Après une première partie de croisière à la découverte des iles oubliées de l’est et du sud de l’arc antillais, nous attendions notre équipier pour la deuxième partie de ce voyage hivernal.

Dsc00744_Il_est_bien_arrive.jpg

Il est bien arrivé, un peu palot, alors que le froid, les tempêtes, la neige continuent à éprouver l’Europe, à la grande surprise des théoriciens du réchauffement de la planète.

Dsc00614_Iguane_du_gosier.jpg

Et, après un pèlerinage au fond du lagon bleu pour y retrouver nos amis les iguanes et récupérer quelques noix de cocos, nous sommes entrés rapidement dans le vif du sujet. Deux escales plus tard, aux Saintes et à Deshaies que vous connaissez déjà très bien, c’est devant les formidables énergies des plaques tectoniques que nous nous sommes sentis tout petits.

Dsc00635_Plymouth.jpg

Plymouth, capitale de l’ile de Montserrat a été partiellement ensevelie par l’une des trois grosses éruptions de son volcan dans les trente dernières années. Il a fallu évacuer les trois quarts des habitants de l’île et les deux tiers du territoire sont une zone interdite aux civils. Il y a aussi une grande zone d’exclusion en mer en raison des risques toxiques et des mouvements de terrain qui rendent la cartographie marine caduque, en tout cas imprécise.

Dsc00638_Plymouth.jpg



On voit cependant un début de colonisation des coulées pyroplastiques par la végétation tropicale qui laisse penser que les ruines de la ville auront été englouties dans quelques décennies. Mais les odeurs d’œuf pourri et d’hydrogène sulfuré sont toujours bien présentes sous le vent du volcan.

Dsc00642_fumees.jpg

Dsc00645_goelette_a_Nevis.jpg

L’ile suivante s’appelle Nevis. Le nom donné à l’origine par Christophe Colomb était nièvès. Les nuages qui dissimulaient son sommet faisaient penser à de la neige ! Sous les tropiques, quand la température varie à longueur d’année entre 23 et 32 degrés ? il avait de l’imagination ce Colomb ! Mais les successeurs de ces navigateurs intrépides sont toujours présents dans les eaux de cette ile, avec des trois mâts sans doute beaucoup plus sûrs et confortables, et des pavillons british.

Dsc00652_etre_vu.jpg

Celui-ci n’a que deux mâts, mais le confort et la sécurité y sont sans doute tout aussi parfaits, et il symbolise assez bien le type de visiteur que l’on trouve à Saint Barthélémy. Le cyclone Irma est passé sur ce joyau tropical en septembre 2017 et y a fait des ravages. Six mois après, on ne voit pratiquement plus les traces de cette catastrophe : les quais sont presque tous réparés, les toits remis à leur place et le business a repris comme d’habitude même si certains établissements sont encore en travaux.

Dsc00729_zone_industrielle.jpg

La zone industrielle est reconstruite, avec sa centrale électrique, son usine de dessalement de l’eau de mer, ses dépôts de carburants et de matériaux de construction et on voit dans toute l’ile des équipes munies de grues et engins de travaux publics qui finissent de réparer ou reconstruire ce qui a souffert.

Dsc00711_chantier_de_l_Eden_Rock.jpg

Le fameux hôtel Eden Roc, construit sur un gros caillou au milieu de la baie de St Jean, qui avait été pratiquement rasé, a même trouvé un slogan affiché sur les palissades qui protègent le chantier : « stronger than Irma ». Il sera rouvert l’hiver prochain agrandi et amélioré !

Dsc00653_le_clocher.jpg

Le clocher de l’église, qui était tombé, a été réparé et les cloches sonnent le carillon comme avant. Celui de l’autre église était tombé lui aussi, mais, beaucoup plus gros et lourd, il demande des réparations plus importantes et surtout une sécurisation maximum pour prévenir une autre catastrophe à l’avenir.

