout près de sa source, est superbe.

Dsc01619_Cubiérettes.jpg, sept. 2020

Et, en cherchant un point de chute tranquille, nous nous sommes engagés sur une route tellement étroite que croiser un vélo nécessitait un arrêt. Notre rêve s’est concrétisé à Cubierettes, sur la place communale qui est en fait un champ d’herbe verte à souhait. Ce mini patelin très calme est traversé par un petit torrent adorable et ce n’est pas la peine de chercher un restaurant ou une boite de nuit. Par contre les potagers autour de presque chaque maison sont léchés à souhait.

Dsc01628_Cubiérette.jpg, sept. 2020

La météo et le ciel étaient un peu menaçants, mais, non, nous avons échappé à l’orage.

Dsc01644_Pont d'Arc.jpg, sept. 2020

Inexorablement nous nous rapprochions de la civilisation. C’est à Vallon Pont d’Arc…

Dsc01651_l'Ardèche.jpg, sept. 2020

…qu’elle nous a rattrapés, avec son cortège d’attractions touristiques et ses foules, …

Dsc01661_l'Ardèche.jpg, sept. 2020

… insatiables de loisirs, de découvertes et d’encanaillages. Mais la vallée, puis les gorges de l’Ardèche, que je ne connaissais pas, sont extraordinaires. La route qui la longe sur le plateau est magnifiquement aménagée et on trouve souvent des parkings avec des accès piétons aux points de vue fantastiques sur la rivière saturée de baigneurs, kayaks, paddles…. Heureusement, tout là bas dans le fond de la vallée, ils sont loin, et le spectacle de la nature est grandiose.

Dsc01674_l'Ardèche.jpg, sept. 2020

On peut quand même s’offrir une photo à prétention artistique si on le veut vraiment.

Dsc01679_Suze la Rousse.jpg, sept. 2020

Après avoir difficilement traversé le Rhône en raison d’un accident, nous avons terminé notre périple en traversant le terroir des côtes du Rhône et leurs domaines prestigieux, concentrés autour de Suze la Rousse, à l’impressionnant château.

Dsc01682_Ste Cécile les vignes.jpg, sept. 2020

Nous nous sommes offert un dernier Bivouac à Ste Cécile les Vignes dans un espace public au bord d’un joli plan d’eau, probablement une ancienne gravière, géré par une association de pêche.

Dsc01698_Carpentras.jpg, sept. 2020

Avant de rentrer à Apt on passe par Carpentras et ses portes et remparts bien mis en valeur.

Parcours Occitanie 2020.jpg, sept. 2020

Pour clore ce 77ème billet, voici une carte approximative de notre parcours de 2700 km, mine de rien, presque exclusivement sur de petites routes comme nous le voulions, en usant et même en abusant du GPS, bien utile, même s’il est parfois un peu agaçant ou superflu aux yeux et aux oreilles de Nadine. Il nous a fait découvrir ou redécouvrir des contrées rurales, un peu préservées de la foule, de la surconsommation, de la crise sanitaire, des incivilités, des polémiques parisiennes et politiciennes, où il fait sûrement bon vivre. La France profonde ! Ça fait du bien.

Et maintenant on se prépare à un été familial de plus en plus masqué !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet