dartag

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Améliorations et bricolages

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 02 février 2012

Made in Greece

Ah le linge sale ! une préoccupation bien constante et parfois lourde de corvées en croisière.

L'idée d'une petite machine comme il en existait autrefois sous la marque CALOR, me trottait dans la tête depuis un moment. Et en prospectant, avec les mots-clés qui vont bien sur la toile, sont apparues des possibilités presque inimaginables pour mon esprit sans doute pas suffisamment tourné vers les tâches ménagères.

Le développement des vacances nomades a permis l'éclosion d'une gamme très riche de lave-linges légers et faciles d'emploi pour des petites lessives peu gourmandes en énergie et en eau. Exactement ce que je cherchais, et en plus on en trouve à tous les prix, automatiques ou manuelles, éventuellement chauffantes et séchantes, neuves ou d'occasion. Incroyable !

Elles ont toutes un point commun, du à l'obligation de légèreté, elles n'essorent pas. Il faut donc tordre le linge après lavage, avant de l'étendre ou éventuellement de le remettre dans la machine pour le sécher, s'il s'agit d'un modèle séchant.

D'autres caractéristiques font penser que les composants de base sont identiques, et que les machines vendues sous différentes marques sont en fait des assemblages labellisés NOVA, SIEMENS, CARAD,.... j'en passe et des meilleures, dont l'origine est essentiellement belge, mais aussi italienne, française ou grecque. Mais, va savoir d'où elles viennent........

Carad automatique

Finalement mon choix s'est porté sur un modèle CARAD semi automatique fabriqué en Grèce (tant mieux, j'ai une vraie tendresse pour ce pays), dont le propriétaire avait fait un usage modéré, lors de ses croisières estivales et n'en avait plus besoin.

comme une grande

Il possède presque tout d'une machine à laver de ménage, electrovanne de remplissage sur le réseau sous pression du bord ou du quai, pompe de vidange, chauffage, thermostat, programmateur, etc...

Commandes

Le tableau de commande fait presque rêver et permet de sélectionner la température et la durée du cycle,

tambour tournant

Et, comme dans une vraie, il y a un tambour tournant, qui est le coeur de la machine, car c'est lui qui lave et qui sèche. Une vraie petite merveille !

Pour les points à surveiller sur un voilier, encombrement, consommation d'eau et d'électricité, il faudra trouver des compromis, mais on a rien sans rien. Pour trois kilos de linge, il faut compter, pour un cycle complet, environ trente litres d'eau douce et une heure de fonctionnement du groupe électrongène (la machine consomme moins de 200w en 220v), pendant laquelle on pourra aussi faire tourner le dessalinisateur si l'on est au mouillage. Mais la résistance de chauffage ne sera pas utilisée car elle dépasse la puissance du groupe. On prendra donc l'eau chaude sanitaire du bord. Si l'on est en escale dans un port, ces problèmes ne se posent pas, mais, de toute façon, on évitera d'avoir à passer une demie journée ou plus dans une laverie, en fonction de la queue.

Conclusions sur ce choix à l'automne 2012, après une saison de pratique en équipage.

samedi 17 avril 2010

Internet à bord, le casse tête.

Le désastre économique constaté en 2009 (plus de 1100 euros de factures SFR et BOUYGUES en cinq mois, deux fois plus que le budget gasoil) pour la transmission de nos billets et la consultation de la météo méritait une recherche d'amélioration pour la suite.

Tant que l'on reste à proximité des côtes, en Méditerranée, il semblerait que la 3G et la Wifi soient les seules solutions viables.

La 3G reste abordable tant que l'on peut utiliser son forfait français.

Nous avons désormais à Bord un téléphone Nokia N97mini avec un forfait Orange origami. Le surf est possible sans limite sur le réseau Orange, mais, même avec un smartphone, quelque que soit sa qualité, de nombreuses fonctionalités sont absentes en particulier l'enregistrement des fichiers, et souvent la lecture des sons et des vidéos sont en mode dégradé ou impossibles.

Nous avons aussi une clé 3G+ de SFR couplée à un abonnement ADSL à la maison. Elle sert de modem haut débit connectée au mini PC du bord. Parfait, et pas cher, en France.

