« Remontée tranquille»

Cinq jours de forte brise à Port Elizabeth permettent de goûter les plaisirs du mouillage, même si c’est un peu bruyant ou agité par moment. Les visites à terre donnent l’occasion de recharger la cambuse, de lire sa messagerie grâce aux Wifi locales, après la défaillance de Digicel le fournisseur qui prétendait avoir vendu une carte SIM Data prépayée et illimitée pour 7 jours.

Dsc02841_Visiteur_du_soir.jpg

Les paquebots continuent leurs rotations régulières, certains sont plus élégants que d’autres.

Dsc02838_comble_du_superflu.jpg

Et à terre le choix de certains pasteurs (?) n’est pas facile à comprendre sur une ile de la taille de Porquerolles (à peine) où les routes bitumées en bon état ne doivent pas dépasser deux kilomètres, et encore, étroites, constituées surtout de virages très courts sans visibilité et de raidillons ou de descentes vertigineux. Mais, malgré les apparences, cette voiture impressionnante a peut-être un moteur modeste. Je ne l’ai pas entendue rugir, contrairement à d’autres.

Dsc02847_Baliceaux_et_Battowia.jpg

Dsc02858_Petit_Mustique.jpg

L’alizé s’étant un peu calmé (très peu) nous reprenons la mer vers les ilots situés au vent de l‘île. Pour la plupart, ils sont déserts, fréquentés uniquement par les oiseaux et quelques pêcheurs, comme Battowia et Baliceaux, ou Petit Mustique et Savan Island.

Dsc02856_Mustique.jpg

En revanche Mustique est privée, et ses propriétaires ont construit des infrastructures sérieuses, un aérodrome, et de luxueuses villas souvent louées à des personnalités du show bizz, des footballeurs, des industriels ou des membres du gotha mondial.

Dsc02862_World_s_end_Reef.jpg

En approchant des Tobago Cays, il faut se glisser entre les récifs ou barrières coralliennes qui demandent un peu d’attention dans la navigation et une certaine maniabilité, notamment à l’approche du World’s End Reef, bien nommé, constitué d’un grand plateau submergé sur lequel la grosse houle venue de 3000 kilomètres se brise bruyamment. Si tu rates ton coup t’es mort !!!

Dsc02864_Petit_Tabac.jpg

Juste à l’ouest, partiellement abrité, on trouve un petit ilot planté de cocotiers autour d’un minuscule lagon peu profond. Il n’est pas très fréquenté, mais deux voiliers en avaient pris possession pour la soirée et une escale était impossible.

Il m’a donc fallu faire le tour de la barrière de corail qui protège les Tobago Cays pour trouver un abri sûr pour la nuit. Cet endroit mondialement connu, dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises, est très fréquenté, surtout entre les deux ilots appelés Petit Bateau et Petit Rameau.

Dsc02869_Tobago_Cays.jpg

Ailleurs c’est le royaume des kite surfs dans les couleurs magnifiques du récif peu profond. Et 80% des voiliers au mouillage sont des catamarans de location portant des équipages nombreux venus consommer une ou deux semaines de vacances de rêve.

Dsc02872_Clifton_bay.jpg

Les formalités de sortie du territoire de St Vincent et les Grenadines, nécessitaient une escale à Clifton, tout proche, dont l’aéroport héberge les fonctionnaires habilités, fort aimables et efficaces.

Dsc02880_arrivee_a_Tyrell_Bay.jpg

Nous pouvions alors nous lancer vers Grenade que nous n’avions pas visitée depuis 2016, en commençant par la première des Grenadines de Grenade, Carriacou, où nous avons fait escale à Tyrell Bay.

Dsc02898_Valhala.jpg

Surprise, nous y avons trouvé une goélette de 20 mètres, Valhala, construite en acier par un couple de français, Pascal et Bernadette, qui a enchainé les voyages du pôle nord au pôle sud à son bord pendant trente ans. Ils sont reçu les journalistes de Voiles & Voiliers qui ont publié un grand reportage sur eux dans le numéro d’août 2018. Elle est à vendre !

