Pa070807_place_d_Espagne.jpg

Las Palmas est une énorme ville de presque 400 000 habitants, capitale de l’île de Gran Canaria qui en compte près de un million. Elle est aussi le siège de la région autonome des trois iles de l’est des Canaries, Santa Cruz de Tenerife étant celle des quatre iles de l’ouest.

Pa080821_urbanisation_escaladant_les_collines_R.jpg

Le port de Las Palmas est le plus actif de tout l’archipel et sa marina immense occupe une place de choix en plein centre ville.

A cette époque de l’année elle est quasiment réservée aux résidents et aux participants de l’ARC (Atlantic Rally for Cruisers) sorte de course chic organisée pour les voiliers désireux de traverser l’Atlantique en profitant d’une organisation et d’une assistance sans faille. Ils convergent de toute l’Europe et de la Méditerranée pendant l’automne et le départ est donné de Las Palmas au début de novembre pour une traversée directe vers Sainte Lucie aux Antilles.

PA050791_mouillage_de_Las_Palmas_R.JPG

Heureusement le mouillage, juste à côté de la marina est très accueillant et Dartag y trouve facilement sa place parmi de nombreux plaisanciers en croisière dont de nombreux français. Le débarquement en annexe ne pose aucun problème, un quai étant prévu pour cela ce qui facilite l’usage du vélo pliant, bien utile pour les visites ou les courses.

Pa090846_tres_chic_hotel_San_Catalina_R.jpg

La ville, fondée en 1478 par le conquistador Juan Rejon, s’est développée le long de la mer, face à l’est pour ses activités portuaires et au nord le long de l’immense plage de sable de Las Canteras, très touristique, gagnant progressivement vers la presqu’ile de la Isleta. L’urbanisme est très contrasté entre les quartiers de grands immeubles collectifs type années 60, et le centre résidentiel de Santa Catalina et surtout de Ciudad jardin, ou le luxe le calme et la volupté dominent. La ville escalade aussi progressivement les montagnes environnantes avec des ensembles immobiliers formés de Bâtiments souvent cubiques blancs.

Pa080825_San_Cristobal_quartier_des_pecheurs_R.jpg

Dans cette capitale, les quartiers traditionnels on pratiquement disparu à l’exception d’un petit village de pêcheurs préservé autour du Castillo de San Cristobal au sud.

Pa080840_salon_litteraire_elegant_R.jpg

Le long des grandes avenues des bâtiments des 18ème et 19ème siècles abritent des hôtels, des musées et même un cabinet littéraire très élégant. On trouve dans les grandes rues commerçantes, des magasins de luxe et des grands magasins tout à fait comparables au Printemps ou aux Galeries Lafayette. A la périphérie, les enseignes comme Carrefour, IKEA, LIDL ou Décatlhon donnent l’impression de se trouver dans une grande ville européenne, ce qui est d’ailleurs le cas.

Pa080833_cathedrale_et_place_Santa_Anna_R.jpg

Après quelques jours de visites et d’apéros avec d’autres plaisanciers français au mouillage, certains attendant des équipiers ou leur conjoint devant arriver à l’aéroport, le départ pour Tenerife n’attendait plus qu’une météo favorable.

Pa100862_arrivee_en_trombe_a_Tenerife.jpg

Le départ de cette traversée de 50 milles fût un peu laborieux, avec une forte houle de nord et un vent perturbé par les reliefs de l’île. Mais au bout de deux heures, nous étions au large avec une bonne brise de nord et un soleil resplendissant, comme tous les jours. Trois autres voiliers sur la même route nous donnaient l’occasion d’une nouvelle régate informelle, gagnée facilement contre deux d’entre eux mais perdue contre le dernier, un X442 très affuté qui est arrivé à Santa Cruz une heure avant nous.

