P6203732_mine_d_amiante.jpg

La remontée du Cap Corse vers le nord peut aussi être sinistre. En l'occurrence, le ciel était gris, il y avait très peu de vent et pourtant une houle de sud-ouest qui faisait battre les voiles. Lorsque nous sommes passés devant les restes de la mine d'amiante à ciel ouvert de Canari, nous avons eu un vrai coup de blues. Cette énorme friche industrielle fermée dans les années 80 est une balafre dans le paysage et rappelle de bien mauvais souvenirs.

P6203735_centuri.jpg



Nous espérions nous refaire le moral en nous arrêtant à Centuri petit village de pêcheurs protégé par un îlot et une chaussée de récifs promettant un mouillage confortable. Hélas ce bijou présenté dans les guides comme une perle, n'a progressé en rien depuis des années. Au contraire, le charmant petit port est un cloaque malodorant, les maisons typiques sont un peu plus en ruines et les toits de lauzes vertes ne brillent guère sous un ciel bas et gris. Même les éoliennes implantées sur la crête qui domine le village sont en deuil: la moitié sont arrêtées, comme si elles étaient abandonnées elles aussi. Bref, après une nuit pourrie par la houle qui nous a secoués de plus en plus fort, nous n'étions pas mécontents d'appareiller dès le jour venu pour passer le Cap Corse et la Giraglia avec une bonne brise annoncée par la météo.

P6213738_Giraglia.jpg



Nous avons pris le petit déjeuner devant la plage de Maccinagio avec quelques autres voiliers, bien au calme. Cette journée au mouillage nous a permis de reprendre nos lectures, faire quelques bricoles à bord et aussi quelques emplettes dans le minuscule village ou une épicerie bazar est heureusement très bien achalandée.



P6213740_Maccinagio.jpg

Ce samedi, nous somme donc repartis vers les iles italiennes de l'archipel toscan, et nous avons remis, comme chaque fois que possible, une ligne de traine à l'eau. Le trajet jusqu'à Capraia n'est pas long, mais a suffit pour que notre ligne s'emmêle tellement que c'en était inextricable et qu'il a fallu couper tout le chignon obtenu bien malgré nous, évidemment nous somme arrivés bredouille.

P6223747_Capraia_nouveau.jpg

Au contraire de Centuri, Capraia a vécu depuis quelques années une véritable cure de jouvence: immeubles restaurés de couleurs vives dans toute la ville haute, citadelle entièrement réhabilitée, tout génoise comme neuve, rues pavées à l'ancienne et réseaux dissimulés, façades décorées avec de jolies céramiques, etc....Même le petit port a été largement réaménagé avec la création d'un quai et d'un double épi en enrochements, ainsi que l'installation d'un réseau de bouées dans la baie extérieure pour accueillir, amarrés en épi et serrés comme des sardines, de nombreux yachts de passage si nécessaire . Pour notre part, nous préférons notre intimité et sommes donc allés mouiller notre ancre avec plusieurs autres voiliers dans la baie voisine, facilement accessible avec notre puissante annexe. Le lever de pleine lune sur la citadelle fut un moment magique.

P6223764_lever_de_pleine_lune.jpg



Et dimanche, avant l'arrivée d'un coup de vent sérieux annoncé pour lundi, il fallait nous trouver un bon abri. Quoi de mieux que Porto Ferraio, la capitale de l'île d'Elbe, dont la grande rade, une des plus belles de Méditerranée, est parfaite pour cela ? Pendant cette journée, notre nouvelle ligne de traine a fait mouche. Mais la magnifique dorade coryphène de plus d'un mètre de long qui s'y est frottée nous a faussé compagnie dans un dernier coup de rein, alors que Marie-France allait la récupérer dans la grande épuisette déployée. Et en plus elle ne nous a pas rendu notre rapala tout neuf. Nous nous demandons encore ce qu'elle compte en faire ?

P6233769_Porto_Ferraio_eternelle.jpg



L'ancienne capitale Napoléonienne garde tout son charme italien multicolore et après une petite balade de repérage, nous vous en dirons plus, dans le prochain billet qui sera consacré à cette ile bijou.