dartag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Cagliari

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 20 juin 2012

Le calvaire de Cagliari

Voici maintenant une semaine que nous sommes arrivés dans cette capitale insulaire, avec un problème de fuite d'huile dans le sail-drive.

La commande des pièces, bien que transmise dès le 14 à Rome, n'est partie qu'aujourd'hui et doit arriver ce soir à l'aéroport international de Cagliari d'où elle sera livrée au mécanicien demain. Si tout se passe bien, il n'est pas impossible que nous soyons réparés demain soir 21 juin, jour le plus long de l'année, sinon, nous n'aurons plus qu'à déchirer nos vêtements (comme faisaient à Jérusalem, du temps de Jésus, ceux qui avaient une grosse contrariété) ou nous arracher les cheveux (comme font aujourd'hui les gens stressés).

marais salants dans la ville

Bon, ne dramatisons pas, nous sommes des retraités heureux, dans un pays béni des dieux, avec un temps magnifique et confortablement installés dans un voilier genre Pulman, avec tout le confort à bord. Même la Télé marche parfaitement (plus de 120 chaines ici sur la TNT italienne), mais il ne parlent qu'en étranger, si bien que nous n'y comprenons pas grand chose.

Cela na nous a pas empêché de suivre les résultats calamiteux des élections en France, ni de nous dire que nous étions contents d'être loin. Nos votes par procuration auront donc été inutiles, mais nous ne les regrettons pas car ainsi nous ne pouvons pas nous reprocher de ne pas avoir fait notre devoir. C'est Internet qui nous a permis de garder le contact, car même la presse française n'est pas disponible à Cagliari, sauf exception et avec au moins trois jours de retard.

St Antonio Abate

Marco Polo

Alors, nous pédalons nos quinze à vingt kilomètres en vélo chaque jour pour faire nos courses, charger du délicieux vin Sarde, visiter des églises baroques et monuments, mais dans cette grande ville, même sur ce sujet, il y a des limites que nous pensons avoir désormais atteintes.

petit bobard

salades royales

Au retour de nos expéditions, chargés comme des mules, et les yeux pleins de fantaisie nous dégustons les merveilleuses préparations de la Reine des salades, arrosées des vins locaux, garants de l'équilibre de notre alimentation.

mimi

85 ans et toutes ses dents

Et pourtant, les ports de plaisance y sont très fréquentés par des anglais de toutes conditions, ce qui serait un signe favorable de l'agrément de cette escale. En réalité, notre sentiment d'être bloqués sur place doit avoir une influence négative sur l'enthousiasme initial de la découverte. Il est temps de mettre les voiles !

chargeur modifié

Manivelle électrique opérationnelle

Les petits bricolages et améliorations du bateau font quand même quelques progrès : on peut noter la mise en service de la manivelle électrique de winch avec une nouvelle prise de courant dans le cokpit spécialement dédiée, un nouvel emplacement pour la machine à laver après qu'elle ait fait une chute vertigineuse depuis le précédent (avec dommages réduits et facilement réparables), vidant son contenu dans la cale, une restauration patiente à la pâte à roder des verres de lunettes rayés lors d'un nettoyage un peu trop musclé et même presque violent, une modification provisoire du chargeur de secours pour l'appareil photo afin de palier à l'oubli du modèle idoine, etc.....

La suite vers la Sicile, peut-être, quand nous serons remis à flot et réparés. Croisons les doigts, et vous avec nous. Merci pour vos prières....accompagnant celles que nous faisons (surtout Marie-France) lors de nos nombreuses visites sacrées dans ce pays très catholique.

vendredi 15 juin 2012

Cabotage interrompu

plage blanche de Teulada

Rien ne ressemble plus que le sud de la Sardaigne à toutes les autres iles méditerranéennes : maquis, caps déchiquetés, côtes montagneuses et plages de sable blanc à peine fréquentées, vent fort et mer moutonneuse ou calme plat, mouillages de rève en compagnie de quelques autres plaisanciers retraités en cette période, etc...

