dartag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - plomberie

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 02 février 2012

Made in Greece

Ah le linge sale ! une préoccupation bien constante et parfois lourde de corvées en croisière.

L'idée d'une petite machine comme il en existait autrefois sous la marque CALOR, me trottait dans la tête depuis un moment. Et en prospectant, avec les mots-clés qui vont bien sur la toile, sont apparues des possibilités presque inimaginables pour mon esprit sans doute pas suffisamment tourné vers les tâches ménagères.

Le développement des vacances nomades a permis l'éclosion d'une gamme très riche de lave-linges légers et faciles d'emploi pour des petites lessives peu gourmandes en énergie et en eau. Exactement ce que je cherchais, et en plus on en trouve à tous les prix, automatiques ou manuelles, éventuellement chauffantes et séchantes, neuves ou d'occasion. Incroyable !

Elles ont toutes un point commun, du à l'obligation de légèreté, elles n'essorent pas. Il faut donc tordre le linge après lavage, avant de l'étendre ou éventuellement de le remettre dans la machine pour le sécher, s'il s'agit d'un modèle séchant.

D'autres caractéristiques font penser que les composants de base sont identiques, et que les machines vendues sous différentes marques sont en fait des assemblages labellisés NOVA, SIEMENS, CARAD,.... j'en passe et des meilleures, dont l'origine est essentiellement belge, mais aussi italienne, française ou grecque. Mais, va savoir d'où elles viennent........

Carad automatique

Finalement mon choix s'est porté sur un modèle CARAD semi automatique fabriqué en Grèce (tant mieux, j'ai une vraie tendresse pour ce pays), dont le propriétaire avait fait un usage modéré, lors de ses croisières estivales et n'en avait plus besoin.

comme une grande

Il possède presque tout d'une machine à laver de ménage, electrovanne de remplissage sur le réseau sous pression du bord ou du quai, pompe de vidange, chauffage, thermostat, programmateur, etc...

Commandes

Le tableau de commande fait presque rêver et permet de sélectionner la température et la durée du cycle,

tambour tournant

Et, comme dans une vraie, il y a un tambour tournant, qui est le coeur de la machine, car c'est lui qui lave et qui sèche. Une vraie petite merveille !

Pour les points à surveiller sur un voilier, encombrement, consommation d'eau et d'électricité, il faudra trouver des compromis, mais on a rien sans rien. Pour trois kilos de linge, il faut compter, pour un cycle complet, environ trente litres d'eau douce et une heure de fonctionnement du groupe électrongène (la machine consomme moins de 200w en 220v), pendant laquelle on pourra aussi faire tourner le dessalinisateur si l'on est au mouillage. Mais la résistance de chauffage ne sera pas utilisée car elle dépasse la puissance du groupe. On prendra donc l'eau chaude sanitaire du bord. Si l'on est en escale dans un port, ces problèmes ne se posent pas, mais, de toute façon, on évitera d'avoir à passer une demie journée ou plus dans une laverie, en fonction de la queue.

Conclusions sur ce choix à l'automne 2012, après une saison de pratique en équipage.

jeudi 19 mars 2009

Usine à eau

Le murissement des choix concernant l'installation et la position du dessalinisateur à bord demande du temps si l'on veut ne pas trop gâcher de place, optimiser les longueurs de tuyau, faciliter les opérations de mise en route, d'arrêt et de maintenance lors de l'exploitation, et respecter les contraintes fixées par le fournisseur sans oublier celles inhérentes au local affecté à cet usage.

Bref il m'a fallu deux mois de réflexion avant de me lancer, en trois phases:

1) Implantation et fixation des composants principaux ( pompe, membrane) et accessoires (filtres, vannes, branchement 12v, stockage des consommables)

2) raccordements de la plomberie selon les schémas fournis, avec les circuits d'alimentation, de production, de rinçage, ainsi qu'aux passe-coques.

3) Alimentation électrique et câblage du disjoncteur de protection.

Le résultat tient presque de l'usine à gaz ou de la raffinerie, mais le cahier des charges est respecté et cela marche.

Dessalinisateur1 Dessalinisateur 2 dessalinisateur 3 Dessalinisateur 4

En complément, un montage photographique de l'ensemble vu de babord (mais le logiciel d'assemblage de photos ne donne pas un résultat très propre). La bouteille en plastic bleu coupée reçoit l'extrémité du tuyau de sortie directe d'eau douce et de celui d'aspiration pour le rinçage ou le biocide qui aboutit à la vanne trois voies d'entrée dans le filtre 5 microns. La ligne de flottaison du bateau se trouve approximativement au niveau du couvercle bleu de ce filtre.

dessal vue complète

La suite après les premières utilisations vers fin mai début juin 2009, avant un bilan plus complet en fin de saison