Parfait accueil dans cette petite marina qui avait bien reçu notre email de réservation et a envoyé une embarcation à notre rencontre pour nous guider vers notre poste à quai. Très vite nous avons retrouvé quelques uns de voiliers déjà rencontrés dans des escales précédentes.

Pa110868_jet_d_eau_de_Santa_Cruz_R.jpg

Calme parfait, localisation en centre ville, Wifi d’excellente qualité. Il ne restait plus qu’attendre l’arrivée de Marie-France prévue le samedi 12 à l’aéroport Los Rodeos en provenance de Madrid. Juste le temps de procéder à quelques repérages et de louer une voiture qui permettrait d’aller la chercher et de parcourir cette île présentée par les guides comme magnifique.

PA130910_plage_de_Taganana_R.JPG

Honnêtement, ce qualificatif est en-dessous de la réalité. Les paysages, les routes qui permettent de les découvrir, la variété de la végétation, la beauté des cultures en terrasses, les villes anciennes et leur histoire,…. sont tout simplement enthousiasmants. Et encore nous avons fait l’impasse sur les plages du sud, les plus belles des Canaries, dit-on, mais colonisées principalement par les touristes de l’Europe du nord, avides des trois S et de tout ce que cela implique d’urbanisme, de bruit ou d’attractions à la mode.

Pa130898_palais_episcopa_Rl.jpg

Nous avons commencé par la partie nord de l’ile, toute proche, en privilégiant l’ex capitale, San Cristobal de La Laguna, vieille ville universitaire très active et animée dont les bâtiments depuis le 17ème siècle retracent l’histoire. Bien sûr, dans cette culture très catholique, ceux du clergé local sont les plus nombreux et les plus remarquables. Puis une excursion jusqu’à Taganana nous a fait découvrir les magnifiques paysages escarpés et entièrement couverts de forêts depuis la ligne de crête de cette péninsule, parsemée de « miradores » permettant de voir à 360 degrés sur des à-pics hallucinants pour ne pas dire hallucinogènes.

Pa140922_caldera_Del_Teide_R.jpg

Notre première grande sortie, nous a entrainé jusqu’au sommet du Teide, plus haut sommet de toute l’Espagne (3718 mètres). Les différentes éruptions ou cataclysmes des cinq ou dix derniers millénaires ont sculpté des paysages à couper le souffle. Laves pâteuses, visqueuses, liquides, cendres, sables, explosions diverses, gigantesques glissements de terrains donnent des reliefs apocalyptiques plus ou moins colonisés par la végétation.

Pa140925_cratere_del_Viejo_R.jpg

Pa140968_pins_de_chio_dans_la_lave_R.jpg

De très belles forêts naturelles (beaucoup de pins locaux) occupent les versants nord et sud, mais la caldera, (à peu près plate à 2200 mètres d’altitude) est une sorte d’enfer minéral immense dans lequel on roule pendant des dizaines de kilomètres en ne sachant pas ou tourner les yeux tellement c’est impressionnant et beau de toute part.

Pa171007_MF_dans_le_fond_de_la_caldeira_R.jpg

Le cône volcanique proprement dit, se dresse, majestueux, laissant voir sur ces flancs les multiples bouches à feux ayant laissé échapper d’énormes coulées de différentes couleurs, la dernière très noire en 1798.

Pa140932_arrivee_a_3555_metres_R.jpg

Le téléférique qui permet d’accéder au sommet part de 2300 mètres et abouti à 3555 mètres. Arrivés là haut, trois itinéraires permettent d’accéder à différents points de vue d’où l’on aperçoit toute l’île et aussi les autres Canaries dans un rayon de deux cents kilomètres. Hélas pour monter au sommet, il faut demander préalablement une autorisation spéciale au ministère de l’environnement, et le planning de la semaine était déjà saturé. Consolation, d’après ceux qui connaissent, cela n’a rien d’extraordinaire, mais nous avons été un peu déçus, d’autant plus que les gardes qui nous ont arrêtés à l’entrée l’ont fait d’une manière peu « canarienne », plutôt hautaine et bureaucratique, ce qui nous a surpris.

