mercredi 18 décembre 2019

D’Ormuz au Golfe

detroit_d_Ormuz.jpg

L’extrémité de la péninsule qui pointe vers l’Iran, marquant la rive sud du détroit d’Ormuz, est une province du Sultanat d’Oman, séparé de 50 kilomètres du reste du territoire par une zone aux frontières incertaines faisant partie des Emirats Arabes Unis (EAU, en anglais UAE). Il y en a sept dont les plus importants sont Dubaï et Abou Dhabi. Certains sont minuscules. La largeur du détroit est de 40 à 60 kilomètres. Un tiers du trafic mondial de pétrole passe ici.

Dsc02259_Khazab.jpg

Du petit biréacteur d’Oman air, un Embraer de 40 places en approche vers Khasab (en bas à gauche de la photo), nous avons une vue presque générale de l’extrémité nord du Musandam. On observe le découpage complexe de cette côte formée de fjords profonds et de montagnes arides.

DSC02269_Edho.jpeg

Nous sommes accueillis à la sortie de la petite aérogare par Eldo (chemise verte). D’origine indienne, et arrivé il y a une dizaine d’année, il a monté un petit business d’accueil des visiteurs et de location de chambres d’hôtes qui semble florissant. Il a organisé avec son réseau notre séjour sur place.

Dsc02267_Poissons.jpg

Cela commence chez les pêcheurs qui nous vendent notre excellent repas du soir, et nous conduit dans le restaurant qui fera cuire nos poissons en papillotes et les assortira des garnitures de notre choix (riz et légumes). Il en profite pour acheter son dîner et viendra nous chercher à la fin du nôtre pour nous ramener à notre hébergement. Une merveille d’organisation.

Dsc02273_Khazab.jpg

Dès le lendemain matin, il nous conduit au port de Khasab et nous embarquons pour une journée de croisière sur un boutre d’environ vingt mètres. Sur la vingtaine de passagers, il y a six européens et le reste d’Omanis et d’Emiratis dont quelques familles en noir et blanc avec enfants.

IMG_20191129_153153_boutre.jpg

L’équipage nous accueille chaleureusement. L’un d’eux, marocain, parle français.

Dsc02273_Khazab.jpg

A la sortie du port, nous sommes frappés par le nombre de petits bateaux et puissants canots rapides qui entrent et sortent. Nous réaliserons qu’il s’agit des commerçants (ou trafiquants) qui assurent plus ou moins clandestinement les échanges avec l’Iran, frappé par l’embargo américain. Ils viennent essentiellement livrer du bétail, surtout des chèvres, et repartent avec des produits hi-tech, des machines ou de l’électroménager dont l’Iran manque cruellement. Ce trafic est déclaré illégal par l’Iran, qui ne le réprime pourtant pas, mais parfaitement admis par Oman. Bref vous comprenez que la situation est complexe, mais que les intérêts bien compris de chacun priment.

Dsc02284_Khazab.jpg

La frégate de la marine omanaise qui veille en rade sert d’alibi pour le contrôle des échanges.

20191129_110520_Fond_du_fjord.jpg

20191129_110930_village.jpg

Les paysages dans le fjord sont stupéfiants. Quelques pêcheurs vivent dans de minuscules villages dépourvus de tout accès par la route.

Dsc02294_Balade_en_boutre.jpg

C’est grand, c’est lumineux, c’est très minéral

DSC02298_Dauphin.JPG

Et presque immédiatement les premiers dauphins apparaissent.

Dsc02304_derniere_Sony.jpg

Cela génère un mitraillage en règle de la part des passagers, les vidéos sont très belles.

20191129_112341_dauphins.jpg

Les capitaines les attirent avec des sifflements ou en navigant en parallèle.

IMG_20191129_123453_boutre.jpg

Les écrans exercent la même fascination sur les enfants quelle que soit leur culture.

20191129_120810_lagon_vert.jpg

Nous aurons deux arrêts baignades.

IMG_20191129_131013_Marmites.jpg

Le premier suivi du déjeuner à bord, apporté par un bateau de service venu spécialement avec les marmittes et la vaisselle.

20191129_142249_feeding.jpg

20191129_151849_Nadine.jpg

Nadine s’est éclatée en nourrissant les centaines de petits poissons qui l’assaillaient avant de profiter des confortables banquettes de notre boutre.

20191129_111855_fjord.jpg

20191129_134944_mineral.jpg

20191129_132749_village.jpg

Au retour, en fin d’après-midi, la lumière était encore plus belle.

20191130_101359_Noel.jpg

20191130_105204_galerie.jpg

Le lendemain après une petite visite chez LULU Hypermarket, d’une propreté chirurgicale,....

20191130_111828_Khazab.jpg

….nous enchaînons avec une visite du fort de Khasab…

20191130_110412_Khasab_fort.jpg

20191130_110949_Fort_Khasab.jpg

20191130_111516_Khazab.jpg

…lui aussi superbement meublé et restauré…puis sommes partis à la montagne avec un chauffeur d’Eldo.

20191130_143428_Ghubbat_al_Ghazira.jpg

La vue plongeante sur un autre fjord est encore plus spectaculaire

20191130_153356_Alpage_Sayh_1140m.jpg

Puis nous sommes montés vers les hauts plateaux où nous avons eu la surprise de trouver une plaine agricole à plus de 1000 mètres d’altitude et plusieurs villages

IMG_20191130_155547_fossiles.jpg

Et dans les paturages, à 1400 m, la plupart des rochers sont couverts de coquillages fossilisés.

20191130_160629_rencontreT.jpg

Et là, s'est produite une rencontre insolite avec un saoudien venu passer le week-end au frais sous la tente avec sa famille. Ayant vécu deux ans en Suisse, il parlait très bien notre langue. Le monde est petit..

Mais, avec la fin d’après-midi, la fraîcheur de l’altitude et l’approche de la nuit nous ont arrachés à cette magnifique découverte des montagnes sauvages du Musandam.

