Le spleen du marin solitaire ne dure pas longtemps. Il faut lister les petites imperfections ou faiblesses du bateau pour y remédier si possible avant le désarmement. Inutile de reporter tout cela au début de la saison suivante au moment du réarmement qui sera largement occupé.

Dsc_0659_retour_au_Marin.jpg

Les batteries AGM, pourtant changées l’année dernière, donnent des signes de faiblesse au point de devoir en débrancher deux sur trois. Le fournisseur, consulté par téléphone, promet d’étudier la question mais il faut qu’il puisse les mettre en test dans son atelier au Marin. Cela nous oblige à retourner en Martinique, mais, puisque nous avons encore un peu de temps, allons-y. Un AR de 300 milles, ce n’est pas rien, mais cela vaut le coup et permettra d’en avoir le cœur net.

Dsc00979_mouillage_de_FdF.jpg

Ce sera l’occasion de revoir les amis qui se préparent eux aussi à la fin de leur saison, et de visiter la cathédrale Saint Louis de Fort de France, enfin libérée des travaux qui la masquaient depuis des années.

Dsc00981_cathedrale_de_FdF.jpg

Détruite à de multiples reprises par des incendies, des tremblements de terre ou des cyclones, elle a été reconstruite à la fin du 19ème siècle avec une structure en acier sensée mieux résister à long terme. De style néo Roman Byzantin, elle est l’œuvre de l’architecte parisien Henri Pick. Elle fut inaugurée le 2 juillet 1895 en présence des autorités locales,….. et du roi de Dahomey (aujourd’hui le Bénin), alors en exil en Martinique.

A nouveau sérieusement endommagée par les tremblements de terre de 1946 et 1953 puis par le cyclone de 1970, elle a été rénovée et consolidée entre 1975 et 1980 puis entre 2013 et 2017. Elle accueille désormais sans risque les paroissiens et les visiteurs dans toute sa splendeur avec un grand orgue restauré également. Les nombreux vitraux illustrent la vie de Saint Louis.

Dsc00995_Savanes_St_Louis.jpg

La majestueuse Place des Savanes, toute proche, débouche sur le port et le fort Saint Louis qui abrite le commandement de la Marine Nationale aux Antilles.

Dsc00990_Josephine_decapitee.jpg

On y trouve aussi une statue de Joséphine de Beauharnais première épouse de Napoléon 1er, issue d’une famille aristocratique originaire de Trois Ilets, commune de la baie de Fort de France. 0n peut y visiter le musée installé dans la propriété de sa famille. Sa vie mouvementée et riche a fait récemment l’objet d’une émission historique sur Arte et d’une biographie de Pierre Brenda qui vise à la réhabiliter dans l’esprit des français et de l’Histoire.

Dsc00993_Brigade_anti_negrophobie.jpg

Aux Antilles il y a du boulot, car son image est attachée au rétablissement de l’esclavage au début du premier empire. Elle aurait obtenu cette décision de son mari pour sauver les plantations, en grande difficulté après la révolution française, qui l’avait aboli. Ceci explique probablement que sa statue, érigée sous le second empire, soit décapitée et ensanglantée à la peinture, geste signé d’un autocollant du groupe autoproclamé « BRIGADE ANTINEGROPHOBIE » collé sur son socle.

Dsc01007_Cathedrale_de_St_Pierre.jpg

Repartant vers le nord, notre mouillage à Saint Pierre était proche de la cathédrale de cette ancienne préfecture qui porte encore les stigmates de l’éruption meurtrière de la montagne Pelée en 1903. La grosse houle rendit la nuit peu confortable et présageait d’une traversée musclée du canal de la Dominique le lendemain.

Dsc01010_retour_muscle.jpg

Ce fut effectivement le cas avec une brise établie à 30 nœuds (rafales à 40) sur une mer bien formée et des creux de trois à quatre mètres. Les voiliers croisés sur cette mer magnifique avec un ciel dégagé avaient largement réduit la toile, comme nous.

Dsc01012_108_pieds_suedois.jpg

Sous le vent de l’île, c’était plus calme, et ce grand yacht suédois de 30 mètres fonçait à plus de 10 nœuds dans les puissantes rafales, sur une mer bien protégée

Dsc01021_Grand_Pas_a_Portsmouth.jpg

A Portsmouth, nous retrouvâmes Grand Pas, arrivé de Marie Galante une heure avant. Encore l'occasion d’un moment convivial et d’un apéro-diner gastronomique entre amis. Merci Raymonde et David. Compte tenu du fort vent annoncé pour les jours à venir, leur intention était de profiter de ce grand mouillage confortable pour visiter cette ile martyrisée par Maria six mois plus tôt.

Quittant la Dominique le lendemain matin, avec le même vent fort et une mer encore grosse, la surprise est venu d’une accalmie progressive au cours de la matinée au point de renvoyer toute la toile en début d’après-midi une fois passé entre les Saintes et Marie Galante.

