P1050022_Dartag_a_White_House_Bay.JPG

White House Bay à St Kitts (ou St Christophe) est un bon abri pour laisser passer une grosse perturbation pluvio-orageuse. Nous y sommes restés quatre jours. Le bistrot installé sur la plage est accueillant et son spot Wifi ouvert nous a bien rendu service.

P1050025_Marina_pour_un_tout_seul.jpg

Les projets de développement touristique de ce mini état souverain sont grandioses. Outre la marina toute neuve encore en construction juste à côté de notre mouillage, les opérations immobilières commencent à coloniser les falaises voisines.

P1050016_pancarte_du_prooteur_envolee.jpg

On trouve même parfois les affiches des promoteurs arrachées par des tempêtes (ou des rivaux ?), précipitées sur la plage 150 mètres plus bas. Et les constructions anciennes, même en ruines, isolées et non desservies par des routes, cherchent de nouveaux propriétaires. Il faut dire que les sites sont splendides et que la vue du coucher de soleil sur la mer des Caraïbes doit être spectaculaire.

P1050011_Serge_et_Frederique_de_TSF.jpg

Nous y avons fait la connaissance d’un couple de voyageurs originaires du Pas de Calais, Serge et Frédéric, avec qui le contact est facile, les échanges intéressants et la convivialité naturelle. Ils ont vendu leur affaire de lubrifiants et vivent maintenant sur leur OVNI 39, en profitant des escales pour visiter les pays riverains et même un peu plus. Ainsi depuis le Brésil où ils sont restés plusieurs mois, ils ont pris, l’avion, le car, le bateau pour découvrir de nombreux autres pays d’Amérique du Sud avec leur sac à dos.

P1050010_TSF_notre_voisin.jpg

Le nom de leur bateau (TSF) est un programme à lui tout seul, mais pas tout à fait celui qu’on imagine au premier abord. Ils réservent aux amis le secret de ce choix, et ne comptez donc pas sur moi pour le dévoiler, mais c’est tellement charmant qu’on aurait envie de connaître une si belle aventure.

Montserrat_explosion_634x798.jpg

Finalement, le vendredi 22, une amélioration nous a permis de partir pour une grosse journée de mer jusqu’à Deshaies, à l’extrémité NW de la Guadeloupe, zappant l’escale que nous avions envisagée un moment à Montserrat. Mais elle n’a pas grand intérêt, d’après Serge et Frédérique, et il fallait profiter du vent favorable qui ne durerait pas.

Montserrat_main_900.jpg

Cette île, martyrisée par son volcan dans les vingt dernières années, et que nous ne connaissons pas encore, attendra donc notre visite pour une autre année.

P1050032_plus_british_tu_meurs.jpg

L’escale de Deshaies est toujours un régal : le mouillage est sûr, les approvisionnements faciles et la connexion Internet correcte, dans un site grandiose. La fréquentation est très éclectique : depuis le mini voilier de 6 mètres, quasiment un modèle réduit, skippé par une jeune anglaise en solitaire, jusqu’au trois mats Rara Avis du père Jaouen récemment décédé à 93 ans. Son œuvre continue !

P1050033_Rara_Avis_a_Deshaies.jpg

Après une journée de repos et de grosses rafales sur le mouillage, nous avons décidé de prendre le temps de visiter le grand Cul de Sac Marin, sorte de grande baie corallienne au nord de l’île. On ne peut le faire que par très beau temps car les passes sont étroites, les cartes sont imprécises parfois même incomplètes, et il faut aimer les ilots couverts de mangrove remplie de moustiques.

P1050040_Ste_Rose.jpg

Mais le plaisir est au rendez-vous. Nous avons commencé par Sainte Rose (prononcer cente woz) petit village de pêcheurs un peu oublié. Un seul autre voilier, anglais, était là, près du petit port et un ermite vagabond avait installé son vieux catamaran en ruine entre deux massifs de mangrove. Depuis notre mouillage, nous étions invisibles, planqués entre trois ilets.

P1050041_ilets_du_carenage.jpg

Mais cela nous a permis de faire une petite expédition vers les ilets de Carénage dont l’un comporte une plage et les deux autres sont colonisés par des oiseaux marins.

P1050042_ls_fregates.JPG

P1050046_les_grues.JPG

L’un par les frégates et l’autre par les aigrettes ; pas de mélanges s’il vous plait ! Les sternes se rassemblent plutôt sur les enrochements de la digue du port. Le répulsif et les bougies à la citronnelle nous ont permis de passer une excellente nuit.

P1050052_mouillage_dans_la_mangrove.jpg

Le lendemain, toujours par très beau temps, nous avons longé la barrière de corail jusqu’à la passe à Caret qui permet de s’approcher du fameux « ilet à Caret », point de rendez-vous incontournable des habitants de Pointe à Pitre chaque week-end. En semaine c’est plus calme, même si les bateaux d’excursions, venant notamment de Cente Woz, y déposent quelques vacanciers pour un barbecue.

P1050062_mouillage_a_l_ilet_a_Caret.jpg

P1050068_restes_de_cocoteraie_a_Caret.jpg

Mais cet ilet de sable est instable, et les aléas météo lui font subir des outrages. Cette année, il a particulièrement souffert : il s’est déplacé d’environ cent mètres vers l’ouest, détruisant les abris qui y avaient été construits pour les touristes, et la belle cocoteraie a été ruinée, il ne reste que deux cocotiers rabougris et crevotant.

P1050064_vialite_des_coraux.jpg

P1050073_plage_W_de_Caret.jpg

Mais les couleurs sont toujours aussi belles et, sous l’eau, les massifs de corail sont en plein essor. La nuit sur place est d’un calme extraordinaire, à quelques milles de la côte illuminée. Et, ce matin, surprise, le voilier anglais de la nuit précédente à Cente Woz est venu mouiller lui aussi à proximité de l’ilet à Caret, mais en cheminant à l’intérieur du lagon : soit c’est un habitué qui connaît parfaitement les lieux, soit il a très peu de tirant d’eau.

P1050071_couchant_a_Caret.JPG

Dans quelques jours nous regagnerons Pointe à Pitre sans savoir encore si ce sera par l’ouest ou par l’est, sans doute après une escale à Marie Galante ou aux Saintes. Nos retrouverons les amis guadeloupéens, « lâchement abandonnés à leur triste sort » depuis plus de trois mois. Il nous restera quelques semaines pour terminer les bricolages avant le désarmement, préparer les listes pour l’hiver suivant et sans doute aussi quelques escapades proches avec ceux ou celles qui en auraient l’envie et le temps.

A bientôt avec peut-être encore un billet pour la fin de ce troisième hiver aux Antilles …….