En Espagne et en Italie, désormais en Grèce aussi depuis 2010, l'achat d'une carte 3G locale est possible avec Vodaphone ou TIM par exemple, mais ne peut être utilisée que dans un téléphone modem ou une clé 3G vraiment débloqués. Et c'est là où le bât blesse, car les procédures de déblocage fournies par les opérateurs sont plus ou moins disponibles et surtout pas fiables. Même lorsqu'on a obtenu le message "déblocage réussi" on est sûr de rien. Pire, la procédure peut avoir des effets nuisibles au point que la clé 3G SFR que nous croyions avoir débloquée, non seulement n'a pas accepté une carte Maltaise, mais ne reconnaissait même plus sa propre carte SFR après cet essai raté. On a un peu l'impression que tout est fait pour obliger le client à utiliser le "roaming" qui, certes marche très bien, mais coûte une fortune.

L'alternative est la Wifi. Sa disponibilité sous forme de spots locaux est malheureusement limitée par un rayon d'action très faible autour de la borne privée ou publique qui fourni le service. Il arrive encore d'en trouver une qui soit non protégée, mais c'est de plus en plus rare. Il faut donc identifier l'origine et obtenir la clé WEP qui va bien. Lorsque c'est un café ou un restaurant (fréquent en Grèce), on l'obtient facilement. Sinon c'est pratiquement impossible. Dans les ports de plaisance ou Marinas, cela existe aussi, hélas souvent payant, en plus du prix de l'escale, parfois très cher (6 euros de l'heure dans certains cas).

Certains opérateurs (FREE ou SFR par exemple) utilisent un canal spécial des "box" installées chez leurs clients ADSL pour fournir à ceux qui se déplacent l'accès Wifi gratuit avec un identifiant et un mot de passe personnel. Excellente solution si l'on peut capter un tel spot de son opérateur ADSL. SFR développe même un partenariat avec FON pour offrir à ses clients un tel service à l'étranger. Bravo.

Mais, de toute façon, l'utilisation d'un spot Wifi, quel qu'il soit, n'est possible qu'à très courte distance, quelques dizaines de mètres au mieux. A moins d'avoir un booster d'antenne Wifi connecté à son micro. On peut alors atteindre un ou deux kilomètres de rayon d'action et cela change tout. Nous nous sommes donc équipés d'une petite carte USB de chez Alfa Network équipée dune antenne sensible et d'un ampli à l'émission (la Wifi est une communication duplex) permettant de capter et de communiquer efficacement avec une borne Wifi située à plusieurs centaines de mètres, voire plus d'un kilomètre, expérience faite. Le tout pour moins de 40 euros.

Wifi long range

Normalement, la croisière 2010 devrait être moins coûteuse et plus confortable en communication Internet que celle de 2009. Même le téléphone, avec Skype, devrait être accessible, épargnant nos forfait, et le hors-forfait-hors-de-prix, de la téléphonie mobile. Bilan en fin de saison.

Il restera ensuite à régler la question de l'accès à internet et au téléphone au large. Mais c'est une autre histoire. Nous vivons dans une société où les facilités de communication terrestres et mobiles sont telles qu'on finit par en devenir dépendant. Peut-être serait-il bien de se désintoxiquer un peu de ce côté là aussi.

vendredi 17 avril 2009

Question de courtoisie

En prévision de notre croisière prévue en 2009, j'ai cherché à compléter ma collection de pavillons de courtoisie.

Pour la plupart des pays de Méditerranée Est il n'y a pas de problème: l'histoire de leur pavillon est claire et le choix du modèle actuel sans ambiguité.

En ce qui concerne Malte, creuset de toutes les civilisations issues de l'empire romain, du moyen âge, de la renaissance et même d'autres,..... c'est plus délicat. Car cette île, au passé très riche et à la tradition maritime respectable, possède une collection impressionnante, et non fossilisée, de pavillons. Même la Reine d'Angleterre y a le sien . Après étude approfondie des thèses rédigées par de nombreux et distingués universitaires, chercheurs ou historiens sur cette question, il m'en reste en définitive deux sur les bras, qui pourraient éventuellement satisfaire le protocole.

Voici les images:

pavillon national Pavillon maltais

Si un lecteur spécialiste de cette question ou particulièrement expérimenté pouvait me déniaiser, je lui en serais extrêmement reconnaissant.

mercredi 08 avril 2009

Epuisement

Ce terme, extrait de la réglementation sur les moyens de sécurité dans les navires de plaisance, est très ambigu. En effet, il recouvre les moyens de pompage qui doivent se trouver à bord pour évacuer l'eau qui aurait pu s'y infiltrer, et même, dans certain cas, s'y engouffrer.

Un de mes amis a failli couler par suite du démanchage d'une durite de refroidissement de son moteur, mais évidemment il ne pouvait pas le savoir avant d'identifier l'origine de la voie d'eau. Les pompiers espagnols ont pu sauver son bateau en le vidant grâce à une petite pompe thermique très efficace, ce qui lui a permis d'aller fermer la vanne. Ouf ! Mais la facture a été salée: intervention payante au niveau de 765 euros, plus les dégâts à bord, en particulier toutes les batteries et l'équipement électrique, dont de nombreux outils professionnels, noyés, bons à jeter.

