Et hop, notre équipier juste installé et la météo étant favorable, cap sur les Grenadines à trois cette fois.



saut_baleines_jumelles.jpg

Grosse surprise en fin d’après-midi à une dizaine de milles à l’ouest de Sainte Lucie, quand deux baleines nous ont offert un spectacle extraordinaire en sautant simultanément à plusieurs reprises hors de l’eau environ deux cent mètres devant Dartag (photos extraites d’un reportage et très représentatives de ce que nous avons vu). Nous avons fait un écart pour ne pas les gêner, mais elles ont plongé devant nous pour réapparaitre une minute plus tard derrière projetant le jet de leur souffle et montrant leur dos puissant.

Saut

Cette apparition magnifique et sauvage, hélas trop fugitive, a fait de nous des privilégiés, marquant nos esprits pour longtemps.

Dsc00080_Petit_Tabac.jpg

Après une nuit en mer, nous zappons Saint Vincent, Béquia puis Canouan pour mouiller directement dans les Tobago Cays moins fréquentées qu’à notre précédent passage un mois auparavant.

Dsc00042_bbq_petit_Rameau.jpg

Bonne occasion de nous inscrire au barbecue organisé sur la plage de Petit Rameau avec les langoustes du jour avec les assortiments de légumes sophistiqués et exquis des cuisiniers locaux.

Dsc00052_Petit_St_Vincent.jpg

Le mouillage de Petit Saint Vincent est un des plus beaux aussi,

20170323_123109_Morpion.jpg

à partir duquel nous avons entrepris un raid en Zodiac jusqu’au célébrissime banc de sable de Morpion, trouvant une petite passe entre les patates de corail pour y débarquer et immortaliser la scène devant la paillote. Nous sommes rentrés trempés après le retour sur ce plan d’eau venté !

20170323_163614_lagon_de_Clifton.jpg

Puis une belle soirée à Clifton ou les « kiters » du lagon s’en donnaient à cœur joie

20170324_110921_happy_bar.jpg

Et nous n’avons pas résisté au plaisir d’un « drink » au Happy Bar construit en 2002 sur un amas de coquille de lambis. L’aimable obséquiosité du patron et les tarifs surréalistes nous ont laissé sur un impression bizarre, mais il faut bien vivre, et le cadre est vraiment original.

Dsc00111_Ashton.jpg

Faisant le tour de Union Island nous somme passés devant Ashton, la capitale, délaissée au fond de sa baie inexploitée

DSC00117_Chatam.JPG

Puis sommes retournés dans le grand mouillage sauvage de Chatham Bay où, curieusement, il n’y avait pratiquement aucun catamaran de location, alors qu’ils pullulent généralement dans ces iles paradisiaques. Enfin un endroit tranquille pour les amateurs de nature et de croisière à la voile.

Dsc00101_picinic.jpg

Nous avions envie aussi de redécouvrir Mayreau sa baie des salines envahie par les pique-niqueurs du paquebot au mouillage,

Dsc00081_Tobago_Cays.jpg

Du sommet de l’ile, la vue est exceptionnelle sur les Tobagos Cays, quel contraste !

20170324_123344_biquette_relax.jpg

Et le jardin de l’église du père Divonne, accueille une belle alanguie.

20170324_153301_Salt_Whisle_Bay.jpg

Un petit tour de Salt Whisle Bay dont la carte postale attire tous les voiliers de passages, surtout les catamarans de locations, encore plus serrés les uns contre les autres que sur la côte d’azur.

20170325_160609_peche.jpg

Revenant vers le nord nous avons cédé à l’appel de Béquia où les pêcheurs découpent sur le ponton le produit de leur pêche. Mais comment font-ils donc ? Nous n’avons encore rien pris cette saison, gênés par les sargasses qui polluent nos hameçons à peine mis à l‘eau.

Dsc00125_promenage_Margareth.jpg

La promenade Princess Margaret, taillée dans le rocher, mérite aussi un petit détour C’est alors qu’une visite plus approfondie de l’île de Saint Vincent, peu fréquentée par les plaisanciers bien que la sécurité se soit améliorée depuis quelques années, nous a parue intéressante.

Les anses de Wallilabou ou Cumberland Bay sont assez bien protégées, mais les fonds importants et surtout l’insistance des boat boys sont dissuasifs.

Dsc00151_Petit_Bordel.jpg

Certains villages oubliés comme Petit Bordel (sic !) ne possèdent pas de mouillage accueillant

Dsc00167_Chateaubelair.jpg

Alors que celui de Chateaubelair plus au nord est beaucoup plus séduisant, bordé par une superbe cocoteraie. A la jumelle nous avons suivi de loin une longue cérémonie funéraire dans le cimetière marin du village, tous les hommes étant entièrement habillés de blanc.

Ayant zappé Saint Lucie par trois fois cette année, nous avions envie d’y faire escale.

20170327_120257_approche_de_Ste_Lucie.jpg

Après une belle approche par un temps magnifique

Dsc00186_deux_Pitons.jpg

Les deux pitons (presque 800 m d’altitude) nous sont apparus dans toute leur majesté. Malheureusement, les fortes rafales sur le mouillage, et surtout le très mauvais accueil d’un boat boy, d’abord extrêmement insistant pour nous amener à « sa » bouée vraiment mal placée, puis menaçant si nous ne la prenions pas, nous ont dissuadé de nous arrêter, et nous avons préféré poursuivre notre chemin vers des contrées plus calmes et accueillantes. Son dépit s’est traduit par l’arrosage de notre cockpit suivi d’une fuite éperdue de toute la vitesse que lui permettait son moteur. Quand comprendront-ils que les plaisanciers sont libres de leur destination, désireux de faire leur choix tranquillement, et sont tout à fait prêts à payer des services s’ils sont réels, en dehors de toute pression ou éventuel racket de sauvageons locaux ?

Dsc00198_Marigot_Bay.jpg

Nous avons visité la fameuse Marigot Bay, enclave de plaisance luxueuse dans un environnement paradisiaque, avant de rejoindre un mouillage calme à Rodney Bay quelques milles au nord.

Dsc00200_pirate_des_Caraibes.jpg

Sous la vigilante conduite du pirate des Caraïbes qu’est devenu notre cher équipier pendant cette quinzaine, une dernière petite traversée nous a ramenés au Marin pour ravitailler et soigner un petit bobo de Dartag, pas vraiment gênant, mais il fallait s’en occuper.

DSC00211__tortue.JPG

Il reprenait l’avion à Fort de France le jour des blagues, mais ce n’en était pas une. Alors, quelques escales au milieu des tortues plus tard,……

Dsc00236_entrainement_des_Yoles.jpg

…et après avoir découvert l’entrainement des yoles traditionnelles dans le fond de la superbe rade de Fort de France pour la course du dimanche suivant…..

Dsc00229_finae_au_Lamentin.jpg

….il ne fallait pas louper, même pour un poisson d’avril, même à l’heure d’été en métropole, l’embarquement dans l’avion qui venait le chercher bronzé et prêt à reprendre le boulot trente heures plus tard.