dartag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les étés à La Londe

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 06 novembre 2019

En passant par l’Emilie

Début juillet à La Londe,…….

20190708_202915_Diner_chez_Anne.jpg

….les visites ou dîners entre amis font partie des grands plaisirs de la vie.

Dsc00466_ND_des_Anges.jpg

Comme celles des monuments de la région. Ici le monastère de ND des Anges, peu connu, d’où la vue à 360° sur les Maures, la plaine de Gonfaron et la mer est superbe………..

Dsc00473_Collobrieres.jpg

………ou les concerts, ici à l’église de Collobrières. Merci à toutes ces associations qui entretiennent la flamme du patrimoine et de la culture…..

Dsc00491_YO.jpg

…..et aux amis qui passent, rentrant d’un tour du Pacifique de 5 ans, avant de repartir autour du monde. C’est comme si on les avait quittés la veille. Le contact est entretenu par nos blogs.

Dsc00507_jeux_piscine.jpg

Puis les vacances commencent. Les arrivées se succèdent remplissant la maison et la piscine.

Dsc00511_jeux_piscine.jpg

Il faut dire que sa température d’environ 29° est bien agréable

Dsc00524_aux_pluches.jpg

Les épluchages et la cuisine occupent une partie du temps…….

Dsc00498_jardinage.jpg

………….comme le jardinage ou le nettoyage des allées

Dsc00535_wake_board.jpg

Mais les sports nautiques ne sont pas oubliés……….

Dsc00538_apero_famille.jpg

...ni les apéros réunissant les familles, belle famille et amis qui s’enchaînent…

Dsc00558_grande_tablee.jpg

…avec de grandes tablées dans la salle à manger d’été, à l’ombre bien agréable

Dsc00520_encore_un_a_l_aigo_lindo.jpg

Et personne n’oublie l’Aigo Lindo où tant de souvenirs, accumulés depuis 50 ans…..

Dsc00523_derniere_soiree.jpg

…se prolongent dans des soirées improvisées. Admirez l’énorme marmitte de nouilles !

Dsc00526_4_graces_et_1_petit_prince.jpg

Ils rassemblent encore les cousins et cousines avec la génération suivante.

Dsc00619_le_lustre.jpg

Après leur départ pour d’autres aventures, je reçois un magnifique cadeau d’anniversaire que je ne pouvais manquer d’installer sans tarder. Que la lumière soit, …et la lumière fût !

Dsc00649_Emilie.jpg

Dsc00646_MF.jpg

Dsc00639_Emilie_et_Greg.jpg

Puis viennent d’autres visites de fidèles amis qui sont autant d’occasions de profiter de cet été si beau, si chaud, et du cadre merveilleux de la rade et des îles d’Hyères.

Dsc00708_75eme_anniversaire.jpg

La Londe se souvient aussi fièrement de la libération d’août 1944 après le débarquement de Provence. Le défilé de 2019 était impressionnant, rassemblant des dizaines de véhicules.

Dsc00827_Canoe_sur_le_toit.jpg

Dsc00832_hissage_canoe.jpg

Le canoë de presque 100 ans, pieusement conservé à l’Aigo Lindo a maintenant sa place à La Londe, après un transport qui nous a rappelé les convois épiques des années 60, sur le toit de la 403 Peugeot familiale venant du Havre, avec les parents et les cinq enfants Une autre époque !

Puis vint le temps d’une nouvelle escapade à deux, vers l’Italie voisine, si proche et si attachante. L’idée de départ était de visiter les « cinque terre ». Elle s’est enrichie d’un véritable tour des Apennins jusqu’à Ravenne, sur l’Adriatique, réputée pour ses mosaïques. Allez hop, après l’avoir réarmé, on enfourche le Jumper pour la deuxième quinzaine de septembre.

Dsc00881_Couleurs_de_l_esterel.jpg

L’éclairage de l’après-midi sur l’Estérel rend la baie d’Agay magique. Notre premier objectif est Sospel que nous avions escamoté en juin à la fin de la Route des Grandes Alpes. Mais à force de musarder en longeant la mythique côte d’azur, nous avons été surpris par une circulation dense et la traversée de Nice a été difficile. Mais quelle succession de paysages de rêve !