20191130_164142_Chaos_de_roches.jpg

20191130_164841_Wadi_Bana.jpg

Dans la descente, un chaos de rochers fracturés qui s’empilent sur les flancs de canyons vertigineux, offre un paysage de création du monde avec une végétation réduite à quelques arbustes faméliques. Notre puissant Toyota 4x4 a encore démontré ses qualités tout-terrain.Mais en arrivant dans la vallée nous étions moulus d’avoir été bringuebalés, pour ne pas dire secoués, pendant plus de 3h.

La nuit fut réparatrice avant de partir à l’aube avec un autre chauffeur d'Eldho qui nous emmenait aux Emirats. Il nous a bigrement facilité le passage de la frontière. Nous lui avons confié nos passeports et il n’a fallu qu’une heure et demie pour franchir les quatre bureaux successifs et obtenir les tampons nécessaires au visa Emirati. Seuls, il nous aurait sans doute fallu la demi-journée !

Aussitôt passée la frontière, nous entrons dans un autre monde.

20191201_110434_grues.jpg

20191201_170536_chantiers.jpg

Celui des chantiers permanents et de la démesure. Celui de Dubaï. Que de grues, que de grues !

20191201_131520_Noel.jpg

IMG_20191201_132648_Gevora.jpg

Celui du luxe, du père Noël et des gadgets, de la surenchère dans le clinquant..

20191201_133047_Gevora.jpg Notre chambre, au 65ème étage du Gevora (sur 71, c’est le « world’s tallest hotel) était immense, très agréable, et la vue fantastique…On notera quand même que le nettoyage des immenses baies vitrées laisse à désirer. Mais comment les tenir parfaites après chaque averse ou tempête de sable ? Nous avons alors une petite pensée pour les laveurs de carreaux de tous ces immenses buildings, qui passent leurs journées suspendus dans des nacelles vertigineuses afin que les touristes aient l'impression d'être en hélico...

20191201_134957_gratte_ciel.jpg

20191201_135037_gratte_ciel.jpg

20191202_082914_lever_de_soleil.jpg

La vue sur presque tout l'horizon est fascinante....

20191201_161612_sculpture.jpg

Les sculptures sont des plus étonnantes

20191201_165213_Burj_Kalifa.jpg

La tour Burj Kalifa fût un temps la plus haute du monde à 838 mètres. Elle domine l’hôtel « The Palace », qui prétend être le plus luxueux du monde.

20191201_180143_Fontaine.jpg

20191201_180246_fontaine.jpg

Les fontaines sont de véritables feux d’artifice dont la chorégraphie est superbe.

20191201_193748_de_nuit.jpg

20191202_094419_Jaguar_F_type.jpg

20191202_143509_En_ville.jpg

Et la nuit est féerique. Tous les derniers modèles de voitures des marques les plus prestigieuses du monde sont dans les rues et les parkings. L’autoroute qui dessert la ville a huit voies dans chaque sens.

20191202_115322_vieux_dubai.jpg

20191202_115844_vieux_dubai.jpg

Le "vieux port" frémit de bateaux en tous genres pour tous les échanges (ou tous les trafics).

20191202_121637_Bric_a_Brac.jpg

20191202_122515_vieux_dubai.jpg

Le souk regorge de bric-à-brac et de richesses.

20191202_145456_Marina.jpg

20191202_150049_Marina.jpg

Les marinas sont tapies au pied des tours les plus originales et les plus nombreuses.

20191202_160407_metro.jpg

20191202_165434_metro.jpg

Le métro automatique est le plus propre et le plus sûr du monde

20191201_151829_gratte_ciel.jpg

20191201_153535_gratte_ciel.jpg

Les gratte-ciels rivalisent d'élégance et d'originalité.

IMG_20191202_151059_Marina.jpg

Certaines photos paraissent être anachronismes, mais les saoudiens sont nombreux à Dubai.

20191202_201817_Gevora.jpg

20191202_201931_Gevora.jpg

Les piscines en plein air sont les plus hautes du monde au milieu des gratte-ciels.

IMG_20191201_160219_Mall.jpg

IMG_20191202_115004_vieux_Dubai.jpg

Toutes les excentricités sont possibles et admises, même pour les cabines téléphoniques.

IMG_20191202_133545_vieux_Dubai.jpg

20191201_155643_Mall.jpg

20191201_160445_Mall.jpg

Les centres commerciaux, d’une variété et d’une propreté presque inimaginables, sont ouverts 24h sur 24.

IMG_20191201_204124_Gevora.jpg

Et le soir venu, il était délicieux de retrouver le calme et le confort de notre hôtel doré et un peu kitch.

20191203_090046_chantiers.jpg

En un jour et demi, nous n’avons vu que peu de choses dans cette immense métropole de tous les extrêmes. Décollant pour le retour, nous avons encore survolé un des plus grands projets du monde qu'est cette nouvelle île artificielle en construction. Mais nous avions notre compte de superlatifs, et un certain sentiment d’écœurement ou même d’indécence, devant cette frénésie de fête, de consommation, de béton, cette débauche d’énergie, de lumière, d’or et de chrome, de grosses bagnoles,………

Pauvre planète…même si nous avons un peu l’impression d’être des vieux c….

Emirates et la météo nous ont offert un somptueux voyage de retour dans l’un de ces A380 qui symbolise, lui aussi, la course au gigantisme et aux records. Les dinosaures ont disparu après avoir atteint une taille maximale supportable durablement sur notre planète. Et nous, où allons-nous ?

20191203_112049_Kurdistan.jpg

Après le golfe persique, la couche nuageuse s’est progressivement désagrégée

20191203_113023_Kurdistan.jpg

…nous permettant de voir le nord de l’Irak…

20191203_114057_Turquie.jpg

…puis le Kurdistan turc enneigé….