Dsc00664_quai_endommage.jpg

Dans le fond du port de Gustavia il reste quand même quelques traces du désastre et une partie du quai est encore impraticable. Cela donne une idée de la violence des éléments. Et pourtant de vulgaires cabanes en planches situées à proximité semblent avoir résisté aux assauts furieux d’Irma. Il semble également qu’un projet de réhabilitation plus complète de ce quartier traditionnel de Gustavia soit à l’étude.

IMAG0300_Mini.jpg

IMAG0301_Mini.jpg

Pour nos visites, Frédéric avait loué une superbe Mini Cabriolet avec laquelle nous avons joué aux kékés, histoire de prendre temporairement la couleur locale.

Dsc00731_Mustang.jpg

Nous avions un peu hésité avec une Ford Mustang GT, mais elle aurait été moins pratique dans certains endroits de l’ile, et la version cabriolet n’était plus disponible (quels blaireaux !).



Dsc00673_Johnny.jpg



Dsc00685_souvenir_de_fans.jpg

DSC00688_Cimetiere_de_Lorien_Rt.JPG

Dsc00712_Johnny.jpg

Evidemment une visite à Johnny était aussi au programme. Jolie tombe recouverte sous les souvenirs et les hommages de fans. Certains sont très émouvants, d’autres magnifiques, certains ont été préparés longtemps à l’avance, c’est sûr. Avez-vous remarqué la Harley Davidson en fleurs qui est derrière la croix ? L’ensemble est pourtant discret et plutôt de bon goût dans ce cadre idyllique au bord de l’océan tout proche. Curieusement aucune inscription ne semble venir de la famille ou plutôt des familles ! Et le cimetière est vraiment joli. Ca donne presque envie de s’y installer, le plus tard possible quand même.

Dsc00696_plage_des_salines.jpg

Les plages de sable blanc désertes ….

DSC00714_bd_du_luxe.JPG

…sont toutes proches des rues rassemblant toutes les marques prestigieuses du monde.....

DSC00718_comble_du_raffinement.JPG

…ou le summum du raffinement nautique….

Dsc00720_anse_des_flamands.jpg

…..jouxte les criques et plages plus ou moins sauvages.

Dsc00732_mouillage_du_colombier.jpg

Ce paradis attire toujours les visiteurs et investisseurs par ses sites, sa beauté, son luxe. Tout cela rassemblé sur un territoire à peine plus grand que l’’ile de Porquerolles ! Une merveille, et si le mouillage de Gustavia est souvent agité, il y a celui du colombier, parfait et désert.

Dsc00736_decharge_cyclonique.jpg

C’est une toute autre ambiance qui nous attendait en arrivant à St Martin. On commence par longer une ancienne carrière sur la côte Est de l’île. Elle a été utilisée pour y déverser les milliers de tonnes de gravas, charpentes, poutrelles en tous genres, tôles ondulées ou pas, véhicules, bidons, citernes, détritus divers qui jonchaient les routes et villes après Irma. Et la noria de camions poubelles continue à en déverser dans ce grand site abandonné et sinistre.

Dsc00743_front_de_mer_Marigot.jpg

Dsc00785_Marina_Fort_St_Louis.jpg

Le front de mer de la capitale, Marigot, est une litanie d’immeubles décapités, de bateaux démâtés, de plages couvertes d’épaves. La Marina extérieure, celle de Fort Louis, est à moitié détruite, remplie de bateaux coulés et de pontons désarticulés. Une horreur !

Dsc00747_massacre.jpg

Dsc00749_gendarmerie_retournee_-_Copie.jpg

Et si on rentre dans le lagon, c’est pire. Un spectacle apocalyptique nous y attendait sans distinction entre le côté français et le côté hollandais. L’ouragan n’a pas trié entre les victimes.

Dsc00778_au_sec.jpg

Les bateaux ont été parfois projetés à l‘intérieur des terres avant d’être pillés, des chalutiers ou cargos de plusieurs centaines de tonnes, drossés contre les piles de ponts, les digues…. Curieusement l’épave d’un remorqueur coulé au milieu du lagon par un précédent cyclone et déjà passablement rouillé, presque à l’état de dentelle, n’a pas été entièrement démantelée. Il n’y a que la mauvaise herbe qui résiste !