Dsc00884_bivouac_la_Perla.jpg

Notre idée de passer par la Vallée des Merveilles et le tunnel de Tende pour rejoindre l’Italie s’et heurtée à des travaux, non seulement le tunnel mais aussi le col était fermés ! Nous avons dû rebrousser chemin pour rejoindre directement Vintimille, par la vallée de la Roya. Très belle aussi, et la frontière n’était pas contrôlée, mais aucun migrant n’était visible sur ce parcours sensible ! Pour rattraper le temps perdu nous avons pris les autoroutes italiennes vers Gènes puis la plaine du Pô. En approchant de Parme, il nous fallait trouver un bivouac pour la nuit, si possible un peu à l’écart des routes principales et proche des ressources de la célèbre gastronomie locale. A la nuit tombée, alors que nous approchions de Parme, et sous la pluie, nous avons finalement trouvé notre bonheur sur le parking très accueillant d’une grosse salaison artisanale appelée La Perla.

20190926_113726_jambon_de_Parme.jpg

Dsc00894_vrai_parmezan.jpg

Dsc00896_balsamique.jpg

Le lendemain matin Nadine a exercé son italien. Nous avons pu visiter les chaînes de fabrication des jambons de Parme avec un groupe d’universitaires hollandais, et profiter de la boutique où l’on trouvait aussi différentes variétés de parmesan. Parmi les autres spécialités locales, des vins « frizzante » ou « spumente », mais surtout des vinaigres balsamiques de Modène de tous les âges, dont le prix de vente nous a estomaqué au sens propre !. Il n’y a pas de sucre ajouté et le vieillissement est entièrement naturel. Mais à 20 € le quart de litre, cela mérite réflexion !

Dsc00907_Chateau_et_plaine_cultivee.jpg

Reprenant la route, c’est au milieu de champs cultivés autour de châteaux, que nous avons parcouru la plaine du Pô en longeant les Apennins, sur des routes médiocres, d’une ville à l’autre. L’activité industrielle est également très présente, les ronds points innombrables et le trafic de poids lourds considérable. Mais il n’y a quasiment pas de ralentisseurs dont les routes françaises sont infestées, et les rares que nous avons vus sont à peine perceptibles. Impression générale : l’Italie du nord est riche, plate, densément peuplée et on y travaille beaucoup, mais la circulation est plutôt fluide et apaisée. Une excellente surprise à rebours de quelques vieilles idées reçues.

Dsc00962_moderne.jpg

La route jusqu’à Ravenne est interminable, mais nous y sommes arrivés avant la nuit et avons trouvé facilement un parking accessible, hélas fréquenté par un escroc, près du centre ville.

Dsc00923_Ravenne.jpg

Dsc00911_tombe_de_Dante.jpg

Nos vélos électriques ont fait merveille dans cette ville absolument plate. Ils sont confortables et nous en avons bien profité, sans crainte, avec nos antivols couplés à chaque arrêt.

Dsc00917_mosaique_de_1500_ans.jpg

Dsc00921_mosaique.jpg

Avec un billet combiné, nous avons pu profiter de quasiment tous les monuments importants à l’exception du musée national archéologique. Il nous intéressait moins que les mosaîques parfaitement restaurées, qui remontent, pour certaines, au 6ème siècle. Cette ville a été influencée par des empires chrétiens d’occident et d’orient et l’inspiration byzantine orthodoxe saute aux yeux, encore plus qu’à Venise. Un concentré de merveilles !

Dsc00925_coupole_millenaire.jpg

Dsc00938_detail.jpg

Je n’ai extrait de notre collection qu’un nombre réduit de photos pour vous donner une idée.

Dsc00952_galla_placida.jpg

Dsc00957_galla_placida.jpg

Dsc00958_Galla_Placida.jpg

L’un des plus beau joyau est le minuscule mausolée Galla Placida (trois photos ci-dessus)

Dsc00976_St_Apollinaire.jpg

Dsc00979_le_lion.jpg

Mais la basilique Saint Apollinaire, un peu à l’écart de la ville, est grandiose.

DSC00961_les_triples.JPG

Spectacle touchant dans cette ville agréable et largement piétonne : une maman promenant ses triplés. Elle sait très bien qu’elle est l’objet de tous les regards attendris, et répond par un sourire aux inévitables compliments.

Dsc00968_plage_de_Ravenne.jpg

Dsc00967_Ravenne_Marina.jpg

Dsc00970_sur_l_Adriatique.jpg

Après avoir poussé jusqu’à l'immense plage, la très belle Marina et la station balnéaire de Ravenne……..