20191203_120232_Mer_Noire.jpg

…la côte nord de la Turquie sur la mer Noire…

20191203_131332_A380.jpg

…les côtes de Bulgarie et de Roumanie, le Bosphore et Istambul (sur l’écran du siège)…

20191203_144516_Crikvenica.jpg

…la ville Croate de Crikvenica au bord de son somptueux golfe….

20191203_145822_Venise.jpg

…la lagune de Venise légèrement embrumée…

20191203_151643_Genes.jpg

…puis Gênes et son gigantesque port…

20191203_152213_plaine_du_Po.jpg

…le cirque que forment les Alpes autour de Turin….

20191203_152505_San_Remo.jpg

…enfin San Remo, juste avant la frontière française.

20191203_153730_finale.jpg

La finale au dessus de la baie des anges montre la mer teintée par les alluvions du Var après le tout récent épisode pluvieux sévère. Décidément nous avons de la chance de passer entre les gouttes.



20191203_181500_Toulon.jpg

Un dernier trajet en train nous ramène à Toulon décoré pour Noël.

Souvenir_d_Emirates_191203.jpg

Notre voyage s’est terminé avec un clin d’oeil d’Emirates offert par notre charmante hôtesse. La chance a voulu que nous rentrions au bercail juste avant le début des grèves contre la retraite à points. Cela nous a rappelé que, dans le monde, la France se signale régulièrement par ses désordres, ses tensions communautaristes, ses grèves, ses émeutes, une criminalité de plus en plus débridée,... et que nos domaines d’excellence comme les industries du luxe, l’aéronautique, l’agriculture, le patrimoine artistique ou gastronomique, le système de santé ou notre modèle social, la culture, les grandes écoles d’ingénieurs,... sont des atouts désormais concurrencés par d’autres qui ne nous laisseront pas nous endormir sur nos lauriers du 18ème siècle. On est content de se retrouver chez nous, et pourvu que cela dure !!

Il est vrai que les petits pays que nous venons de visiter respirent la propreté, la discipline, le travail, l'éducation, le civisme, l’harmonie…Pas un tag, pas un chewing-gum ou un mégot par terre, pas une poubelle ni une canette vide qui traîne, pas une odeur désagréable, pas un rat qui se planque dans les égouts, pas un mendiant ni un bidonville, ne viennent ternir une image de propreté, de sérénité, d’intégration, d’esthétique, de qualité des équipements et services publics y compris de santé, de développement pour tous, même s’il y a, particulièrement à Dubaï, des excès dans « les paillettes et le paraître ». Pourvu que cela dure pour eux aussi !!!!

D’or et d’émeraude

Dsc01884_mirage.jpg

Les mirages sont une réalité sur les épatantes autoroutes d’Oman, aux candélabres élégants. Quel luxe, mais ici la nuit on éclaire ad libitum !!!

Dsc01976_desert.jpg

Progressivement le paysage change, au profit du sable et de l’herbe à chameaux. Les kilomètres s’accumulent jusqu’au camp de base où nous décidons de laisser notre voiture de ville au profit d’un vrai 4x4 avec chauffeur qui nous emmènera dans les dunes jusqu’au Queen Désert Camp.

Dsc01892_bivouac.jpg

Bien nous en a pris, la conduite dans les dunes nécessite des aptitudes et un véhicule adaptés que nous n’avions pas du tout. L’accueil du désert est chaleureux et nous profitons du silence.

IMG_20191123_154633_bivouac.jpg

Quelques tentes de bédouins dans cet univers de sable d’or vont nous offrir un repos bienvenu après une journée de route. Et les derniers kilomètres dans le Toyota monstrueux piloté par un as du désert lors du parcours final, nous auront bigrement secoués.

IMG_20191123_154132_bivouac.jpg

IMG_20191123_154230_bivouac.jpg

Le confort est incroyable dans notre tente...

IMG_20191123_172528_bivouac.jpg

20191123_172449_bivouac.jpg

... et nous nous réjouissons d’avance de la belle soirée à venir et d’une nuit délicieuse en perspective.



Dsc01904_bivouac.jpg

IMG_20191123_204220_bivouac.jpg

Le dîner avec les quelques autres touristes, dont quatre français, venus s’encanailler comme nous dans les Wahiba sands, est suivi par une veillée autour de notre petit feu de camp privé. Nous y avons réchauffé notre thé, mais il sert surtout à éloigner les chacals, renards et autres coyotes qui rôdent autour du camp dans l’espoir de s’offrir eux aussi un bon dîner de chair fraîche !

20191124_084254_bivouac.jpg

Dsc01910_desert.jpg

Dsc01911_desert.jpg

Dsc01927_desert.jpg

Le lendemain matin, après avoir dormi du sommeil du juste, et bénéficié d’une nuit de silence absolu sous la pleine lune, nous découvrons notre environnement. Il n’est pas uniquement de sable d’or, et quelques touffes de végétation rachitiques nous rappellent que la vie s’adapte à tout.

IMG_20191124_084140_bivouac.jpg

A l’horizon, vers le NE, derrière notre camp, on devine les montagnes que nous traverserons plus tard pour rejoindre la côte des tortues.

Dsc01922_desert.jpg

Dsc01923_desert.jpg

Oui, la vie est présente dans le désert, les crottes de dromadaire et les terriers de scarabées le prouvent, comme tes traces de pattes d’oiseaux, de lézards ou de scorpions, trouvés en grand nombre. Il faut retourner ses chaussures avant de les enfiler pour éviter les mauvaises surprises !

IMG_20191123_150152_Mehariste.jpg

Et notre départ avec le signe amical d’un méhariste nous a laissé un petit goût de regret. Tout proche, le fort de Vilahat Bani Bu Assan dont les origines remontent au 9ème siècle, construit par l’imam Ali Buhafa bin Jaimar et reconstruit au début du 19ème siècle par Said bin Sultan nous a offert une visite quasiment privée.

