Porto Ferraio est habitée par la mémoire de Napoléon. Après la retraite de 1814 et son abdication, les anglais, bons princes, lui avaient ménagé un exil doré en lui attribuant la souveraineté de l’île d’Elbe avec le titre de roi et l’autorisation de s’y installer avec environ 300 compagnons d’armes et quelques navires.

P6253791_traces_de_l_empereur.jpg

Au bout de quelques mois seulement, après avoir arpenté son royaume en tous sens, créé des routes, des écoles, des hôpitaux, une administration « à la française », il en avait fait le tour, et commençait à se morfondre. Il décida son retour en France et le réussit au nez et à la barbe des anglais qui ne cherchèrent même pas à l’intercepter avant son arrivée à Juan les pins. Mais aujourd’hui encore, il est le grand homme de l’île et son souvenir est partout.

P6253774_palais_de_l_empereur_en_travaux.jpg

La demeure qu’il occupait à proximité des deux forteresses de la ville médiévale qui surplomblent le port, est aujourd’hui transformée en musée contenant tous les souvenirs qu’il a laissés sur place, et notamment son mobilier (« empire » bien sûr) et son immense bibliothèque. Malheureusement, il est en grand travaux de restauration et fermé pour de nombreux mois. Nous nous sommes donc contentés de la voir de l’extérieur, bardée d’échafaudages, et de visiter les fortifications.

P6253772_tout_petits_devant_un_geant.JPG

Nous sommes restés deux jours au mouillage, dont un consignés à bord par un fort coup de vent d’ouest bien annoncé par la météo. Notre vieille ancre nous a donné des sueurs froides en chassant trois fois dans la vase molle au cours de l’après-midi sous l’effet des puissantes rafales, et nous n’étions pas les seuls, mais cela nous a décidés à mettre en service, à la première occasion, la nouvelle ancre Spade qui dormait dans un coffre depuis deux ans.

P6253796_enfin_relax.jpg

Le troisième soir, après nos dernières visites et l'achat de super fauteuils relax ainsi qu'un complément de cambuse dans le grand supermarché COOP tout proche, nous avons eu la surprise de voir arriver, seul sur son bateau, notre ami et président de l’amicale des bavaristes, qui est venu diner à bord. Excellente soirée calme à refaire le monde.

P6263800_nouvelle_ancre.jpg

P6273804_centre_de_Pianosa.JPG

Faisant le tour le l’île par l’ouest avec le beau temps revenu et des brises faibles, nous avons passé une nuit dans chacune des deux des plus belles baies du sud de l’île et fait une petite diversion jusqu’à l’île voisine de Pianosa autrefois pénitencier agricole ultrasécurisé (où avait été enfermé dans sa jeunesse, par le régime de Mussolini, l’ancien président italien Pertini). Aujourd’hui elle accueille des touristes en groupes organisés et les habitants sont les familles des anciens gardiens de prison. A Marina di Campo les boutiques de fringues étaient suffisamment tentantes pour que Marie-France craque pour une très mignonne petite robe qui lui va à ravir.

P6283813_Manequin_de_Marina.jpg

P6283831_chantier_du_Concordia.jpg

Et ce vendredi 28, la prévision d’un vent soutenu du nord, nous permettait d’envisager de poursuivre notre parcours vers les îles du sud de l’archipel toscan. Au départ un peu mou, il s’est bien renforcé dans la journée et nous avons pu passer sous spi au large de Montecristo puis devant l’épave du Costa Concordia (l’impressionnant chantier de renflouement dure maintenant depuis 18 mois) devant le petit port de Giglio et de virer entre cette dernière et Giannutri désormais inaccessible car transformée en réserve intégrale.

P6283842_profil_de_Montecristo.jpg

A commencé alors une superbe cavalcade de plus de 80 milles en direction de la Corse avec cette belle brise qu’il ne fallait pas manquer sous peine de faire le lendemain la même traversée sans doute majoritairement au moteur. Le croisement de nombreux grands navires pendant la nuit imposait une vigilance extrême et deux d‘entre eux se sont déroutés pour nous laisser la priorité au lieu de nous éperonner ou de nous obliger à manœuvrer. Chapeau et merci à leurs équipages vigilants et corrects.

P6293844_arrivee_a_St_Cyprien.jpg

A l’arrivée dans la baie de St Cyprien, juste au nord de Porto Vecchio, nous nous somme dit que la beauté du site sous les hautes montagnes de Corse était incomparable et que l’empereur exilé à l’île d’Elbe qui est pourtant belle, ne pouvait pas s’en satisfaire.

Nous resterons à proximité des bouches de Bonifacio dans les jours à venir, ayant un grand programme de rencontres et de farniente envisagé ici de longue date sans pouvoir trop préciser l’ordre d’exécution car nous dépendons largement des volontés d’Eole et de Neptune.