Dsc00975_le_buffle.jpg

…..nous avons repris la direction des Apennins sous le regard débonnaire du buffle de St Apollinaire, pour retraverser la botte, en passant dans la montagne au nord de Florence.

Dsc01004_en_haut_le_bivouac.jpg

Entre Florence et La Spezia la route côtière est ultra chargée, mais sans bouchon. C’est de nuit que nous sommes arrivés au bivouac que nous visions, au dessus de Riomaggiore le premier des villages des 5 terre. C’est un petit parking de 4 ou 5 places dominant la mer, deux étaient libres.

20190929_101252_Riomaggiore.jpg

20190929_105940_Riomaggiore.jpg

Il nous servira de base pour visiter le village après une descente éprouvante de 200 m de dénivelée dans les cailloux glissants.

20190930_140345_gare_Grande_ligne.jpg

Nous prendrons le train aller et retour pour le village suivant : Manarola. Ces 5 villages sont desservis par la principale voie ferrée italienne qui longe toute la côte de Vintimille à la Calabre. Elle est majoritairement souterraine, seules les gares sont à l'air libre. Les cadences sont très rapides et cela coûte 4 € par personne pour quelques kilomètres entre deux villages. L'alternative est constituée de routes de montagne entre 500 et 900 m d'altitude, étroites et sans ligne droite supérieure à 100 m. On se croirait en Corse !

Dsc01014_Manarola.jpg

Billetterie automatique très lente et peu explicite, passage souterrain bondés, foule énorme partout dont la moitié d’asiatiques, forte houle brisant sur les enrochements du mini port, bateaux remontés sur le quai, restaurants sans âmes,…

Dsc01017_Manarola.jpg

Dsc01031_Manarola.jpg

Nous ne sommes pas emballés par cet endroit, certes pittoresque, mais inconfortable, et il a fallu remonter à pied jusqu’à notre nid d’aigle. …..Demain sera un autre jour !

Dsc01042_brouillard_a_500m.jpg

La route pour les villages suivants est dans les nuages, mais nous arrivons à l’aire de camping-cars de Monterosso al Mare dans la matinée, après avoir confirmé notre réservation par email.

Dsc01085_Bivouac_de_Monterosso_al_Mare.jpg

Le Propriétaire nous attend, très aimable, et l’emplacement est parfait.

Dsc01050_Monterosso_al_Mare.jpg

Mais la dénivelée pour descendre est de 260 m. Aïe ! Heureusement le chemin est beaucoup plus confortable et moins raide qu’à Riomaggiore, et notre hôte nous propose de venir nous chercher en voiture pour remonter en fin de journée. Cela s’annonce mieux.

Dsc01054_Monterosso_al_Mare.jpg

Il y a toujours autant de monde partout, fin septembre, c’est impressionnant.

Dsc01055_Montrosso_al_Mare.jpg

Dsc01062_Vernazza.jpg

Comme la veille nous prendrons le train pour aller et revenir de Vernazza, mais nous renoncerons à voir Corniglia le cinquième village, sans trop de regret.

Dsc01063_Vernazza.jpg

Dsc01073_plage_de_Monterosso_al_Mare.jpg

Monterosso al Mare est une station balnéaire plus aérée que les autres villages. Il y a quelques baigneurs dans les rouleaux sur la plage et un grand parking quasiment vide qui accueille quelques camping-cars. Si nous repassons un jour par ici, c’est là qu’on s’arrêtera ! C’est plus simple. Le soir, notre hôte est venu nous chercher comme promis et nous a confirmé que le tourisme était devenu l’activité quasi unique des 5 terre, l’agriculture et la pêche ayant presque disparu. Une partie des habitants travaillent aussi à La Spezzia ou Levanto, à 20 ou 30 kilomètres. Comme en d'autres endroits, on reste perplexe sur les origines d'un tel peuplement sur cette côte hostile, sans abri naturel, sans arrière pays, où les cultures impliquent un travail de romain sur des terrasses exiguës, où l'eau est rare,.....Encore une énigme ?

Nous voilà maintenant sur le chemin du retour vers la France et nous allons longer toute la riviera italienne, espérant ne pas souffrir de la destruction du pont de Gênes capitale de la Ligurie. Mais des déviations efficaces ont été mises en place, si bien qu’au prix de quelques kilomètres supplémentaires, nous passerons facilement. Notons que le nouveau pont est en construction et que la catastrophe aura été réparée en deux ans. Belle performance !

