Après quelques années, les annexes en PVC se transforment en boudins infâmes et collants dans lesquelles on ne peut même plus s'asseoir sans laisser des traces quasiment indélébiles sur les pantalons. Un expédient commode consiste à appliquer un voile de peinture pour cacher la misère selon le vieux principe marin P+M=P (Peinture plus Merde égalent Propreté). Cela marche, mais il arrive quand même un moment où la patience a ses limites.

Zodiac de dessous

Quitte à changer, autant choisir un modèle adapté aux programmes des futures saisons. Ce sera donc un modèle un peu plus grand, sans être plus lourd, et équipé d’un moteur plus puissant, permettant de profiter des escales de plus en plus fréquentes où le mouillage est loin du village et aussi de visiter des sites situés à distance. Le choix s’est donc porté sur un Zodiac Fastroller 285 Acti-v équipé d’un moteur Suzuki de 6cv.

Prêt à rouler

Mais abandonner une embarcation sur une plage n’est pas toujours possible et présente parfois des risques. L’idée d’une espèce de « train d’atterrissage » rétractable semblait une solution intéressante. Ce genre d’accessoire se trouve chez les shipchandlers avec des écarts de prix pas toujours faciles à comprendre. Le plus simple, en inox, sera donc le mieux.

montage des roues

Pour monter ces roulettes articulées, des compromis sont nécessaires, afin de maintenir la manœuvrabilité du moteur aussi bien lorsqu’elles sont escamotées que lorsqu’elles sont déployées. Une fois les solutions trouvées, il est possible de déplacer l’ensemble moteur plus annexe à terre, même tout seul et sur une longue distance sans effort. Naturellement la navigation ne souffre aucunement d’un poids supplémentaire d’à peine trois kilos. La seule contrainte est d’avoir à démonter les roues lorsqu’on doit ranger l’annexe dégonflée dans son sac. Mais cela ne prend qu’une minute chrono.