Dsc01957_Fort_Bani_bu_Hassan.jpg

Nous étions les seuls, et avons été guidés par l’homme à tout faire du fort, un Bengali arrivé depuis quelques années, et dont l’ambition est de retourner dans son pays dès que possible.

Dsc01959_Fort_Bani_bu_Hassan.jpg

La restauration est magnifique et les objets et armes exposés superbes.

Dsc01964_Fort_Bani_bu_Hassan.jpg

A la sortie, un groupe de 4 copines nous attendait, ayant une grande envie de discuter avec nous, profitant d’une journée de détente sans leurs maris restés au travail.



DSC01966_copines.jpg

IMG_20191124_105657_Fort_Bani_Bou_Hassan.jpg

Ce fut un régal et un concours de voiles et de chapeau. L’hilarité de Nadine en dit long sur ce moment délicieux. Les échanges de numéros de téléphone ont été tout naturels.

IMG_20191124_112826_002_vaisseau.jpg

Poursuivant vers l’est nous avons découvert que les vaisseaux du désert ne voyageaient pas seulement à pied. Celui-ci était complètement à son aise, dans son pick-up.

DSC02014_riviera.JPG

Nous avons ensuite longé la côte de la mer d’Oman avant d’arriver à notre hôtel de Ras All Hadd construit sur un ancien aéroport déjà bien dégradé, à la corne de la péninsule Arabique.

Dsc01990_riviera.jpg

La plage est bien différente de celles que nous connaissons en Europe ou aux Antilles.

DSC02003_riviera.JPG

DSC02004_riviera.JPG

Elle est surtout fréquentée par les mouettes et les pêcheurs qui ont de belles embarcations qu’ils remontent sur le sable tirées par les pick-up. Les moteurs sont protégés par des tapis persans !!

Dsc02010_riviera.jpg

Cette côte sud du Golfe d’Oman dite « côte des tortues » est sévèrement protégée. En effet, les grosses tortues vertes viennent de tout l’océan indien pour y pondre leurs œufs surtout entre juillet et octobre.

20191124_212222_tortue_pondant.jpg

Chaque femelle en pond une centaine à chaque remontée (une dizaine de fois par saison) effectuée de nuit, et il ne faut pas les déranger. C’est le nombre qui fait leur force, car seulement une sur mille ayant éclos parviendra à l’âge adulte. Elles peuvent vivre 150 ans. Notre visite nocturne du sanctuaire des tortues sous la direction d’un guide passionnant nous aura permis d’en voir deux dont une en pleine ponte. Leur taille est impressionnante ! La photo est faite en profitant de l’éclairage de la torche du guide et il faut garder le silence.

DSC02031_Sur.JPG

Notre étape suivante a été Sur, grand port de pêche et spécialisé dans les chantiers navals de boutres, au bord d’une lagune dans laquelle les courants de marée sont importants.

DSC02037_Sur.JPG

L’un des chantiers expose un grand boutre traditionnel et plusieurs autres exemples de leurs constructions en bois qui naviguent en mer d’Oman depuis des siècles.

DSC02027_Sur.JPG

La petite communauté sunnite et wahhabite du pays se trouve sur la rive droite du chenal de la lagune. Après quelques tensions dans les années 70, la situation s’est calmée et la cohabitation est désormais pacifique avec les autres variantes de Islam notamment l’Ibadite, très majoritaire.

Dsc02023_Picnic_Whahabite.jpg

L’ombre du pont qui relie les deux rives protège de l’ardeur du soleil un picnic entre copines….

DSC02046_Sur.JPG

… tandis que sur la rive gauche déambule un pêcheur omani à marée basse.

IMG_20191125_214403_Sur.jpg

Le souk de Sur abrite un grand nombre de tailleurs homme et femme.

Dsc02051_pour_la_nuit.jpg

Dsc02055_pour_le_jour.jpg

Ils exposent les robes pour la nuit comme pour le jour, pour homme et femme, ainsi que tous les couvre-chefs locaux. Les échoppes sont brillamment éclairées et décorées de mosaïques dorées et argentées. Mais n’espérez pas vous y faire faire un costume trois pièces sur mesure.

IMG_20191125_203658_Sur.jpg

En revanche c’est l’endroit rêvé pour déguster les poissons locaux cuisinés à l’omanaise, avec des frites quand même. N’oublions pas que la Belgique n’est pas si loin !

Dsc02059_Wadi_Tiwi.jpg

Reprenant la route vers Mascate, nous longeons les montagnes qui bordent le golfe d’Oman.

Dsc02070_Wadi_Tiwi.jpg

Elles sont entaillées par de nombreux wadis creusés par de minuscules fleuves côtiers qui forment des gorges fantastiques. Leur fond est parsemé d’oasis, de palmeraies et de villages.

Dsc02080_Wadi_Tiwi.jpg

La collecte de l’eau est, là aussi, une priorité, et les falajs (système de petits canaux et de créneaux de distribution) irriguent des cultures luxuriantes,…

Dsc02087_Wadi_Tiw.jpg

… notamment des dattes et des bananes à l’ombre bienfaisante.

Dsc02101_Wadi_Bimah.jpg

Les randonneurs sont ici à leur affaire, remontant des kilomètres à partir du niveau de la mer, et jusqu’à plus de 1000 mètres d’altitude, sur des petits chemins traversant les villages et les falajs….

IMG_20191126_122828_Wadi_Bimah.jpg

…parfois au moyen d’un transbordeur local dans un mini canot.

Dsc02111_Bimmah_sink_Hole.jpg

La côte est souvent calcaire, favorisant l’existence de grottes qui deviennent des gouffres lorsque leur plafond s’effondre après avoir été raviné par les infiltrations des eaux de pluie.

Dsc02118_nettoyage.jpg

Ils sont envahis par l’eau de mer toute proche, et la vie aquatique y est intense.

Dsc02125_Safra.jpg

Une étape improvisée a été un autre grand moment. Le gîte épatant que nous avions réservé la veille sur booking.com, s’est avéré être un enclos dans lequel le propriétaire, absent, avait laissé Safra, sa jeune et charmante chamelle (non, pas sa gazelle).



