dartag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Baléares

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 11 juin 2012

Bon vent belle mer

grisaille tristounette

Après une journée de repos dans une grisaille tristounette à Fornells, le samedi s'est ouvert sous un soleil éclatant nous incitant à appareiller pour Mahon.

beau temps revenu

Après une sortie au moteur de ce beau mouillage, nous avons pris contact avec la grosse houle résiduelle de nord issue du coup de tramontane de la veille. Mais la brise maniable nous a permis d'arriver à Mahon pour déjeuner au mouillage au milieu d'une douzaine d'autres voiliers de nationalités variées au pied de la forteresse impressionnante dont les énormes canons de marine de 480 mm sont toujours présents, bien que leurs derniers tirs d'entrainement datent de plus de 50 ans.

Porte St Roc



D'un coup de Zodiac rondement mené nous avons visité cette capitale de Minorque, qui fait bonne figure avec ses restaurations de plus en plus nombreuses et quelques beaux monuments pratiquement remis à neuf, telles l'église romane Sant Fransesc ou la porte Saint Roc, dernier vestige des fortifications de la ville.



Mais la consultation détaillée de la météo ne nous laissa pas le loisir de profiter plus longtemps de cette ville attrayante, car une fenêtre favorable se présentait dès le lendemain matin dimanche pour traverser vers la Sardaigne.



Dès 8h30 nous étions en mer avec une jolie brise de SSW, 15 à 20 noeuds sur le travers, un rève ! Pour ces 200 milles marins, nous avions prévu quatre repas tout prêts (de délicieuses salades composées aromatisées aux épices et pimentos achetés la veille dans le supermarché du cloitre), pensant arriver le lendemain soir à la tombée de la nuit. Et bien deux seulement nous ont suffit, car la brise s'est maintenue d'une manière quasi continue, sauf quelques heures pendant la nuit (histoire de recharger les batteries) et nous avons déjeuner ce lundi confortablement amarrés dans la marina de Carlo Forte, ile San Pietro, à l'extrême sud ouest de la Sardaigne, après une cavalcade échevelée à plus de 7 noeuds de moyenne sur la majeure partie de la traversée. Il y a vraiment des journées qui vous reconcilient avec la mer et vous consolent des nuits d'enfer précédentes !

ruelle colorée



Cette petite ville active ne nous a pas encore offert la carte SIM de télécommunications de nos rêves mais nous profitons de la WIFI de la marina (précaire mais suffisante) pour déguster vos réponses (merci à tous) et vous envoyer notre petite chronique avant de nouvelles aventures italiennes et insulaires qui devraient se prolonger jusqu'à mi juillet au moins.

vendredi 08 juin 2012

Première étape musclée !

Nous somme donc partis mercredi dernier 6 juin en début de matinée, avec une météo correcte, ensoleillée, sans calmes et sans vents forts. Le bémol était que la direction prévue de ces vents était contraire. Nous nous sommes donc préparés à l'idée de louvoyer pendant au moins 36 heures, temps nécessaire à rejoindre Mahon à Minorque depuis Port Leucate, soit presque 200 milles marins, tout en espérant qu'Eole prendrait quelques liberté avec les météorologues et nous gratifierait d'un brise régulière portante (oups !).

chienne de vie



Ce ne fut hélas pas le cas, et le vieux dicton marin contre les vents contraires s'est vérifié une fois de plus: "deux fois la route, trois le temps, et quatre fois la rogne". Du vent de sud, de 10 à 25 nœuds pendant 45 heures sauf deux courtes accalmies nocturnes de quelques heures pendant lesquelles la risée Volvo nous a propulsé dans la bonne direction.

deux jours de près

Mais nous avons au total parcourus plus de 250 milles, et pas mal manœuvré pour les virements de bord et les réductions ou renvoi de voilures. Et finalement, au lieu d'aller jusqu'à Mahon, nous avons écourté la fin du parcours en nous arrêtant à Fornells, une quinzaine de milles avant, toujours à Minorque, où nous sommes arrivés au lever du troisième jour avec une belle houle de sud-est et le début du coup de vent de NW annoncé mais encore modéré. Le petit déjeuner au mouillage a été délicieux ! Heureusement, pendant la traversée, le soleil ne nous a pas fait défaut, on en voit les traces sur nos visages, et nous avons eu aussi de longues périodes de navigation agréable.



La pêche aurait pu être une bonne compensation à la rogne, mais la superbe daurade coryphène d'au moins 3 kilos que nous avons prise jeudi après-midi s'est décrochée à un mètre de la jupe, malgré les manœuvres pour la fatiguer sans casser la ligne et la demi heure de patience que nous avons consommée pour mettre toutes les chances de notre côté. Hélas, hélas, hélas,.... mais cela nous arrivera encore.

daurade coryphène



Fornells n'a pas changé depuis quelques années sans visite, mais paraissait un peu mort en ce vendredi après-midi sous la grisaille de la dépression qui agite le nord du bassin d'un mistral assez musclé. Demain, si le temps le permet, nous repartirons pour Mahon qui mérite une escale et nous placera idéalement pour une deuxième grande traversé vers le sud de la Sardaigne.

mardi 30 septembre 2008

2008 sur Dartag: Minorque, Corse, Sardaigne, Pontines, Naples

Après la saison 2007, je savais quelles étaient mes priorités pour 2008, avec l’ambition de fignoler la mise au point du bateau pour une croisière plus longue et plus lointaine, mais pas encore cette année où nous resterons en Méditerranée occidentale.

Il fallait régler tous les petits problèmes sous garantie avec le chantier Axemer à Argelès, mais aussi améliorer le bateau sur trois points principaux : les voiles, l’hélice, le dessalinisateur.......

nouvelle GV

Lire la suite...

jeudi 17 janvier 2008

2007 sur Dartag: Ibiza, Corse, Archipel Toscan

Après neuf saisons et beaucoup de plaisir sur mon précédent bateau, j’avais fait le grand saut pendant l’été 2006, en commandant un nouveau voilier plus grand, plus lourd, plus puissant, plus confortable, et de la même marque. DARTAG, un bavaria 42 cruiser, est donc arrivé à Argelès-sur-mer (66) au tout début de 2007. La préparation et l’installation des équipements commandés pouvaient donc commencer avec un objectif de mise à l’eau...... premier antifooling

Lire la suite...

samedi 18 novembre 2006

2004 Sur Thélia, l'année des méduses

Pour la première fois cette année, je m’étais dit que je n’avais pas de limite de temps pour naviguer et que je partirai à l’aventure dès que le bateau serait prêt. Il me fallait en effet corriger certains petits points de détail que j’avais laissé traîner à bord au cours des années précédentes mais qui n’étaient pas souhaitables pour une navigation de plus longue durée. Je voulais aussi installer la nouvelle hélice à mise en drapeau automatique, ..........

.Thelia sous voiles

Lire la suite...