Dsc01022_tapis_de_sagasses.jpg

Dsc01024_tapis_de_sargasses.jpg

Dsc01026_comme_une_ile_flottante.jpg

Mais deux autres surprises moins agréables nous attendaient dans le grand cul de sac marin. Les énormes accumulations d’algues brunes (ou sargasses) pourrissent le paysage, sentent mauvais et s’accrochent sous le bateau réduisant sensiblement la vitesse. Il faut parfois faire une marche arrière pour s’en débarrasser jusqu’à la traversée du prochain champ. Il n’est même plus question de pêcher à la traine, le leurre étant presque immédiatement pollué et inapte à son rôle. Certes, il y a de pires tragédies, au stade actuel, mais jusqu’où ira celle là ?

Dsc01031_dernier_indesirable.jpg

Surgi d’on ne sait où, ce cafard m’a épaté. Je ne lui ai laissé aucune chance, étant outillé depuis longtemps des gaz les plus puissants pour les « neutraliser » en quelques secondes sans disperser la "matière". Mais je pensais m’en être débarrassé, aucun n’étant réapparu depuis longtemps. Un doute m’envahit : et s’il avait embarqué avec les batteries neuves ? Et s’il était né à bord, d’œufs ou de spores résistant aux traitements hyper violents que j’ai infligés à Dartag depuis l’année noire où nous avions été envahis ? Et si c’était une génération spontanée ? Et si un sort m’avait été jeté par un marabout vicieux ? Et si c’était une vengeance d’un ennemi, alors que je croyais ne plus en avoir depuis des décennies ? Pour le moment le mystère est entier, à suivre…..

Dsc01052_feu_Mantagua_Dartag.jpg

En attendant, une petite inspection de la tête du mât après cette saison m’a confirmé que l’ensemble était en bon état, sauf le feu de mouillage qui reste défaillant. J’ai dû acheter d’un feu mobile à fixer sur le portique, qui le remplace provisoirement. Je reprendrai contact avec le fournisseur qui devait m’envoyer un feu neuf à emporter dans mes bagages pour la saison prochaine. Il faudra remonter au mât pour faire l’échange.

Dsc01053_tete_de_mat.jpg

Et vu du sommet, la bateau parait bien petit…. Après le désarmement les voiles seront laissées chez Voiles Plus pour les réparations ou modifications nécessaires après cette saison musclée, en attendant la prochaine.

Dsc00968_3_semaines_apres.jpg

Observons quand même la faculté qu’a la nature de remédier aux petits bobos du captain. Les deux ongles écrabouillés il y a trois semaines sont finalement tombés à quelques heures d’intervalle, juste en prenant un bain de mer. Bientôt ils seront remplacés par des neufs….

DSC01060_au_piquet.JPG

Et maintenant Dartag est au piquet, mouillé entre quatre bouées dans le lagon bleu de la marina, le nez tout proche de la mangrove. Il ne reste que des bricoles à démonter ou ranger avant de le quitter pour au moins six ou sept mois. Pourvu qu’il soit sage et courageux pendant tout ce temps !

Dsc01073_course_retour.jpg

Encore un vol transatlantique sans histoire et une course avec un autre avion à 37 000 pieds au lever du soleil sur le golfe de Gascogne, avant de retrouver notre beau pays miné par les grèves d’avions, de taxis, de trains…. Tiens, j’avais oublié tout cela. Il faudra bien faire avec ?

Dsc01078_pommier_en_fleurs.jpg

Retour ensoleillé à Toulouse avec le pommier encore en fleurs…..

Dsc01089_la_Grande.jpg

… l’anniversaire de la "grande", rayonnante, magistralement organisé par ses frères et sœurs…

DSC01108_40_ans.JPG

….avec la douce présence des amis et de la famille parfois venus de loin….

Dsc01127_bivouac_en_Camargue.jpg

….et une petite escapade en Camargue…

Dsc01134_parking.jpg

…. puis à Hyères où il a fallu réveiller, difficilement, la maison endormie depuis noël…



Dsc01138_doigts_de_sorcieres_en_feur_a_Hyeres.jpg

….au milieu de ses massifs de fleurs de doigts de sorcières.

Dsc01190_les_iris.jpg

Retour à Toulouse où les iris font un concours de beauté….

Dsc01191_premiere_rose.jpg

….et les rosiers ne sont pas en reste.

Dsc01192_bientot_les_cerises.jpg

Les promesses de cerises se précisent….

Dsc01193_promesses_de_poires.jpg

….comme celles des poires….

Dsc01194_futures_pommes.jpg

…..ou celles les pommes, sans parler des figues, mais il faudra encore attendre quelques mois, et ce sont les nouveaux propriétaires de la maison qui en profiteront, car elle est vendue. Le tri, les rangements, le nettoyage commencent et ce n’est pas fini. C’est fou ce qu’on peut accumuler comme foutoir ou archives inutiles en quinze ans !

La_Londe_facade_sud.jpg

Nous nous installerons pendant l’été dans notre nouvelle maison varoise qui nous rapprochera de nos racines hyéroises, de nos amis et des souvenirs remontant sur près de soixante ans. Cela ne nous rajeunit pas !!!!!!!!

Img_3173_Alain.jpg

Nous y organiserons une et peut-être même plusieurs pendaisons de crémaillère d’ici à l’été 2019. Vous pouvez commencer à vous préparez activement !