Cap Spartivento



Depuis Carlo Forte nous avons fait une escale à proximité du cap Teulada, le plus sud de la Sardaigne. Et là, patatras, au reveil, une petite inspection de routine de la cale, comme tous les jours, nous a fait découvrir un fuite d'huile venant de la transmission de d'hélice. Après un échange de mail avec le chantier qui entretient le bateau, nous décidons de rallier au plus vite en en utilisant le moins possible le moteur, la capitale Cagliari où nous devrions trouver des mécaniciens compétents et équipés.

origine de la fuite



La distance d'environ 32 milles (60 km) devait normalement être parcourue, avec la bonne brise que nous avions, en moins de cinq heures. C'était sans compter avec le Cap Spartivento et les perturbations qu'il introduit, comme tous les caps Spartivento ainsi nommés pour cette raison depuis l'antiquité, dans le régime des vents. Nous avons mis huit heures trente et sommes arrivés en pleine nuit, au milieu des chenaux et cargos entrant et sortant de ce grand port, sur fond de ville brillamment éclairée nous empêchant de voir le balisage maritime ! Vive le GPS et les cartes vertorielles déroulantes.

flamands de Cagliari

marais et lagunes



Dès le lendemain matin, prospection en vue de trouver un chantier pour diagnostiquer le mal et si possible le réparer. Le premier est venu deux fois à bord pour nous dire avec beaucoup de gentillesse que c'était très grave, que nous ne pouvions pas rester là et qu'il ne pourrait s'occuper de nous avant le 20 juin. Finalement il nous a recommandé à un ses collègue situé à l'autre bout du bord, plus de 2 milles, qui nous a pris en charge. Le mécanicien qui est venu à bord a immédiatement diagnostiqué l'origine du mal et a commandé à Rome par téléphone toutes les pièces susceptibles d'être remplacées et sortira le bateau de l'eau dès qu'il les aura. Nous espérons pourvoir reprendre la mer mardi ou mercredi. Le problème est maintenant devenu plutôt une question bureaucratique à régler avec notre assurance.

vue de la marine del sole

théâtre antique



En attendant, nous avons tout le temps de découvrir la capitale de la Sardaigne, au passé riche de 10 000 ans d'histoire (bien avant et après les phéniciens, puniques, grecs ou romains qui s'y sont relayés dans l'antiquité). Nous avons débarqué les deux minis vélos qui augmentent considérablement notre rayon d'action et nous servent en même temps de sièges lorsque nous nous reposons à l'ombre, ou de véhicules d'handicapés lorsque nos vieilles jambes nous font des misères (enfin surtout Alain car celles de Marie-France sont infatigables) !

herboriste en bois

bronze coquin

poterie polychrome



Ce soir, nous irons découvrir les petits troquets-bistrots-trattorias, et ce matin nous avons visité le centre historique et la citadelle, en particulier la cathédrale baroque munie d'un magnifique orgue récemment restauré, et le fascinant musée Sarde d'archéologie extrêment riche en bronzes et mosaïques, sans parler des poteries. C'est fou comme nos aïeux avaient de goût !

cathédrale perchée

crypte aux martyrs



Demain ou après-demain, on profitera de ce temps mort pour regarnir la cambuse de Dartag qui a pris un vieux coup depuis notre départ, faire quelques lessives, car maintenant que nous avons une machine à laver à bord ce n'est plus une corvée, et peut-être louer une bagnole pour décourir l'intérieur de l'ile. Bref les projets ne manquent pas.

femme à l'enfant



En ce mois de juin, nous n'oublions pas tous ceux qui passent des examens ou des concours et tous nos voeux les accompagnent. Merci aussi à tous ceux qui nous font partager leurs réactions et commentaires ou suggestions à propos de ces petits billets et qui nous font toujours très plaisir.