D’or et d’émeraude

Dsc01884_mirage.jpg

Les mirages sont une réalité sur les épatantes autoroutes d’Oman, aux candélabres élégants. Quel luxe, mais ici la nuit on éclaire ad libitum !!!

Dsc01976_desert.jpg

Progressivement le paysage change, au profit du sable et de l’herbe à chameaux. Les kilomètres s’accumulent jusqu’au camp de base où nous décidons de laisser notre voiture de ville au profit d’un vrai 4x4 avec chauffeur qui nous emmènera dans les dunes jusqu’au Queen Désert Camp.

Dsc01892_bivouac.jpg

Bien nous en a pris, la conduite dans les dunes nécessite des aptitudes et un véhicule adaptés que nous n’avions pas du tout. L’accueil du désert est chaleureux et nous profitons du silence.

IMG_20191123_154633_bivouac.jpg

Quelques tentes de bédouins dans cet univers de sable d’or vont nous offrir un repos bienvenu après une journée de route. Et les derniers kilomètres dans le Toyota monstrueux piloté par un as du désert lors du parcours final, nous auront bigrement secoués.

IMG_20191123_154132_bivouac.jpg

IMG_20191123_154230_bivouac.jpg

Le confort est incroyable dans notre tente...

IMG_20191123_172528_bivouac.jpg

20191123_172449_bivouac.jpg

... et nous nous réjouissons d’avance de la belle soirée à venir et d’une nuit délicieuse en perspective.



Dsc01904_bivouac.jpg

IMG_20191123_204220_bivouac.jpg

Le dîner avec les quelques autres touristes, dont quatre français, venus s’encanailler comme nous dans les Wahiba sands, est suivi par une veillée autour de notre petit feu de camp privé. Nous y avons réchauffé notre thé, mais il sert surtout à éloigner les chacals, renards et autres coyotes qui rôdent autour du camp dans l’espoir de s’offrir eux aussi un bon dîner de chair fraîche !

20191124_084254_bivouac.jpg

Dsc01910_desert.jpg

Dsc01911_desert.jpg

Dsc01927_desert.jpg

Le lendemain matin, après avoir dormi du sommeil du juste, et bénéficié d’une nuit de silence absolu sous la pleine lune, nous découvrons notre environnement. Il n’est pas uniquement de sable d’or, et quelques touffes de végétation rachitiques nous rappellent que la vie s’adapte à tout.

IMG_20191124_084140_bivouac.jpg

A l’horizon, vers le NE, derrière notre camp, on devine les montagnes que nous traverserons plus tard pour rejoindre la côte des tortues.

Dsc01922_desert.jpg

Dsc01923_desert.jpg

Oui, la vie est présente dans le désert, les crottes de dromadaire et les terriers de scarabées le prouvent, comme tes traces de pattes d’oiseaux, de lézards ou de scorpions, trouvés en grand nombre. Il faut retourner ses chaussures avant de les enfiler pour éviter les mauvaises surprises !

IMG_20191123_150152_Mehariste.jpg

Et notre départ avec le signe amical d’un méhariste nous a laissé un petit goût de regret. Tout proche, le fort de Vilahat Bani Bu Assan dont les origines remontent au 9ème siècle, construit par l’imam Ali Buhafa bin Jaimar et reconstruit au début du 19ème siècle par Said bin Sultan nous a offert une visite quasiment privée.

Dsc01957_Fort_Bani_bu_Hassan.jpg

Nous étions les seuls, et avons été guidés par l’homme à tout faire du fort, un Bengali arrivé depuis quelques années, et dont l’ambition est de retourner dans son pays dès que possible.

Dsc01959_Fort_Bani_bu_Hassan.jpg

La restauration est magnifique et les objets et armes exposés superbes.

Dsc01964_Fort_Bani_bu_Hassan.jpg

A la sortie, un groupe de 4 copines nous attendait, ayant une grande envie de discuter avec nous, profitant d’une journée de détente sans leurs maris restés au travail.



DSC01966_copines.jpg

IMG_20191124_105657_Fort_Bani_Bou_Hassan.jpg

Ce fut un régal et un concours de voiles et de chapeau. L’hilarité de Nadine en dit long sur ce moment délicieux. Les échanges de numéros de téléphone ont été tout naturels.

IMG_20191124_112826_002_vaisseau.jpg

Poursuivant vers l’est nous avons découvert que les vaisseaux du désert ne voyageaient pas seulement à pied. Celui-ci était complètement à son aise, dans son pick-up.