IMG_20191126_172039_Safra_d_Al_Misfah.jpg

IMG_20191127_073126_Safra.jpg

Nous avons partagé une nuit avec ce bel animal domestique très familier qui manquait manifestement de contact avec des humains. Elle se précipitait à la fenêtre de la douche chaque fois qu’elle entendait quelqu’un, cherchant à attirer l’attention.

Dsc02154_Al_Jazir.jpg



Dsc02144_Al_Jazir.jpg

Dsc02143_Al_Jazir.jpg

Dsc02157_Al_Jazir.jpg

L’unique grand barrage d’Oman est un ouvrage grandiose parfaitement équipé et accueillant. On se demande quand l’évacuateur de crue gigantesque peut être utile, au vu du niveau très bas du lac, et de l’aridité des montagnes environnantes. Le régime des précipitations et la violence des crues doivent être dantesques pour ne pas dire apocalyptiques !

Dsc02147_Al_Jazir.jpg



Dsc02159_Al_Jasir.jpg

Dsc02161_Al_Jazir.jpg

En ce jour férié, le parc surplombant le lac accueillait une foule nombreuse et une kermesse colorée aux couleurs du pays. Les scouts musulmans en uniforme étaient bien présents.

Dsc02164_grosse_voiture.jpg

Dsc02165_tres_grosse_voiture.jpg

Les parkings étaient pleins, chose inhabituelle ici, de voitures vraiment colossales, plus habituel. Un Range Rover fait figure de Smart dans ce pays.

IMG_20191126_130951_riviera.jpg

Le retour vers la capitale, toujours sur des routes parfaites nous fit longer la mer d’émeraude,…

Dsc02102_riviera.jpg

…ou d’immenses déserts de pierres,…



Dsc02174_secheresse.jpg

….passer entre des montagnes d’une sécheresse inouïe….

Dsc02123_les__mamelles_d_Oman.jpg

… voir des paysages roux au coucher de soleil. Nous n’avons pas résisté à ce spectacle qui rassemble les trois mamelles du sultanat d’Oman : une station service, le drapeau national et une mosquée.

Dsc02197_Bait_al_Luban.jpg

De retour à Mascate, nous voulions tester le meilleur restaurant de la corniche, situé au dernier étage d’un bâtiment restauré de fond en comble, à proximité du marché aux poissons.

Dsc02192_Bait_al_Luban.jpg

IMG_20191127_123715_Bait_al_Luban.jpg

Le résultat fut à la hauteur de nos espérances et l’addition finalement raisonnable.

Dsc02196_boutre_luxe.jpg

En digérant sur la corniche, notre choix aurait été vite fait entre ce paquebot de croisière en escale et ce boutre à trois mâts de luxe. Nous aurions bien voulu le voir naviguer.

Dsc02213_plage.jpg

Avant de rentrer à l’hôtel, en cette belle et douce soirée, une petite promenade le long de la grande plage de Mascate à marée basse, nous a fait découvrir comment des omanis en profitent.

Dsc02214_plage.jpg

C’est à croire qu’ils ne connaissent pas le maillot de bain et ne se baignent pas…

Dsc02209_plage.jpg

… sauf quelques enfants qui jouent dans l’eau tout habillés. Chacun son truc, non ?

Dsc02220_mosquee.jpg

Et avant de rendre la voiture le lendemain, une tournée des monuments, de nuit, nous a entraînés..

Dsc02221_opera.jpg

…jusqu’à la grande mosquée et à l’opéra. Absolument magnifiques.

Dsc02233_Crowne_Plazza.jpg

Dsc02227_pecheurs.jpg

Redescendant de l’hôtel déguisé en paquebot où nous venions d’abandonner notre petite Nissan, le mini port de pêche, vide la veille à marée basse, fut notre dernière visite à Mascate avant de nous envoler vers le Musandam qui fera l’objet de notre troisième et dernier billet d’Arabie.

mardi 17 décembre 2019

Le noir et le blanc

Dsc01401_TGV.jpg

Notre OUIGO a été parfait, merci la SNCF, alors que ce n’était pas gagné après les intempéries qui ont bloqué les trains pendant deux jours dans le sud-est en ce week-end de mi novembre.

Dsc01402_cotes_du_Rhone.jpg

Les restes de l’épisode pluie, neige, inondation étaient encore bien visibles sur le parcours

Dsc01406_vol_aller.jpg

Mais nous avons pu prendre notre vol Emirates comme prévu à Lyon St Exupéry.

Dsc01413_A380_local.jpg

Et le saut de puce final entre Dubaï et Mascate nous a fait goûter à l’immense A380

20191118_131714_toit_de_l_ecole.jpg

Le dépaysement nous a surpris avec une tempête de ciel bleu, 27° et des minarets partout

Dsc01418_indien.jpg

Ce n’est pas une raison pour oublier la cuisine indienne très fréquente dans le sultanat d’Oman

20191119_140944_concentres.jpg

On retrouve quand même quelques invariants comme l’omniprésence des écrans !

Dsc01419_corniche.jpg

De la très belle corniche qui longe le port……

Dsc01417_Al_Said_2.jpg

…on ne peut manquer d’apercevoir les deux luxueux yachts du Sultan Qaboss qui fête, en ce jour de notre arrivée, le 49ème anniversaire de son accession au trône. C’est le jour de la fête nationale.