Depuis, je guettais l'occasion de m'équiper d'une telle petite pompe, qui pourrait m'être utile un jour et pourquoi pas servir pour aider un autre plaisancier en difficulté. Il faut dire que les pompes réglementaires installées obligatoirement à bord seraient ridicules en cas de voie d'eau, même modeste. Le seau à main serait encore le plus efficace, mais au prix d'efforts importants, ne pouvant être soutenus longtemps en équipage réduit. Cela nous ramène au titre du billet !

Un hyper proposait récemment l'outil qui me paraissait adapté: une pompe thermique d'arrosage de 0,89 kw débitant 120l/minute avec une dénivelée de 6 mètres, et donc beaucoup plus sur une faible hauteur. Pesant seulement 7kg, livrée avec les raccords, la crépine et l'outillage de maintenance de base, j'ai eu le coup de foudre (façon de parler). Seul bémol, le moteur est un deux temps, nécessitant d'embarquer de l'huile pour mélange, ce que j'espérais ne plus avoir à faire depuis que les moteurs d'annexe sont tous à quatre temps.

Il ne manquait que quelques mètres de tuyau de 25 mm, trouvés facilement chez le premier pisciniste du coin. Un petit essai à la maison avant de l'embarquer s'est montré très convainquant, et voilà l'engin prêt à servir, en espérant que cela n'arrive pas !

Pompe chinoise en pleine action

vendredi 27 mars 2009

Clé 3G+ bloquée ?

Clé 3G+ SFR

A tout hazard, j'ai essayé de voir comment désimlocker la clé 3G+ fournie par SFR.

Après quelques navigations "au jugé" dans les méandres des serveurs vocaux de SFR (accès en appelant le 1023), j'ai fini par tomber sur une interlocutrice qui m'a donné la solution. Il faut télécharger un petit utilitaire sur leur site et l'exécuter en saisissant le code de désimlockage qu'elle m'a donné.

Cela n'a pas marché du premier coup car elle s'était trompée dans le code. Mais après un nouvel appel presque direct, j'ai eu le bon code et le désimlockage a marché immédiatement.

Le fichier .ZIP téléchargé comprend l'utilitaire de désimlockage et la procédure à suivre, plutôt bien expliquée.

En annexe la procédure à suivre et le site de téléchargement: http://www.sfr.fr/assistance/outils/utilitaires-telecharger/index.jsp

samedi 14 mars 2009

Spi en sac

C'est une première étape, mais il fallait bien en passer par là !

- Recherche d'une occasion en bon état et de dimensions adaptées: durée deux mois

- Découverte d'une annonce, contacts avec le vendeur, négociation: deux semaines

- Mise au point des modalités de règlement et de transport: une semaine

Spi en sac

Demain il sera à la maison, prêt pour découvrir son nouveau lieu de navigation et de nouvelles aventures.

Il n'a pas de chaussette, et de toute façon je n'en ai jamais eu sur mes précédents bateaux. On doit pouvoir s'en passer, mais quand même, à mon âge, pour une telle surface (125 m2), ce serait plus raisonnable de l'équiper. Les devis sont un peu dissuasifs. Mais je ne désespère pas d'en trouver une à mon goût, cette saison ou la prochaine, peut-être après avoir expérimenté prudemment la manoeuvre en solitaire.

dimanche 01 mars 2009

Ah ! l'odeur des toasts grillés !

On a beau lutter contre l'excès de confort et avoir une certaine apréhension contre une tendance de notre société à la recherche effrénée du bien-être, il arrive parfois que l'on tombe dans un piège.

Ainsi, le grille-pain est un luxe quasiment inaccessible à bord d'un voilier en mer ou dans un mouillage forain. Mais voilà, le piège s'est refermé sur moi lorsque j'ai vu dans un catalogue un petit appareil parfaitement adapté à cet usage. Ce rève devenait possible avec la présence à bord d'un petit groupe électrogène 220v facile d'emploi et peu nuisant (voir le billet précédent).

grille pain chinois

Sacrés chinois, qui peuvent nous fournir de tels outils valant à peine une bouchée de pain et nous permettre, sans doute, de répandre dans l'atmosphère du mouillage, lors de certaines de nos futures escales, le fumet inimitable du pain grillé au lever du soleil.

Nous finirons peut-être dans la décadence, comme l'empire romain, qui ne réclamait plus que du pain et des jeux, mais que c'est bon !