Dsc02899_Sam.jpg

Et la visite de voisins au mouillage (sur SAM), attirés par notre pavillon corse, s’est terminée en apéro à leur bord. Hervé et Elizabeth ont aussi beaucoup voyagé et nous garderons certainement le contact. Anciens viticulteurs, ils sont bretons et habitent Porto Vecchio.

Dsc02906_GYC.jpg

En ce dimanche 17 février, l’appel de Grenade fut le plus fort. Une belle brise nous mena jusqu’à la capitale Saint Georges en moins de 4 heures. Peu après la mi-parcours, alors que j’étais à la barre bâbord depuis quelques minutes pour gérer les fortes rafales sous le vent de l’île, un bruit sec et métallique a retenti suivi d’une perte de contrôle totale du gouvernail. La transmission venait de lâcher. Me précipitant sur la barre tribord, je repris le contrôle de Dartag sans grosse difficulté, puis rebranchai le pilote pour faire des investigations.

Dsc02912_maillon_faible.jpg

C’est la chaine de transmission qui s’était brisée sous l’effort. Terminant le parcours sans encombre, je me suis dit que ce n’était pas plus mal d’arriver à St Georges. Grenade étant un pôle important pour la plaisance à voile, je devais pouvoir y trouver facilement les pièces nécessaires à une réparation parfaite.

DSC02909_Knight_s_auto.JPG

Dès le lundi matin, je consultai les deux chaines d’accastilleurs américains présents sur place. Sans succès. L’un d’eux me suggéra de voir le grand spécialiste auto-moto local, Knight's Auto, ces chaines étant aussi utilisées principalement sur les motos, à une demi-heure de marche, dans la ville haute. Pas de chance non plus, il avait de nombreux modèles mais pas le bon. Il allait donc falloir mettre en œuvre une réparation de fortune.

Dsc02910_Ecole_de_filles.jpg

Dsc02911_Education_a_Grenade.jpg

Mes pérégrinations dans cette ville m’ont redonné l’occasion de voir qu’une des priorités de ce pays est certainement l’éducation des jeunes. Garçons et filles dans des écoles séparées, tous en uniforme traditionnel, se rassemblent pour rejoindre leur établissement sur le fronton duquel figure sa devise. On se sent à mille lieues des turpitudes et conflits bysantins de notre Education Nationale. Reste à savoir si les résultats sont à la clé ? En tout cas il est clair que depuis notre dernier voyage ici, la propreté, le réseau de transport en commun, la qualité des voiries ont encore progressé, alors que la situation était déjà bien meilleure que dans les iles voisines.

Un petit exemple supplémentaire : lors de ma visite chez Digicel pour comprendre pourquoi ma carte SIM illimitée avait cessé tout service après trois jours : le technicien qui m’a reçu s’est montré si précis et convainquant que j’ai racheté 7 jours de forfait en toute confiance. Bravo !! J’espère ne pas être déçu !

Dsc02913_recupere_au_bout.jpg

Dsc02914_couture_en_inox.jpg

De retour à bord, j’ai entrepris de réparer la chaine brisée. Il m’a fallu une heure trente avec des outils simples et une chute de fil d‘inox récupéré sur un morceau de câble de hauban pour faire une sorte de ligature. Cela semble être suffisante en attendant une chaine neuve, car il est clair que celle-ci à souffert d’une corrosion bizarre. Les trois autres chaines du système de barre sont intactes, heureusement. Mais, désormais, j’aurai du rechange à bord pour ce dispositif essentiel à la sécurité du bateau. Je n’ose pas penser ce qui se serait produit si cet incident était arrivé alors que je slalomais entre les patates de corail des Tobago Cays !!!!

