Geneve_janvier_2016b.jpg

Eh oui, l’hiver au chaud est bien agréable cette année, pendant que vous êtes encore pris dans les glaces et la neige en Europe et en Amérique du Nord.

Certes, cela débute, comme chaque fois, par un peu d’exercice physique. Il faut trimbaler les 35 kilos de bagages de gares en aérogares avant d’arriver à Pointe à Pitre un peu décalé dans les horaires.

Dsc02766_faune_et_flore.jpg

Ensuite, le réarmement de Dartag implique un grattage de la faune et de la flore accumulée depuis le mois de mai dernier, avant une nouvelle peinture,….

Dsc02762_lutte_sans_merci.jpg

…..et quelques autres travaux moins agréables comme la chasse aux cafards qui se sont crus chez eux depuis tout ce temps. Je ne leur laisse aucune chance. Mais l’année prochaine il n’y aura absolument rien dans les cales de Dartag qui puisse les attirer. Saloperie d’insectes !!!

Dsc_0862_grande_anse.jpg

Et, une semaine après, c’est le départ vers la Martinique et de bien agréables rencontres, avec les amis des années précédentes et aussi Nadine, arrivée en vacances quelques jours plus tôt pour un court séjour aux Anses d’Arlet.

20190203_175513_a_la_tuilerie.jpg

Elle embarquera pour quelques jours avant de revenir plus tard dans la saison. Nous ferons ensemble une tournée des mouillages et plages les plus agréables de cette ile qu’elle connaît mieux que moi, y étant venue régulièrement depuis plus de vingt ans.

Dsc02804_Musee_de_la_Pagerie.jpg

La très belle rade de Fort de France offre de nombreuses possibilités d’escale parfaitement abritées et nous en avons profité pour visiter le petit musée de la Pagerie, installé dans la propriété de la famille de l’impératrice Joséphine de Beauharnais, première épouse de Napoléon Bonaparte, restée l’amour de sa vie même après leur séparation pour raison d’état.

Dsc02811_Fort_de_France.jpg

Dsc02813_Rade_de_FdF.jpg

La prospection pour quelques articles nécessaires à Dartag fut l’occasion de promenades pédestres dans la capitale de l’île et ainsi de la voir sous un autre jour, profitant aussi d’un temps et d’une visibilité exceptionnels.

Dsc02820_Zodiac.jpg

La vieille annexe Zodiac (13 ans) était en fin de vie depuis quelques années. Il fallait aussi retourner au Marin pour prospecter, en espérant trouver sa remplaçante.

Dsc_0863_2_annexes.jpg

Finalement c’est un modèle chinois (3D Tender UL290) qui présentait le meilleur compromis longueur/poids/prix et il était disponible le lendemain. Alors basta ! En une demi-journée le transfert était fait. La Zodiac fut déposée chez le réparateur pour une révision complète avant, peut-être, sa mise en vente lors de mon prochain passage. Elle fera peut-être encore des heureux.

Après quelques courses et formalités administratives, nous pouvions reprendre la mer avec l’idée de retourner dans le paradis de petites Antilles que sont les Grenadines et en particulier les Tobago Cays. Chienne de vie !

Dsc02821_St_Vincent_a_l_aube.jpg

Pas de sauts de baleines cette fois (voir le billet n°54 « Grenadines Express »), mais le passage sous le vent de St Vincent, à l’aube, par calme plat, avait quelque chose de magique.

Dsc02823_arrivee_a_Bequia.jpg

Cette traversée de rêve, par un temps idéal, brise maniable et mer peu agitée nous conduisit, après une nuit en mer, à Béquia (les initiés disent Bécoué), première étape de cette nouvelle croisière.

Dsc02829_Port_Elizabeth.jpg

La baie de Port Elisabeth est toujours aussi belle. Ses couleurs et jolies villas font de ce mouillage l’un des plus attractifs des petites Antilles. La semaine anglaise implique que les administrations soient fermées en ce deuxième week-end de février. Nous attendrons donc lundi pour faire les formalités d’immigrations, de douane et d’autorités portuaires, ainsi que pour acheter un abonnement Digicel qui nous permette d’accéder à Internet dans toutes les iles du sud de l’arc antillais. Sniff !!

Dsc02832_crepuscule_a_Bequia.jpg

Curieusement il n’y a pas foule, si l’on excepte les deux paquebots, dont le Club Med 2, qui débarquent leurs touristes en chemises à fleurs, bermudas et chaussettes dans les tong, avides de bronzage. Leurs illuminations à la tombée de la nuit sont malgré tout assez jolies.

Dsc02782_coucher_au_Marin.jpg

Et pour terminer, voici un coucher de soleil magique, vu le soir après une baignade au milieu des tortues dans la grande Anse d’Arlet en Martinique. Pardon de vous infliger cette terrible tentation que certains ont déjà vue, mais je n’arrive pas à me lasser de la beauté de ces paysages et ciels tropicaux. Je n’essaie même pas ! Merci à notre planète d’être aussi belle. Comme l’a si bien dit la belle-mère de Joséphine ; « pourvou qué ça doure » !