Dsc01092_arrivee_a_Porto_Fino.jpg

Avant d’y arriver, nous avions envie de visiter Portofino, haut lieu du tourisme chic depuis le dix neuvième siècle, et port emblématique de la plaisance de luxe italienne et internationale. Guy de Maupassant y faisait escale avec son voilier « Bel ami » et a laissé des souvenirs. Sans stationnement sur place, nous avons repris nos vélos électriques pour les derniers kilomètres. Bonne décision qui nous a permis de bien profiter de cette balade côtière dans un cadre luxueux et paisible.

20191001_153402_Portofino.jpg

Dsc01099_Porto_Fino.jpg

Ce village a un petit air de Saint-Tropez, à l’extrémité d’une presqu’île préservée, sans marina moderne. La ville la plus proche est Rapallo à une quinzaine de kilomètres.

Pour le retour à La Londe, vous connaissez le trajet décrit dans le billet précédent. Donc nous prendrons les autoroutes et vous épargnerons leur description.

Dsc01128_les_copines.jpg

En octobre, nous eûmes un magnifique été indien propice aux rassemblements de copines…

Dsc01136_les_copines.jpg

… aux baignades à 21° presque inespérées,…

Dsc01141_les_copines.jpg

…….et avec des journées à 25°, tous les repas et soirées à l’extérieur….

Dsc01278.jpg

….puis vint le temps d’Halloween et d’une Toussaint mémorable avec encore un superbe rassemblement familial comme il n’y en avait pas eu depuis longtemps….

Dsc01251.jpg

… et encore des jeux d’extérieurs…

Dsc01244.jpg

…….des repas familiaux au soleil….

Dsc01297.jpg

Des photos magnifiques et rares…

Dsc01300.jpg

…où les chiens avaient aussi leur place….

Dsc01304.jpg

Celle-ci restera dans ma mémoire et servira sans doute dans un futur encadrement DUOPIC.

Dsc01293.jpg

Dsc01292.jpg

Mais aussi le train électrique de notre cher voisin, une véritable œuvre d’art dans un chalet spécialement construit qui lui est dédié.

Dsc01224_l_aigo_lindo_en_bonnes_mains.jpg

Encore un regard sur l’Aigo Lindo qui a été ré-ouverte par ses nouveaux propriétaires extrêmement sympathiques, parents de cinq enfants charmants. Cela fait du bien de savoir qu’elle est en de bonnes mains et espérons qu’ils en profiteront autant que nous.

Dsc01325.jpg

Enfin, laissons la parole à Béatrice qui, juste avant de reprendre la route, n’a pas résisté à un dernier bain de mer qu’elle a trouvé agréable. Bravo, 20° cela commence à devenir frisquet quand même !

jeudi 01 août 2019

« Les Grandes Alpes»

La poussière des travaux dans la maison de La Londe peine à retomber en ce mois de mai, et on attendra le fin, prévue début juillet, pour le nettoyage. Une petite pause est maintenant la bienvenue pour une visite à Apt et découvrir le fief de Nadine.

Dsc03739_chez_Nadine.jpg

La quiétude et le soleil inondent ce havre de paix.

Dsc03749_Apt.jpg

La ville médiévale est en grande partie piétonne et offre ses jolies placettes ombragées. Son économie basée sur la très ancienne exploitation des carrières d’ocre et les fruits confits a souffert mais garde de beaux restes. Le départ des militaires du plateau d’Albion, lorsque la dissuasion nucléaire a été réorientée il y a quelques décennies, a créé un vide. Quelques industries locales, un peu de tourisme, les activités autour de l’agriculture (vins, huile d’olive, fruits et dérivés) et une entreprise d’illuminations d’envergure internationale, créée en 1973, sont les principaux employeurs. C’est une sous-préfecture d’environ 13 000 habitants d’origines variées, la population de souche est réduite, même si l’accent provençal peut encore s’y entendre.

Dsc03787_marche.jpg

L’immense marché du samedi qui occupe toute la vieille ville est organisé en quartiers, fruits et légumes, fromages, viandes, vêtements, ameublement, livres, chaussures,…etc. Il y a même une sorte de souk où les commerçants arabes excellent.

Dsc03792_bobos_du_luberon.jpg

Et dans cette capitale du Luberon, le public de bobos soigneusement habillés, et dont les chapeaux révèlent l’origine, profite des bistrots et terrasses des ruelles ensoleillées.