Dsc02916_pleine_lune_sur_Carriacou.jpg

Profitant d’une fenêtre météo favorable, je repris la route vers le nord avec une barre complètement opérationnelle. Ce fut une traversée retour agréable vers Tyrell Bay, quoique beaucoup plus longue qu’à l’aller, car il a fallu louvoyer contre le vent sur les deux tiers du parcours. Mais, par une brise modérée et régulière, sur une mer plus maniable que la veille, ce fut un plaisir. Le coucher de soleil et le lever de pleine lune participèrent aussi à cet agrément.

Dsc02920_Coucher_a_Tyrell.jpg




Retour demain dans les Grenadines de St Vincent pour quelques jours, avant de reprendre la route de la Martinique pour la fin du mois de février qui n’en compte cette année que 28 (des jours).

J’ajoute pour les gourmets quelques compléments alimentaires glanés en ce début de saison d’hiver tropical.

- Pour les nourritures terrestres :

1) Une recette : la purée croquante « Dartag » :

A partir d’une purée mousseline classique pour quatre, ajouter 200 grammes de dés (ou 4 tranches hachées menu) de jambon, et trois cuillères à soupe de moutarde forte. Une pincée de Massalé en poudre ne peut pas faire de mal ou, à défaut, du Curry. Pour le croquant, un gros oignon rouge finement émincé et pour l’onctuosité trois crèmes de gruyère Vache Qui Rit entières (à l’exclusion de toute autre marque), que l’on peut éventuellement remplacer par 75 gr d’emmental râpé de nos montagnes. A déguster chaud ou froid indifféremment.

Dsc02903_Rpyal_Malt.jpg

2) Quant au « Pure Heaven Out Of This World », « Royal Malt Original » découvert par hasard dans le nouveau supermarché Alexis, à Tyrell Bay, c’est une horreur. Sirupeux sans sucre, sans alcool, sans gaz, intermédiaire entre la pisse de cafard et le jus de crayon gras, bref pratiquement pas de goût, typiquement une boisson marketing pour obèses, qui, même approuvée par la Reine d’Angleterre, ne mérite pas ne serait-ce qu’un mini détour. A jeter, à moins d’aimer le « so british » ! J’espère que les lecteurs du Royaume Unis ne m’en voudront pas.

- Et Jean-Christophe Rufin pour les nourritures intellectuelles.

Rappelons que cet écrivain-diplomate-académicien n’a rien à voir avec François Ruffin, député « La France Insoumise », par ailleurs brillant également dans son domaine, même si on peut penser en voyant leur photo, qu’ils pourraient avoir des liens familiaux.

Dsc02902_Ruffin.jpg

- " La salamandre" romance le parcours d’une femme banale autour de la cinquantaine, qui, après un voyage au Brésil chez des amis, décide de changer de vie et s’y installe après avoir rencontré un jeune aventurier sans scrupule. Commence alors pour elle une longue descente aux enfers sur fond de générosité, d’aventure, de rencontres de personnages marginaux d’une société du tiers monde ou la loi du plus fort est la règle et où l’Etat est lointain. Elle connaitra le feu de l’enfer. Comme la Salamandre elle sauvera sa vie, mais quelle vie ? Ce court roman se lit en quelques heures et m’a tenu en haleine comme rarement cela s’était produit.

- "Immortelle randonnée" est un témoignage et le récit du processus qui a conduit l’auteur à faire le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. Curiosité, recherche d’un engagement personnel à la fois physique et intellectuel, volonté de rencontres, sont décrits et analysés avec rigueur, un humour très fin et une lucidité permanente sur son propre comportement d’historien, de sportif, d’intellectuel et d’homme d’action. Un récit merveilleux, drôle, documenté, personnel, sans illusion ni prosélytisme. Une expérience qui fait dire à son auteur qu’il y a un « avant » et un « après ».

Ces deux ouvrages donnent envie de se plonger dans l’œuvre de cet auteur plus profondément.