Dsc01420_Al_Said_1.jpg

Son père l’avait formé jeune, et envoyé parcourir le monde dans les années soixante pour enrichir sa culture et se frotter aux réalités. A peine revenu, il a pris le pouvoir et commencé un règne de souverain éclairé désirant développer son pays dans le respect de ses traditions. Les moyens nécessaires, tirés du pétrole et du gaz, lui ont permis de faire évoluer en douceur ce peuple de bédouins amoureux du désert, vers une économie équilibrée entre la pêche, l’agriculture, l’industrie et les services. Les 4,6 millions d’habitants (en augmentation rapide, dont 40% d’étrangers) jouissent d’un niveau de vie confortable et d’infrastructures modernes. La religion très majoritaire est l’Islam Ibadite avec des faibles minorités Chiites ou Sunnites. Il y a aussi des hindouistes et des chrétiens, principalement des étrangers, et encore quelques juifs.

carte_physique.jpg

Ce pays de plus de 300 000 km² est constitué de deux massifs montagneux séparés par une plaine quasi désertique. Le capitale est Mascate, au sud du golfe d’Oman, située sur le tropique du Cancer. Le décalage horaire est de +3h. La carte disponible sur wikipédia peut être utile. https://fr.wikipedia.org/wiki/Oman#/media/Fichier:Oman_relief_map-fr.svg

La chaîne qui borde le sud du golfe d’Oman se termine dans le fameux détroit d’Ormuz par une péninsule, le Musandam, province d’Oman. Elle est séparée du reste du pays par un territoire aux frontières floues appartenant aux Emirats Arabes Unis. Les liaisons se font en avion ou en bateau rapide. La rive nord du détroit est en Iran. Le climat est tropical sec et même aride.

Au sud du pays, le massif montagneux qui entoure Salalah est le même que celui qui constitue l’essentiel du Yémen. Le climat de cette région est plus humide et influencé par la mousson en bord de la mer d’Oman. Nous n’y sommes pas allés. La proximité du Yémen, déchiré par un terrible conflit depuis quelques années, conduit les autorités omanaises et les ONG à une action humanitaire active et l’accueil de réfugiés à Salalah. La diplomatie d’Oman lui permet de parler avec tous les pays de cette région sensible, y compris Israël, ce qui n’est pas un mince exploit dans le contexte actuel.

Le pays a été dominé par le Portugal au 17ème siècle, mais l’influence occidentale actuelle est plutôt celle du royaume uni. L’anglais est la seconde langue dominante dans tout le sultanat dont l’arabe est la langue officielle. Ce pays est aussi appelé l’Arabie heureuse en raison de sa stabilité, de la sagesse de ses gouvernants, de son développement harmonieux comme de la tolérance de sa religion dominante. Le sultan actuel n’ayant pas de descendant, sa succession n’est pas assurée et demeure un point d’interrogation.

Dsc01429_patriotes.jpg

IMG_20191119_171639_patriote.jpg

IMG_20191119_103949_patriote.jpg

Bien que la monarchie y soit absolue, nous n’avons à aucun moment senti de présence militaire ou policière significative dans l’espace public. Il y a cependant de nombreuses casernes dans tout le pays qui semble tenu fermement. La délinquance y est négligeable et la criminalité quasi inconnue. Le peuple vénère son souverain actuel dont on voit partout des images, et la fierté des omanais s’exprime par une présence massive des drapeaux sur les bâtiments les écoles, les véhicules, les restaurants,…. Il est impossible en tant que touriste de savoir s’il existe une presse libre, une justice indépendante, une police respectueuse du droit,… Mais le rôle des femmes dans cette société musulmane semble plus respecté qu’ailleurs. Elles vont à l’université, travaillent, créent des entreprises, votent et peuvent être élues, peuvent être policiers, conduisent seules des voitures, sortent seules ou en groupe,… un peu à rebours des idées reçues.

Dsc01424_souk_des_parfums.jpg

Dsc01437_souk.jpg

Le souk de Mascate est d’une propreté parfaite et, comme souvent, organisé par métiers. Il y a peu de touristes. Quasiment toutes les femmes portent la robe et le voile noirs traditionnels et une petite minorité le voile intégral. Les hommes sont pour la plupart habillés d’une tunique blanche ( la dish-dasha) et d’un chapeau traditionnel omanais (le kumma ou le mussar) de différentes couleurs.

Dsc01444_criee.jpg

Le marché aux poissons est ouvert tous les matins dans une grande halle moderne. Les vendeurs étalent leurs prises superbes et les clients peuvent faire vider et préparer leurs poissons au laboratoire prévu pour cela à l’une des extrémités. La propreté est parfaite et les odeurs inspirent confiance.

Dsc01452_mosaique.jpg

Les murs sont couverts de mosaïques colorées superbes

Dsc01454_legumes.jpg

Toute proche, une autre grande halle est consacrée aux fruits et légumes parmi lesquels des dattes, qui sont une des grandes spécialités du pays. Il y en a de multiples variétés plus ou moins fermes et sucrées. Un régal que nous retrouverons souvent au point d’en faire certains repas.

Dsc01459_Mosquee.jpg

Dsc01470_mosquee.jpg

L’un des monuments emblématiques de Mascate est la grande mosquée du Sultan Qaboos construite à la fin du 20ème siècle et ouverte en 2001.

Dsc01476_mosquee.jpg

Dsc01487_Mosquee.jpg

Dsc01480_mosquee.jpg

Dsc01468_mosquee.jpg

Dsc01503_mosquee.jpg

Dsc01505_mosquee.jpg

L’ensemble des jardins et bâtiments couvre plusieurs hectares et ne peut-être visité par les non musulmans que le matin entre 8h et 11h. Une tenue correcte est exigée et surveillée par de nombreux gardiens et c’est hélas nécessaire, certains ayant « oublié » cette précaution. L’entretien est permanent en sorte que la beauté et la propreté soient maintenues à un très haut niveau.

Dsc01499_mosquee.jpg

Les tapis, d’une seule pièce, sont surveillés jusqu’au moindre détail et l’accès implique de laisser ses chaussures à l’extérieur parmi celle des milliers d’autres visiteurs.

Dsc01510_mosquee.jpg

A l’extérieur, les marbres brillent de tout leur éclat. Pas un déchet, même minuscule, pas un grain de poussière ou de sable. Les reflets sur de telles surfaces sont incroyables

Dsc01515_mosquee.jpg

Des groupes de jeunes, joyeux mais respectueux, sont encadrés par leurs professeurs.