Les villages voisins les plus connus de ce secteur (Bonnieux, Lacoste, Lourmarin, Gordes, Roussillon,….), prisé des citadins aisés et des étrangers prospères qui les préfèrent aux stations surpeuplées de la côte, ont aussi leurs marchés orientés bio, circuits courts, petits producteurs,…Ceux-ci complètent utilement le calendrier hebdomadaire des manifestations culturelles qui comptent de multiples concerts, expositions, festivals prévus pendant tout l’été.

Dsc03756_Saignon.jpg

Tout proche, le vieux village de Saignon, perché sur son piton calcaire attire aussi les amateurs de vieilles pierres qui restaurent à grand frais ces demeures médiévales…..

Dsc03783_mariage_mondain.jpg

…..ou les manifestations mondaines comme ce mariage très chic où les chapeaux colorés des invitées faisaient merveille.

Dsc03809_calavon.jpg

En ce début d’été, le Calavon, qui irrigue la vallée d’Apt est déjà bien sec, et la Durance ne doit pas attendre grand-chose de cet affluent pour soutenir son débit.

Dsc03808_Pont_julien.jpg

Pourtant, le pont Julien, construit au premier siècle après JC, semble dimensionné pour des débits impressionnants. Mais n’oublions pas que nous ne sommes pas loin de Vaison-la-Romaine, où le seul pont qui avait résisté à l’inondation catastrophique de 1992 était, lui aussi, romain.

20190516_122255_avec_NG_Porquerolles.jpg

De retour à La Londe, nous profitons de délicieuses visites. La mer est encore froide, mais cela n’empêche pas les sorties en mer et dans les îles, encore bien calmes avant la saison.

Dsc00407_petits_monstres.jpg

Les hirondelles, à moins que ce ne soient des martinets, on mené à bien leurs tâches de parents, et les petits monstres qui ont donné leur nom à la maison ne vont pas tarder à quitter leur nid. Le miracle de la vie s’accomplit ici tous les ans et les travaux ne semblent pas les avoir perturbés.

Dsc00442_lauriers_roses.jpg

L’explosion des couleurs dans les lauriers roses n’en est pas moins un.

Dsc00446_Il_est_parti.jpg

Avec la belle saison, Dartag II a trouvé un nouveau propriétaire, et il part vers sa future destinée.

Dsc00456_atelier.jpg

L’aménagement de l’appartement du RdC se termine aussi et le nettoyage va pouvoir commencer. Alors, arrive le temps de réaliser le grand projet de cette fin de printemps 2019, prévu pour la deuxième quinzaine de juin, lorsque les journées sont bien longues. Le camping car en sera l’outil.

Route_des_Grandes_Alpes_PART_1558528698124.jpeg

L’idée de Nadine, à laquelle j’ai immédiatement adhéré, s’appelle « route des grandes Alpes », de Thonon à Menton, passant par tous les plus hauts cols, le long de la frontière franco-italienne.

Dsc03881_La_chapelle_en_Valgodemar.jpg

La Chapelle en Valgaudemar est notre première étape, planquée dans le camping de la forêt communale, au sein du parc national des écrins.

20190615_114526_Valgodemar.jpg

Cette vallée sauvage en cul de sac est peu fréquentée, mais ruisselle de toute l’eau venue de la fonte des neiges et des glaciers descendant des sommets proches à plus de 4000 m.

Dsc03907_Valgodemar.jpg

Nous y ferons notre premier raid en vélo, avalant vaillamment une dénivelée positive de plus de 600 m. Mais le handicap de Nadine sur le petit vélo vintage sans vitesse prêté par Béatrice, et la selle de qualité très moyenne, nous dissuaderons d’aller plus haut. Dans la descente, le vitesse et le vent nous enlevèrent nos chapeaux à plusieurs reprises nous obligeant à aller les rechercher dans les immenses champs de fleurs environnants.

Dsc03930_Allemont.jpg

Allemont nous approche ensuite de Thomas et Emilie, qui nous accueillent dans leur verte vallée de la Romanche un peu ennuagée. Cela n’empêchera pas le barbecue d’être délicieux et cette courte escale nous permet de profiter des récits des exploits sportifs des petits enfants de Nadine.