Dsc00746_ce_fut_la_guerre.jpg

Certains quais ont été détruits comme par des explosions ou des bombes

Dsc00764_empiles.jpg

Les bateaux sont parfois empilés les uns sur les autres…..

Dsc00753_ecrabouilles.jpg

…ou regroupés dans des tas monstrueux

Dsc00765_fantomes.jpg

Des fantômes, renfloués après un long séjour d’immersion, tournent autour de leur ancre

DSC00767_sacrifie.JPG

Il y a aussi de grands et luxueux motor-yachts abandonnés, coulés alors qu’ils auraient évidemment pu s’échapper avant l’horreur.

Dsc00770_presque_coupe_en_deux.jpg

Un autrefois magnifique ketch Amel Super Maramu presque coupé en deux, sur la coque duquel on a collé des emplâtres, a été remis à flot couvert de coquillages et végétaux marins.

Dsc00771_super_Maramu_pas_cher.jpg

Que va-t-il devenir, et les autres ?

Dsc00774_retourne.jpg

Un catamaran d’environ 20 tonnes est retourné comme un crêpe…

Dsc00792_grand_case.jpg

A grand Case, les couleurs envoutantes de cette baie paradisiaque…..

Dsc00793_grand_case.jpg

…deviennent un cauchemar lorsqu’on y regarde de plus près.

Dsc00803_anse_Marcel.jpg

A l’anse Marcel, le grand hôtel qui occupait tout le fond de la baie est en ruines.

Dsc00807_anse_Marcel.jpg

Les logements ont perdu leur toit et leurs charpentes.

Dsc00810_anse_Marcel.jpg

Certaines poutres ont été arrachées de leurs scellements et enlevés comme des fétus de paille.

Dsc00796_melange_de_bateaux_et_de_pontons.jpg

La petite marina de Longvilliers, considérée comme l’un des meilleurs « trous à cyclone » des Antilles, n’est plus qu’un cimetière de bateaux et pontons mélangés.

Dsc00799_port_Longvilliers.jpg

Autrefois ce furent de grands et luxueux voiliers….

Dsc00813_port_Longvilliers.jpg

… presque tous démâtés et renfloués après avoir coulé dans le port

Dsc00801_Port_Longvilliers.jpg

Et le petit centre commercial est abandonné, en piteux état. Evidemment la saison touristique est perdue et on se demande si les suivantes ne sont pas également compromises. Et pourtant les services publics et la plupart des commerces fonctionnent et sont normalement approvisionnés.

Dsc00818_Tintamarre.jpg

En repartant de ce champ de bataille, l’île déserte de Tintamarre nous a offert un moment de calme et de réconciliation avec la nature. Elle porte un dôle de nom, mais pourquoi pas ?

Dsc00822_anse_du_colombier.jpg

Nous sommes repassés à St Barth dans l’anse du Colombier…

Dsc00824_anse_du_colombier.jpg

…très fréquentée en ce dimanche des rameaux…

Dsc00827_Gustavia.jpg

…puis encore à Gustavia, dont on ne se lasse pas….

Dsc00833_nos_amis_les_dauphins.jpg

…. avant de nous élancer vers St Kitts bien accompagnés.

Dsc00844_Christophe_Habour_marina.jpg

L’investissement luxueux de Christophe Harbour souffre de la proximité d’Antigua. Il est vide….

Dsc00849_salt_plage_bar.jpg

…mais offre un merveilleux troquet au bord de l’eau nommé « Salt Plage Bar »

Dsc00851_meilleure_mine_a_St_Kitts.jpg

Frédéric a pris de jolies couleurs….

Dsc00871_epave_de_ballast_Bay.jpg

…..et l’épave de Ballast Bay n’a plus de secrets pour nous.