Pa140971_bananiers_en_terrasse_R.jpg

Pa140973_un_beau_regime_R.jpg

En redescendant de là-haut, par l’ouest de l’île, toujours au milieu de gigantesques coulées de lave anciennes et de forêts de résineux, nous avons découvert d’où venaient les bananes des Canaries. A perte de vue des enclos soigneusement protégés regorgent de cette gigantesque plante verte où les régimes, parfois énormes et encore tout verts, seront bientôt dans nos assiettes. Une vraie route de la banane.

Pa170997_Place_et_eglise_d_Arico_R.jpg

Après une journée de repos consacré aux petites tâches ménagères, nous avons repris la route, longeant toute la côte sud-est de l’île par une route oscillant entre 400 et 600 mètres d’altitude, desservant plusieurs villes historiques au milieu des cultures en terrasse de pommes de terres à perte de vue et jusqu’à 1500 mètres d’altitude.

Pa171002_fleur_de_pommes_de_terre_R.jpg

Une vraie route de la patate, nous inspirant beaucoup de respect : oui, les canariens travaillent dur, car l’irrigation nécessaire à cette culture implique le captage et la distribution du peu d’eau disponible grâce à de multiples petits canaux à flanc de montagne qu’il faut évidemment construire et entretenir depuis des générations.

Pa171014_un_petit_gout_de_desert_R.jpg

Nous somme ensuite remontés dans la caldera, la parcourant partiellement en sens inverse, et jouissant encore de ses chaos rocheux et volcaniques sous d’autres angles de vue et avec un autre éclairage.

Pa171019_rue_en_pente_d_Otorava_R.jpg

Nous avons terminé cette deuxième grande sortie par la visite de La Otorava et Puerto de la Cruz. Ces deux villes, quasiment contigües, construites à flanc de montagne sont différentes.

Pa171033_santons_des_Canaries_R.jpg

La première, dont le centre historique comporte de nombreux bâtiments du 18ème siècle et plusieurs belles églises, est tournée vers l’artisanat et le gofio. Cet aliment traditionnel des Canaries est une farine de blé et de maïs qui peut servir de base à toutes sortes de préparations culinaires, principalement des pâtisseries ou des barres énergétiques, associée avec du miel et de la cannelle. Cet aliment populaire ne serait plus « à la mode » pour les canariens modernes, et la flamme est entretenue par un passionné qui cherche à le faire connaître notamment grâce aux touristes. Nous avons craqué : c’est bon !

Pa171048_vagues_a_Puerto_de_la_Cruz_R.jpg

La deuxième est un ancien port de commerce (supplanté au 20ème siècle par Santa Cruz) et de pêche traditionnel, devenu depuis les années 50 une immense station balnéaire, équipée de grands hôtels et de résidences de luxe colonisant progressivement un urbanisme collectif parfois désuet. La ville est protégée par une impressionnante digue en béton et blocs brise-lame (peut-être à l’épreuve des tsunamis) Et le petit port accueille, en plus des petits bateaux de pêche, un grand club de voile sportive qui doit faire la joie des estivants toute l’année, car ici c’est l’été en permanence.

Pa191063_theatre_de_rue_a_Santa_Cruz_R.jpg

Après les grandes iles et les grandes villes, nous allons maintenant consacrer les prochaines semaines aux trois dernières îles de l’archipel, celles de l’ouest, puis nous entreprendrons une nouvelle traversée, la plus importante depuis le début de cette croisière. Elle nous conduira vers l’archipel du Cap Vert, pour encore plus de découvertes et de rencontres dans ce pays indépendant depuis 1973 qui rappelle, à ceux qui le connaisse, l’Afrique de l’ouest, avec la gentillesse de la culture portugaise. Marie-France reprendra l’avion pour Paris depuis Mindelo le 23 novembre (sniff !)