Dsc03935_Patou.jpg

Parmi leurs animaux, Loucario, un superbe eurasier, est parfait dans ce milieu de montagnards. Nous ne pouvions pas manquer, en repartant au nord vers le col du Glandon, un pèlerinage jusqu’à Grandmaison, dernier des grands barrages construits par EDF dans les Alpes et sa formidable station de transfert d’énergie par pompage.

Dsc03945_Col_de_la_croix_de_fer.jpg

20190617_175731_chambery.jpg

Après le superbe col de la Croix de Fer, nous sommes redescendus dans la Maurienne pour rejoindre le lendemain Chambéry où nous attendaient Béatrice, Marc et Héliott, pour une belle fin d’après-midi et soirée familiales.

Dsc03995_lac_d_Annecy.jpg

Dsc03996_Thonon.jpg

Et, passant par le lac d’Annecy, nous avons atteint Thonon et le majestueux lac de Genève, point de départ officiel de la « Route des grandes Alpes », avant de repartir vers le sud…

Dsc04011_bivouac_de_Caly.jpg

…pour un magnifique bivouac au Mt Galy d’où la vue sur le mont Blanc est exceptionnelle.

Dsc00031_Beaufort.jpg

Nous avons alors enchainé les dénivelées extrêmes depuis le beaufortin et ses fromages.

Dsc00047_Roseland.jpg

Le lac de Roseland est en cours de remplissage…..

Dsc00071_Tignes.jpg

…..comme celui de Tignes, encore bien bas en attendant la fonte des neiges et des glaciers

DSC00084_Marmotte.JPG

C’est dans la montée de l’immense et vertigineux col de l’Iseran que nous avons vu nos premières marmottes, bien grassouillettes. Il y en avait tellement à partir de 2200 m d’altitude, qu’il fallait parfois freiner pour ne pas trop les déranger.

Replongeant dans la vallée de la Maurienne nous avons finalement poursuivi jusqu’au col du Télégraphe puis Valloire juste avant la nuit, pour une escale dans cette petite station quasiment vide en cette saison. Il fut impossible d’y satisfaire notre envie de fondue savoyarde, et il commençait à devenir urgent de s’en occuper avant de quitter la splendide Savoie.

Dsc00112_fondue_a_Valloire.jpg

C’est finalement sur la route du Galibier, à 1750 m d’altitude, que l’auberge de La Poutre nous a exaucés. Il faisait suffisamment beau pour la déguster dehors, mais les pulls n’étaient pas superflus.

Dsc00120_Ski_extreme_Galibier.jpg

Dans la montée du col, le nombre de motos s’est subitement accru. Il faut dire que c’est vraiment un fabuleux terrain de jeu, la route est sèche et excellente entre les murs de neige, les virages nombreux et le beau temps bien agréable. Au sommet ils étaient des dizaines, la plupart des gros cubes de toutes les nationalités d’Europe. Mais il y aussi des cyclistes, de véritables athlètes, et quelques retraités avec des vélos électriques haut de gamme. Ca faisait un peu envie. Dans la neige du sommet tout proche, les festons des traces des skieurs amateurs de randonnées et de neige de printemps, peut-être venus de La Grave, nous laissaient un peu rêveurs.

Dsc00126_Briancon.jpg

Briançon, vieille ville fortifiée, garde les souvenirs des rivalités avec nos voisins du Piémont

Dsc00152_Nevache.jpg

A Nevache, 1600 m d’altitude, nous resterons deux jours, avec les croissants de la boulangerie.

Dsc00156_La_Claree.jpg

La Clarée y est déjà puissante, et ses crues peuvent être dangereuses. Le club de pêche à la truite précise que les prises doivent être relâchées, alors pourquoi les prendre et les faire souffrir ? Si on veut en déguster, il faut les acheter à la ferme qui les élèvent, située un peu plus haut dans le village et qui vend aussi des fromages. C’est le commerce !

Dsc00197_l_Isoard.jpg

Le Queyras est magnifique, et le col de l’Isoard attire encore plus de motos que le Galibier. Un véritable rush permanent de furieux qui se tirent une bourre dans la montée. Assourdissant, et ce n’est pas vraiment pour ça que nous sommes là. Mais je les comprends un peu, c’est grisant. Il y a même un photographe qui saisit leurs exploits et tente de leur vendre son art lors de leur pause.

Dsc00208_St_Veran.jpg

St Véran est un cul de sac et le plus haut village d’Europe à 2100 m. Peu de maison sont habitées mais son architecture en bois semble préservée et authentique. Pas toujours en bon état, hélas !