Dsc01527_opera.jpg

Autre lieu important, l’opéra royal programme des œuvres du répertoire classique européen

Dsc01549_opera.jpg

Ce théâtre à l’italienne est pourvu de loges escamotables et d’une grande scène entièrement modulable pour s’adapter à toutes les œuvres. Ce doit être un régal de voir ici les opéras de Mozart ou Rossini dans un confort aussi parfait. Le prix des spectacles varie de 40 à 150 € la place.

Dsc01530_opera.jpg

Dsc01532_opera.jpg

Les décors des mille et une nuits sont somptueux et les costumes exposés dans des vitrines rappellent les grands moments ou artistes occidentaux qui s’y sont produits.

DSC01556_peinture.JPG

Dsc01559_sultan.jpg

La galerie attenante expose des tableaux parfois étonnants dans ce pays musulman, ou de multiples portraits du sultan parmi les boutiques de luxe…

IMG_20191119_115359_opera.jpg

… tandis qu’à l’extérieur un espace Fauchon permet de se restaurer ou de se rafraîchir agréablement sous des parasols chics sur un dallage de marbre irréprochable.

Dsc01611_palais.jpg

Dsc01603_Palais.jpg

Dsc01620_Palais.jpg

Dsc01623_Palais.jpg

Le palais royal ne se visite pas même si le sultan n’y réside plus. Il est situé au bord d’une crique entourée d’îlots, qui accueillent aussi de nombreux édifices officiels ou militaires et des jardins magnifiques, parfaitement entretenus et arrosés (vive les désalinisateurs d’eau de mer).

Dsc01599_famille.jpg

Des familles en noir et blanc s’y promènent ou viennent y passer la soirée en cette journée de fête nationale. Les fils de cet homme et de ses deux femmes portent le poignard traditionnel omanais à leur ceinture, et semblent en être très fiers

Dsc01601_famille.jpg

Dsc01624_musee.jpg

Le musée national est un superbe bâtiment tout récent situé à proximité immédiate.

Dsc01573_porte.jpg

Dsc01583_trone.jpg

Dsc01571_bateau.jpg

Dsc01591_poignards.jpg

Il expose des objets emblématiques du Sultanat comme ce poignard (le kandjar), qui figure sur le pavillon national, ainsi que de nombreux objets ou bateaux traditionnels de toutes tailles.

Dsc01593_toilettes.jpg

Les toilettes de ce musée sont à l’image de la capitale de ce pays, modernes, élégantes, confortables et d’une propreté impeccable.

IMG_20191120_081133_hotel_Naseem.jpg

Notre hôtel, situé sur la corniche est voisin d’une des écoles de la ville.

Dsc01565_balcons.jpg

En longeant le boulevard du front de mer, on retrouve les façades des immeubles construits par les riches marchands souvent libanais, indiens, ou iraniens qui ont établi leurs affaires à Mascate, position privilégiée pour les échanges entre l’Asie, l’Arabie et la Méditerranée, depuis des siècles.

Nous avons découvert cette ville qui s’étend le long de la côte sur plus de 30 kilomètres grâce aux bus et aux taxis efficaces et facilement accessibles. Mais pour gagner l’intérieur du pays nous avons préféré louer un petit SUV Nissan Kicks pour huit jours, à l’agence locale Dollar. L’essence vendue à 0,45 € le litre ne nous forcera pas à casser notre tirelire.

Dsc01630_raffinerie.jpg

Dsc01634_Sumail.jpg

Notre première destination sera la région de Nizwa, deuxième ville du Pays à 120 km au NW. L’excellente route longe d’abord le golfe d’Oman et sa raffinerie, puis s’enfonce dans une plaine entre les montagnes désertiques, parsemée d’oasis et de palmeraies.

Dsc01638_Jybrin.jpg

Notre première visite est le château de Jabreen magnifiquement restauré.

Dsc01645_Theiere.jpg

Dsc01668_sabre.jpg

Ses salles retracent son histoire remontant au 17ème siècle et présentent des objets traditionnels comme cette superbe théière, autre emblème national, ou ce sabre.

Dsc01651_palmeraie.jpg

Dsc01652_Jybrin.jpg

Ses remparts permettaient de surveiller la plaine extrêmement plate qui l’entoure, plantée de magnifiques palmeraies. Plus loin on découvre l’urbanisme de la ville voisine, Wihi al Murr, que l’on retrouvera partout dans le pays. Les habitations sont de gros cubes de couleur claire assemblés avec un étage partiel, entourés d’un mur d’environ 2,50 m de haut formant un quadrilatère. Elles sont séparés par quelques dizaines ou centaines de mètres et desservies par des pistes sommaires se croisant à angle droit. Sauf exception il n’y a pas de revêtement en bitume. Les commerces sont regroupés à proximité des routes et donc assez loin des habitations. Il y a aussi de grands hypermarchés de loin en loin. Les habitants circulent en voiture, souvent de gros 4x4 ou des pick-up japonais ou américains en faisant des nuages de poussière. C’est dépaysant, mais l’espace ne manque pas dans ce pays à la très faible densité, et le carburant est bon marché.

Dsc01685_Porte.jpg

Nous sommes ensuite entrés à Bahla, passant par l’imposante porte monumentale de la ville.

Dsc01692_chateau_de_Bahla.jpg

Son fort impressionnant comporte, outre les ouvrages de défense, un palais fortifié.

Dsc01664_Fort_de_Bahla.jpg

Sa restauration pendant 24 ans permet de l’ouvrir au public, mais il n’est pas meublé et la signalisation est encore embryonnaire. Le site est un peu décevant, mais nous devenons peut-être exigeants.

Dsc01707_Recableur.jpg

Le souk de cette ville est actif et les artisans très accueillants. Le rebobineur des moteurs de machine à coudre nous a dit être originaire du Bengladesh (ils sont nombreux) où l’on sait ne pas jeter une machine en panne, préférant la réparer.