DSC02014_riviera.JPG

Nous avons ensuite longé la côte de la mer d’Oman avant d’arriver à notre hôtel de Ras All Hadd construit sur un ancien aéroport déjà bien dégradé, à la corne de la péninsule Arabique.

Dsc01990_riviera.jpg

La plage est bien différente de celles que nous connaissons en Europe ou aux Antilles.

DSC02003_riviera.JPG

DSC02004_riviera.JPG

Elle est surtout fréquentée par les mouettes et les pêcheurs qui ont de belles embarcations qu’ils remontent sur le sable tirées par les pick-up. Les moteurs sont protégés par des tapis persans !!

Dsc02010_riviera.jpg

Cette côte sud du Golfe d’Oman dite « côte des tortues » est sévèrement protégée. En effet, les grosses tortues vertes viennent de tout l’océan indien pour y pondre leurs œufs surtout entre juillet et octobre.

20191124_212222_tortue_pondant.jpg

Chaque femelle en pond une centaine à chaque remontée (une dizaine de fois par saison) effectuée de nuit, et il ne faut pas les déranger. C’est le nombre qui fait leur force, car seulement une sur mille ayant éclos parviendra à l’âge adulte. Elles peuvent vivre 150 ans. Notre visite nocturne du sanctuaire des tortues sous la direction d’un guide passionnant nous aura permis d’en voir deux dont une en pleine ponte. Leur taille est impressionnante ! La photo est faite en profitant de l’éclairage de la torche du guide et il faut garder le silence.

DSC02031_Sur.JPG

Notre étape suivante a été Sur, grand port de pêche et spécialisé dans les chantiers navals de boutres, au bord d’une lagune dans laquelle les courants de marée sont importants.

DSC02037_Sur.JPG

L’un des chantiers expose un grand boutre traditionnel et plusieurs autres exemples de leurs constructions en bois qui naviguent en mer d’Oman depuis des siècles.

DSC02027_Sur.JPG

La petite communauté sunnite et wahhabite du pays se trouve sur la rive droite du chenal de la lagune. Après quelques tensions dans les années 70, la situation s’est calmée et la cohabitation est désormais pacifique avec les autres variantes de Islam notamment l’Ibadite, très majoritaire.

Dsc02023_Picnic_Whahabite.jpg

L’ombre du pont qui relie les deux rives protège de l’ardeur du soleil un picnic entre copines….

DSC02046_Sur.JPG

… tandis que sur la rive gauche déambule un pêcheur omani à marée basse.

IMG_20191125_214403_Sur.jpg

Le souk de Sur abrite un grand nombre de tailleurs homme et femme.

Dsc02051_pour_la_nuit.jpg

Dsc02055_pour_le_jour.jpg

Ils exposent les robes pour la nuit comme pour le jour, pour homme et femme, ainsi que tous les couvre-chefs locaux. Les échoppes sont brillamment éclairées et décorées de mosaïques dorées et argentées. Mais n’espérez pas vous y faire faire un costume trois pièces sur mesure.

IMG_20191125_203658_Sur.jpg

En revanche c’est l’endroit rêvé pour déguster les poissons locaux cuisinés à l’omanaise, avec des frites quand même. N’oublions pas que la Belgique n’est pas si loin !

Dsc02059_Wadi_Tiwi.jpg

Reprenant la route vers Mascate, nous longeons les montagnes qui bordent le golfe d’Oman.

Dsc02070_Wadi_Tiwi.jpg

Elles sont entaillées par de nombreux wadis creusés par de minuscules fleuves côtiers qui forment des gorges fantastiques. Leur fond est parsemé d’oasis, de palmeraies et de villages.

Dsc02080_Wadi_Tiwi.jpg

La collecte de l’eau est, là aussi, une priorité, et les falajs (système de petits canaux et de créneaux de distribution) irriguent des cultures luxuriantes,…

Dsc02087_Wadi_Tiw.jpg

… notamment des dattes et des bananes à l’ombre bienfaisante.

Dsc02101_Wadi_Bimah.jpg

Les randonneurs sont ici à leur affaire, remontant des kilomètres à partir du niveau de la mer, et jusqu’à plus de 1000 mètres d’altitude, sur des petits chemins traversant les villages et les falajs….

IMG_20191126_122828_Wadi_Bimah.jpg

…parfois au moyen d’un transbordeur local dans un mini canot.