Dsc00880_Carlisle_bay_Antigua.jpg

Nous avons profité d’un vent favorable pour faire petit crochet par Antigua, et ainsi couper la grande étape…

Dsc00893_Pointe_des_chateaux.jpg

…qui nous a ramenés en Guadeloupe par la pointe des châteaux avec une forte mer.

Dsc00895_Lagon_de_St_Francsois.jpg

Le lagon de St François est toujours aussi calme, mais envahi de sargasses qui empestent et font ressembler la mer, d’habitude si belle, à de l’eau de vaisselle ou même du purin. Un vrai fléau !

DSC00897_survol_du_soir.JPG

Mais cela n’empêche pas les avions de l’aéroclub local de le survoler dans le soleil couchant.

Dsc00898_Victimes_de_Maria.jpg

Là aussi il y a aussi des victimes, mais de Maria cette fois.

Dsc00903_au_DAB_de_Grand_Bourg.jpg

Ayant pris la direction de Marie Galante nous avons finalement mouillé dans le port de Grand bourg pour quelques courses. Remarquez comme la queue au DAB est disciplinée dans ce charmant village.

Dsc00911_plage_Poisson_a_MG.jpg

C'est à la plage de la sucrerie, magnifique, que la baignade était la plus tentante.

Dsc00915_Les_Saites_depuis_St_Louis.jpg

Puis de Saint Louis, où nous avions rejoint Grand Pas, la visibilité permettait de voir parfaitement les Saintes.

Dsc00930_brazier_Pascaljpg.jpg

Après le coucher du soleil, sous la pleine lune, le bûcher de la veillée Pascale avait attiré une foule de villageois en grande tenue de cérémonie….

Dsc00932_partage_de_la_lumiere.jpg

…qui partagèrent avec recueillement la lumière de la résurrection…

Dsc00934_entree_de_la_procession.jpg

…avant d’entrer dans l’église en procession.

Dsc00947_boudin_antillais_mode_Belle_chaurienne.jpg

De retour à Pointe à Pitre, nous nous sommes offert un diner gastronomique dont le plat principal était un boudin « DARTAG ». C’est un boudin antillais bien épicé, cuit avec des patates rissolées dans de la graisse de canard. Nous l’avons appelé « boudin à la mode Belle Chaurienne ».

Dsc00952_a_bientot.jpg

Un dernier sourire avant de prendre l’avion…

Dsc00958_cohabitation_a_PaP.jpg

… laissant le captain contempler, avec un peu de spleen, le contraste entre les navires plus ou moins polluants qui fréquentent la baie de Pointe à Pitre à la tombée du jour…sous le regard menaçant du réchauffement climatique, qu’il ne faudrait quand même pas oublier…

Dsc00959_couteau_chien.jpg

Dsc00961_chien.jpg

En conclusion, je voudrais partager avec vous une découverte faite cette année lors d’un passage en Martinique. Il s’agit du couteau « chien ». Uniquement fabriqué en France, à Thiers, depuis plus d’un siècle, presque uniquement pour le marché des DOM, il a des qualités exceptionnelles.

- il est fait d’un acier inoxydable de haute qualité et extrêmement tranchant.

- Le nickel utilisé dans la métallurgie des lames provient de Nouvelle Calédonie.

- l'affûtage est symétrique si bien qu’il ne dévie nullement, lorsque qu’on coupe un fruit, par exemple

- son bout rond lui permet d’être un excellent couteau à tartiner.

- sa sobriété n’a d’égale que sa simplicité et sa légèreté.

- d’accord, il coûte un peu plus cher que les couteaux chinois qui ne coupent pas et sont incapables de trancher finement le saucisson, mais quand on aime on ne compte pas.

- Il est archi confidentiel, mais le sera moins demain pour les lecteurs de ce billet.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, il y a de nombreux sites Internet consacrés à cet objet sans prétention qui est en train de devenir « culte ».

A bientôt pour la fin de cette cinquième croisière d'hiver et le désarmement de Dartag jusqu'à l'hiver prochain.