Dsc01723_potier.jpg

IMG_20191121_105522_potier.jpg

Le potier a tourné devant nous, de ses mains, en un clin d’œil, plusieurs ustensiles de maison, petits et grands, avec une adresse et un goût merveilleux.

Dsc01708_oasis.jpg

Dans cette oasis, sous les palmiers dattiers, on cultive des céréales soigneusement irriguées.

Dsc01737_remparts.jpg

Et c’est la grande ville régionale qui nous a accueilli ensuite, protégée par ses remparts et son fort.

Dsc01779_marche.jpg

Dsc01773_marche_aux_bestiaux_de_Nizwa.jpg

Nizwa est le siège d’un grand marché aux bestiaux chaque vendredi. Nous avions besoin de quelques chèvres, quelques cochons et surtout de deux chameaux pour continuer notre périple. Hélas les chèvres étaient pour la plupart déjà vendues à notre arrivée vers 7h30, et les chameaux n’y sont qu’une fois par mois, et ce n’était pas la bonne.

Dsc01763_marche.jpg

La concentration des opérateurs est visible. Mais malgré nos efforts pour les trouver, les cochons étaient absents.

Dsc01768_marche.jpg

Je vous laisse imaginer la réaction des marchands quand nous leur avons posé la question. Ils se sont gentiment moqué de pauvres occidentaux ignorant les coutumes locales.

Dsc01771_marche.jpg

IMG_20191122_075651_marche.jpg

Et nous sommes revenus bredouilles, mais émerveillés par cette visite au cœur d’Oman.

IMG_20191122_084957_002_brochettes.jpg

Nous avons pu nous consoler avec des brochettes de cabri, de mouton et de bœuf abondamment préparées sur le parking qui occupe tout le lit du wadi aujourd’hui à sec, mais large de 150 m.

Dsc01780_dates.jpg

Et nous nous sommes rabattus dans le souk des dattes, en prenant plusieurs kilos pour nos prochains picnics. Elles sont merveilleusement bonnes !

Dsc01794_Al_Misfah.jpg

IMG_20191122_102235_Al_Misfah.jpg

Alors, nous avons pu prendre le chemin de la montagne. Ici on dit djebel ! Le miracle de l’eau s’est produit à Misfat, à 1400 mètres d’altitude, aux paysages bibliques !

Dsc01819_Al_Misfah.jpg

Depuis des générations, les habitants captent la plus petite source et distribuent le précieux liquide dans chaque famille au moyen d’un systéme d’irrigation appelés falaj…La discipline est féroce pour éviter tout gâchis ou privilège indu.

Dsc01813_Misfat_1400m.jpg

L’équité est assurée par un roulement des responsables de la gestion des vannes, en fait de simples pierres entourées de chiffons, qui bouchent ou ouvrent les portes de dérivation du falaj. Chaque famille assure successivement ce service dans une alternance savamment orchestrée.

Dsc01831_Al_Misfah.jpg

IMG_20191122_111008__Al_Misfah.jpg

Nous avons conclu notre visite par une petite pause café-dattes sur une merveilleuse terrasse…

Dsc01835_Al_Amrha_vue_de_Misfat.jpg

…d’où la vue sur la vallée est sensationnelle….

Dsc01837_Bur.jpg

…avant d’attaquer la montée vers le djebel Shams point culminant du pays. Ici le village de Ghul, se confondant dans le paysage, son oasis, et le débouché dans la vallée du wadi du même nom.

Dsc01848_djebel_sham.jpg

L’excellente route traverse des gorges de plus en plus impressionnantes,

Dsc01849_djebel_sham.jpg

puis des plateaux accueillants aux paysages sahéliens, propices au camping, possible partout.

Dsc01858_djebel_Shams.jpg

Dsc01869_djebel_sham.jpg

Dsc01866_djebel_Shams.jpg

La balade se poursuit sur des pistes jusqu’à plus de 2000 mètres, permettant d’atteindre les paysages à couper le souffle des hauteurs du wadi Ghul. Un chaos de roches, des dénivelées de plus de 1000 mètres sont façonnés par des rivières au débit infime en temps normal, mais capables de crues effrayantes lors de épisodes de pluies tropicales dont nous ne pouvons pas avoir idée.

Dsc01871_tole_ondulee.jpg

Notre vaillant SUV s’est parfaitement comporté sur la tôle ondulée

Dsc01873_Ghul_et_son_Wadi.jpg

Mais il a trouvé ses limites dans les graviers du wadi Ghul inférieur où nous avons tenté de suivre d’autres touristes. Il s’en est fallu de peu que nous y restions. Une audacieuse manœuvre en marche arrière nous a tiré d’affaire sous le regard goguenard de ceux qui avaient un vrai 4x4.

Dsc01875_Meharistes.jpg

Revenu dans la vallée et visitant Al Hamra, ces cavaliers nous ont paru très élégants et ils sont sans doute, eux, parfaitement tout terrain.

IMG_20191123_092335_Heritage_Inn.jpg

IMG_20191123_092732_002_Heritage_Inn.jpg

Le soir nous sommes retournés à Nizwa où nous avions retenu dans le soi-disant très chic hôtel Heritage Inn, dont la fierté est d’être installé dans un immeuble traditionnel entièrement rénové, au centre ville. La déception fût grande devant l’exiguïté de la chambre sans mobilier, l’absence d’eau chaude, la qualité déplorable du sanitaire, les approximations douteuses dans le rendu de monnaie, l’inconfort de la salle à manger,…. J’en passe, une adresse à fuir et Le Routard sera informé. C’est la seule mauvaise surprise de ce voyage passionnant.

Nous allons maintenant changer de région et nous encanailler dans le désert des Wahiba sands, 200 km plus au sud, à proximité de la côte sur la mer d’Oman. La suite au prochain numéro……