Dsc00223_Molines_en_Queyras.jpg

Et c’est au bord de l’Aigue Agnelle, à Moline en Queyras, que nous avons fait une belle escale, après avoir déployé sous le store nos meubles d’extérieur, pour la première fois. Chienne de vie !

Dsc00242_Col_de_Vars.jpg

La station de ski du col de Vars où j’avais fait un séjour il y a 50 ans est méconnaissable. Pleine de buildings extravagants et d’immenses parkings. Bof !

Dsc00269_La_Cayolle.jpg

Juste après, et bien aguerris par dix jours de montagne, nous avons décidé de tenter le col de la Cayolle avec notre camion, bien que la route soit réputée étroite, mal aisée et en mauvais état.

Tout cela s’est parfaitement confirmé et pendant cette longue montée, nous n’avons croisé que quelques voitures, chaque fois pratiquement à l’arrêt, en manoeuvrant, et aucun camion. Heureusement, c’eut été quasiment impossible ! On a vraiment l’impression d’être au bout du monde connu. Mais en haut, le spectacle est époustouflant, et si la visibilité avait été parfaite nous aurions vu la mer ! Normal, c’est la frontière avec le département des Alpes Maritimes. Là encore les marmottes étaient chez elles. L’une d’entre elle, curieuse, s’est approchée à moins d’un mètre de nous, puis est repartie tranquillement, mangeant uniquement les fleurs sur son passage, une à une. Vous auriez pu profiter d’une petite vidéo si je savais comment l’inclure dans un texte.

Dsc00301_Lac_d_Estenc_source_du_Var.jpg

La descente est du même tonneau, magnifique, mais c’est à moto qu’il faudrait s’offrir ce parcours ! Le Var prend sa source dans ce grand talweg, sous forme de milliers de jaillissements d’eau dans la montagne qui finissent par se rassembler dans un mini lac d’une beauté à couper le souffle.

Dsc00326_Roubion.jpg

Poursuivant notre descente, nous apercevons des villages perchés, ici Robion. On se demande ce qui a conduit nos ancêtres à choisir de tels lieux pour s’installer. La retraite n’avait pas encore été inventée et il fallait bien vivre de son travail, mais lequel, pourquoi là, avec qui ? Mystère.

Dsc00332_St_Sauveur_de_Tinee.jpg

Lors du passage à Valberg, nous sommes tombés par hasard sur Anne et Jean-Marc qui faisaient un séjour de randonnée en montagne, puis nous avons abouti, dans la moiteur de la canicule estivale, à Saint Sauveur de Tinée, très beau village équipé d’une poste, aux couleurs italiennes.

Dsc00347_Turini.jpg

Bien vite il fallait remonter au frais pour dormir confortablement, à 1800 m, dans une clairière au-dessus du col de Turini. Nous étions à côté d’une ferme dont les fromages étaient exquis, malgré une odeur insoutenable de purin surchauffé dans l’étable, manifestement mal équipée et insuffisamment ventilée pour faire face à une canicule aussi inhabituelle.

Dsc00362_Menton.jpg

Passant par Sospel, après un grand détour dû à des travaux dans la descente du Turini, notre « Route des Grandes Alpes » s’est achevée à Menton, comme prévu, d’où nous avons repris la direction de La Londe, les yeux pleins de merveilles.

Dsc00363_Monaco.jpg

Au passage sur la corniche entre Roquebrune et La Turbie, on voit les grands motor-yachts au mouillage de Monaco. Il y en a des dizaines, écrasés de soleil, dont les équipages se protègent dans leurs salons climatisés en jouant sur leurs écrans géants ! (Supposition légèrement médisante, mais je ne les plains pas plus que je ne les envie)

Dsc00453_cuisine_SdB.jpg

Bientôt arriveront les enfants et petits enfants pour des vacances bien méritées dans un nouveau cadre, puisque l’Aigo Lindo notre chère maison familiale est maintenant vendue. Ils seront les bienvenus à Arondella au cours de ce mois de juillet qui s’annonce bien car ils pourront profiter des nouveaux aménagements du rez de chaussée, enfin terminés.

On pensera à tout ça pendant l’hiver, les pieds dans la neige, le froid, le vent, avec nostalgie. Peut-être faudra-t-il trouver un moyen d’y échapper ?