Dsc02111_Bimmah_sink_Hole.jpg

La côte est souvent calcaire, favorisant l’existence de grottes qui deviennent des gouffres lorsque leur plafond s’effondre après avoir été raviné par les infiltrations des eaux de pluie.

Dsc02118_nettoyage.jpg

Ils sont envahis par l’eau de mer toute proche, et la vie aquatique y est intense.

Dsc02125_Safra.jpg

Une étape improvisée a été un autre grand moment. Le gîte épatant que nous avions réservé la veille sur booking.com, s’est avéré être un enclos dans lequel le propriétaire, absent, avait laissé Safra, sa jeune et charmante chamelle (non, pas sa gazelle).



IMG_20191126_172039_Safra_d_Al_Misfah.jpg

IMG_20191127_073126_Safra.jpg

Nous avons partagé une nuit avec ce bel animal domestique très familier qui manquait manifestement de contact avec des humains. Elle se précipitait à la fenêtre de la douche chaque fois qu’elle entendait quelqu’un, cherchant à attirer l’attention.

Dsc02154_Al_Jazir.jpg



Dsc02144_Al_Jazir.jpg

Dsc02143_Al_Jazir.jpg

Dsc02157_Al_Jazir.jpg

L’unique grand barrage d’Oman est un ouvrage grandiose parfaitement équipé et accueillant. On se demande quand l’évacuateur de crue gigantesque peut être utile, au vu du niveau très bas du lac, et de l’aridité des montagnes environnantes. Le régime des précipitations et la violence des crues doivent être dantesques pour ne pas dire apocalyptiques !

Dsc02147_Al_Jazir.jpg



Dsc02159_Al_Jasir.jpg

Dsc02161_Al_Jazir.jpg

En ce jour férié, le parc surplombant le lac accueillait une foule nombreuse et une kermesse colorée aux couleurs du pays. Les scouts musulmans en uniforme étaient bien présents.

Dsc02164_grosse_voiture.jpg

Dsc02165_tres_grosse_voiture.jpg

Les parkings étaient pleins, chose inhabituelle ici, de voitures vraiment colossales, plus habituel. Un Range Rover fait figure de Smart dans ce pays.

IMG_20191126_130951_riviera.jpg

Le retour vers la capitale, toujours sur des routes parfaites nous fit longer la mer d’émeraude,…

Dsc02102_riviera.jpg

…ou d’immenses déserts de pierres,…



Dsc02174_secheresse.jpg

….passer entre des montagnes d’une sécheresse inouïe….

Dsc02123_les__mamelles_d_Oman.jpg

… voir des paysages roux au coucher de soleil. Nous n’avons pas résisté à ce spectacle qui rassemble les trois mamelles du sultanat d’Oman : une station service, le drapeau national et une mosquée.

Dsc02197_Bait_al_Luban.jpg

De retour à Mascate, nous voulions tester le meilleur restaurant de la corniche, situé au dernier étage d’un bâtiment restauré de fond en comble, à proximité du marché aux poissons.

Dsc02192_Bait_al_Luban.jpg

IMG_20191127_123715_Bait_al_Luban.jpg

Le résultat fut à la hauteur de nos espérances et l’addition finalement raisonnable.

Dsc02196_boutre_luxe.jpg

En digérant sur la corniche, notre choix aurait été vite fait entre ce paquebot de croisière en escale et ce boutre à trois mâts de luxe. Nous aurions bien voulu le voir naviguer.

Dsc02213_plage.jpg

Avant de rentrer à l’hôtel, en cette belle et douce soirée, une petite promenade le long de la grande plage de Mascate à marée basse, nous a fait découvrir comment des omanis en profitent.

Dsc02214_plage.jpg

C’est à croire qu’ils ne connaissent pas le maillot de bain et ne se baignent pas…

Dsc02209_plage.jpg

… sauf quelques enfants qui jouent dans l’eau tout habillés. Chacun son truc, non ?

Dsc02220_mosquee.jpg

Et avant de rendre la voiture le lendemain, une tournée des monuments, de nuit, nous a entraînés..

Dsc02221_opera.jpg

…jusqu’à la grande mosquée et à l’opéra. Absolument magnifiques.

Dsc02233_Crowne_Plazza.jpg

Dsc02227_pecheurs.jpg

Redescendant de l’hôtel déguisé en paquebot où nous venions d’abandonner notre petite Nissan, le mini port de pêche, vide la veille à marée basse, fut notre dernière visite à Mascate avant de nous envoler vers le Musandam qui fera l’objet de notre troisième et dernier billet d’Arabie.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet